ECVB – démolition

Publié 2 CommentairesPublié dans Friches, Industriel, Reportages photo
La centrale électrique ECVB en action

 

 ECVB en activité
ECVB en activité (infos)

Au moment de ma première visite, la nouvelle centrale (à gauche sur la photo) était encore en exploitation, et les bureaux administratifs (au milieu un peu à droite sur la photo) étaient occupés et éclairés.

Le groupe 19 (dans le gros bâtiment central avec l’ancienne cheminée) était déjà hors service depuis un certain temps et c’était cette partie qui m’intéressait au niveau photographique.

Vue de la centrale électrique ECVB lors de ma première visite

La nouvelle centrale est démontée et enlevée entre 2011 et 2012.

Les voleurs de cuivre

En mai 2012, les travaux de démolition sont en cours, mais le bâtiment qui abrite le musée EnergeiA n’est pas encore détruit. Malheureusement, il est la proie des voleurs de métaux qui agissent en bandes organisées plongent les lieux dans un chaos total. (suite…)

ECVB, musée EnergeiA

Publié Laisser un commentairePublié dans Friches, Industriel, Reportages photo
Histoire du musée EnergeiA

Le 4 mars 1986, un musée dédié au passé industriel de la production d’électricité est ouvert par Ebes (dont la fusion avec Intercom et Unerg donnera naissance à Electrabel), avec l’association VVIA, Vlaamse Vereniging voor Industriële Archeologie (Association flamande pour l’archéologie industrielle) qui sera fortement impliquée dans le développement et l’ouverture du musée.

energeia-gloeilicht-expo-1987
Le musée Ebes EnergeiA est abrité au sein de la centrale électrique ECVB de Langerbrugge (Gent, en Belgique), plus précisément dans l’ancienne aile de traitement des eaux (le bâtiment dont le pignon est orné des énormes lettres CEFB pour Centrales Electriques des Flandres et du Brabant).

EnergiA rassemble à l’origine une grande collection de machines uniques au point de vue de l’archéologie industrielle, ainsi qu’une collection très vaste et tout aussi unique de vitrines d’expositions, de panneaux didactiques, et d’installations mobiles.

A l’occasion de l’ouverture du musée EnergeiA, une exposition de 100 panneaux est présentée sous le titre « Een Verleden voor de Toekomst » (« Une histoire de l’avenir »), et donne un aperçu à la fois de la croissance de la société industrielle et du passé industriel.

En été 1990, l’exposition itinérante (suite…)

Historique de la centrale électrique ECVB

Publié Laisser un commentairePublié dans Friches, Industriel, Reportages photo

Avec la démolition de la centrale électrique ECVB (ECVB powerplant), un pan entier de notre patrimoine industriel a encore disparu. Voici l’historique de la centrale électrique ECVB, complété par les photos que j’ai pris sur les lieux avant et pendant sa démolition.

La salle des chaudières de l'ECVB
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

En 1905, la « Société d’Électricité de l’Escaut » voit le jour à Anvers, et deviendra Electrabel en 1990.

L’éclairage public à Gent est assuré par des lanternes à gaz, puis des lampes « Washington » à pétrole, mais le conseil municipal de Waarschoot est sollicité dès 1912 pour utiliser l’électricité pour l’éclairage public.

La S.A. « Centrales Electriques des Flandres », fondée en 1911, s’implantera en 1913 entre le canal Gent-Terneuzen (à l’est) et le chemin de fer (à l’ouest), un emplacement idéal pour l’approvisionnement en charbon. Cette société anonyme prendra par la suite le nom de « Centrales Electriques des Flandres et du Brabant » (CEFB), Ebes, puis finalement « Electrabel ». Ce sont les énormes lettres CEFB qui apparaissent encore sur le pignon de la salle de traitement des eaux jusqu’au moment de la démolition de la centrale.

Etant implantée dans la partie néerlandophone de la Belgique, cette société sera connue sous le nom « Elektrische Centralen voor Vlaanderen in Brabant », ce qui explique l’appellation commune ECVB de la centrale.

1913, Centrales Electriques des Flandres

Action centrales électriques des Flandres et du Brabant
La partie la plus ancienne de l’ECVB, construite en 1913 sur la rive droite du canal, comprenait deux bâtiments parallèles, implantés entre le canal et la voie de chemin de fer, et ensuite la maison du directeur. Les bâtiments bénéficiaient d’un revêtement de briques rouges décoratives, qui donnaient une certaine valeur esthétique à l’ensemble. (suite…)