Mécanismes d’horloge de clocher

Quelques photos de l’exposition sur les mécanismes d’horloge de clocher qui s’est tenue à la collégiale Saint-Barthélemy à Liège.

Quelques photos de l’exposition sur les mécanismes d’horloge de clocher qui s’est tenue à la collégiale Saint-Barthélemy à Liège.

Les mécanismes d’horloge de clocher

L’exposition temporaire permet de manière très didactique de comprendre l’évolution technique des mécanismes d’horloges de clochers entre le XVIIè siècle et le XXè siècle, au travers d’une douzaine de mécanismes qui se trouvaient autrefois dans des clochers, et font à présent partie de la collection de Benoît Mathieu.

Ces mécanismes d’horloges de clocher sont encore fonctionnels, et la collégiale Saint-Barthélemy résonne de leurs bruits de tic-tac et d’engrenages ponctuant le temps qui passe.

 Collégiale Saint-Barthélemy à Liège
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Outre la fascination pour l’aspect fonctionnel et technique de ces mécanismes, nous sommes subjugués par l’aspect esthétique élaboré pour des machines qui sont généralement cachées haut perchées dans nos clochers.

 Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_151048
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

 Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_151818
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Cette visite est encore une fois un moyen pour moi de me rendre compte à quel point je suis inculte, et pendant que je prends mes photos je tente de ne pas perdre une bribe des informations que débite notre guide passionné.

Je ne savais absolument pas que le plus souvent dans un cadran d’horloge traditionnel, toutes les heures ne sont pas vraiment représentées par des chiffres romains. En effet, le chiffre quatre est représenté par quatre traits verticaux (IIII), au lieu de la représentation en chiffre romain (IV). Le nom donné à cette représentation est d’ailleurs le « quatre d’horloger ».
Il existe plusieurs explications à ceette représentation:

  • Il s’agirait d’une concession esthétique ou religieuse permettant de diviser le cadran en trois groupes (la sainte trinité), les heures un à quatre étant composées uniquement de traits verticaux, le groupe de cinq à huit comportant un V, et le dernier groupe comportant un X.
  • Une autre explication serait le déséquilibre occasionné entre le quatre (IV) et le huit (VIII) qui sont répartis de manière symétrique sur le cadran.
  • Etant donné que les chiffres du bas de l’horloge sont représentés inversés, cette représentation du quatre éviterait les erreurs de dyslexie.
     Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_151118
    Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

En général, l’énergie nécessaire au fonctionnement de ces horloges monumentales est fourni par un ou plusieurs poids qu’il est nécessaire de remonter. Des ailettes servaient d’aérofreins, permettant d’atténuer les chocs produits par certains mouvements des engrenages, et ralentir le mécanisme.

 Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_151839
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

 Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_152100
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

 Saint-Barthélemy - Liège - 2015_04_18_152217
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Le clocher de la collégiale Saint-Barthélemy

D’importants travaux de restaurations ont été entrepris entre 1998 et 2014 pour préserver et valoriser le patrimoine campanaire de Saint-Barthélemy. Les planchers du clocher ont été remplacés par des structures en béton.

 Carillon de la collégiale Saint-Barthélemy
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

On peut distinguer sur cette photo le mécanisme d’horloge, et à l’arrière plan l’ancien tambour programmable du carillon de l’abbaye du Val Saint-Lambert.

Les cloches

La richesse du langage campanaire ne tient pas seulement compte de la variété de cloches, mais aussi selon la manière dont elles sont frappées. Le tintement, la coptée, la volée sont des termes désignant ces différentes manières de produire des sons, mais n’étant absolument pas mélomane, je ne vais pas m’étendre sur le sujet. :-)

Le carillon de Saint-Barthélemy

Un carillon est un ensemble de minimum 23 cloches (15 s’il est construit avant 1940), qui produisent un son lorsqu’elles sont percutées par un marteau. Les marteaux sont reliés par des câbles à un clavier ou un dispositif programmable comme le cylindre rotatif (ou tambour).

Le carillon et le tambour programmable ont été transférés au début du XIXè siècle à la collégiale Saint-Barthélemy suite à la destruction de l’abbaye du Val Saint-Lambert lors de la révolution.

 Carillon de la collégiale Saint-Barthélemy
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Le carillon comportait 40 cloches à l’origine en 1774, toutes fondues par Matthias Vanden Ghen. Il n’en reste actuellement plus que 38.

En 1897, alors que le carillon se trouve déjà dans la tour sud de la collégiale Saint-Barthélemy (et ce depuis 1807), une cloche est ajoutée. Cette cloche ne fait plus partie actuellement du carillon, et est exposée en vue de son utilisation en tant que cloche de volée, dans la tour nord.

Lors de la restauration du carillon entre 2004 et 2014, 12 cloches provenant des Pays-Bas sont ajoutées. L’ensemble du carillon comporte donc actuellement 50 cloches (38+12), ce qui correspond à quatre octaves.

Le tambour programmable du carillon

Comme pour les boîtes à musique, un tambour était programmé à l’aide d’ergots (les taquets) qui relevaient le peigne qui commande les marteaux qui percutent ensuite les cloches. Ce peigne se décalait selon que la mélodie à jouer sur le carillon était celle des heures, ou la programmation 1/4, 1/2, 3/4.

 Collégiale Saint-Barthélemy - une boîte à musique géante
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Lors de son déménagement vers Saint Barthélemy, des problèmes sont apparus et M.A. Lovinfosse effectua de nombreuses modifications sur l’œuvre de l’horloger Ghislin Lion.

Inscription sur le tambour programmable du carillon:
« Cet ouvrage a été monter l’an 1816 par M.A. Lovinfosse
et réparer l’an 1868 par M.A. Lovinfosse et fils »

 Tambour programmable du carillon de Saint-Barthélemy
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Le clavier du carillon

Les touches du clavier reposent sur les barres horizontales, mais lorsqu’il était relié au carillon les touches étaient maintenues en position hautes, et le fait de les marteler vers le bas provoquait le tintement de la cloche à laquelle la touche était reliée. Le dispositif étant important, le clavier était complété par un pédalier.

 Clavier du carillon de la collégiale Saint-Barthélemy
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

 Clavier du carillon de la collégiale Saint-Barthélemy
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Actuellement, un nouveau clavier dans une pièce légèrement insonorisée de la tour sud est couplé à un système pneumatique permettant de jouer automatiquement les mélodies du carillon, remplaçant le tambour programmable.

 Système pneumatique du carillon automatique
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

J’ai eu la chance de pouvoir assister au jeu de la carillonneuse depuis cette pièce, et c’est un moment magique, oubliant totalement les sept tonnes de métal que constituent les cloches quelques mètres au dessus de ma tête.

Aucun système automatique ne peut remplacer cette richesse de sons, dépendants de la manière dont la carillonneuse frappe les touches.

 La carillonneuse
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Informations complémentaires

http://www.quefaire.be/exposition-de-mecanismes-576363.shtml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles semblables

Test de navigation par catégorie

« | BANFF Mountain film and book festival | »