33 pages, 58 articles pour «après»

Vous pouvez consulter la page d'explications relative au nuage de mots clés et aux techniques utilisées.

33 pages

  • ECVB - cadrans de l'étage de la turbine
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [1] 08/08/2020 - Dernière modification le 30/08/2020 N'ayant pas le recul nécessaire pour donner une vue d'ensemble, j'ai utilisé le petit objectif fisheye 10.5 mm, ce qui malheureusement entraîne des déformations importantes sur les extrémités après correction de l'effet de bulle. Le lieu étant démoli et assaini, la confidentialité du titre, de la description, et de la localisation sont à présent réglés sur "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 11

  • La textile de Pepinster
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [2] 21/10/2011 - Dernière modification le 07/09/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 12

  • Projet Textile de Pepinster - panorama
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [3] 21/10/2011 - Dernière modification le 31/08/2020 16366 * 3130 pixels Base pour le triptyque La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 13

  • Projet Textile de Pepinster - droite
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [4] 21/10/2011 - Dernière modification le 01/09/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 14

  • Projet Textile de Pepinster - centre
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [5] 21/10/2011 - Dernière modification le 01/09/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 15

  • Projet Textile de Pepinster - gauche
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [6] 21/10/2011 - Dernière modification le 01/09/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 16

  • Rouge ou bleu? Fais ton choix, Neo...
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [7] 11/08/2020 - Dernière modification le 31/08/2020

    Choisis la pilule bleue et tout s'arrête. Après, tu pourras faire de beaux rêves et penser ce que tu veux. Choisis la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre.

    Morpheus, Laurence Fishburne. Matrix (1999), écrit par Andy et Larry Wachowski.
    Les deux plafonds sont si beaux et si particuliers, et la peinture ne s'est pas encore trop détachée comme lors de mes visites ultérieures, que le choix devient Cornélien... Comme Neo dans Matrix, j'hésite. Alors pourquoi ne pas les mettre tous les deux en évidence? Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 17

  • La cuisine du château de Noisy
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [8] 17/08/2020 - Dernière modification le 03/09/2020 Une grande cuisine à moitié dans les sous-sols d'un château abandonné, et je revois immédiatement Danny qui discute avec Hallorann dans les cuisines de l’hôtel Overlook.

    -Qui est Tony? demanda Hallorann pour la deuxième fois.

    -Maman et Papa l'appellent mon "camarade invisible" dit Danny, articulant les mots avec application. En fait, il n'est pas invisible, du moins pas pour moi. Quelquefois, quand je fais de gros efforts pour comprendre quelque chose , il vient me dire: "Danny, je veux te montrer quelque chose." Avant qu'il ne vienne, je m'évanouis, il fait tout noir. Et après je fais des rêves...

    It's amazing how fast you get used to such a big place. I tell you, when we first came up here I thought it was kinda scary.

    Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 18

  • Scène de crime - le meurtre de Barbie
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [9] 10/08/2020 - Dernière modification le 31/08/2020 Ken m'a tuer est une phrase grammaticalement incorrecte, liée au meurtre de la poupée Barbie. La police a pensé en 1991 que l'affaire était simple. Barbie était amie avec Blaine, un surfeur australien qui travaillait à temps partiel pour elle en tant que jardinier , lors de sa séparation avec Ken. La cause du décès était de multiples coups de couteau - 18 en tout - à la poitrine et à l'abdomen (mais comme la tête n'est pas là, est-ce peut-être la vraie cause du décès; a-t-elle longtemps vécu sans tête comme certaines autres femmes? ). Le médecin légiste a estimé qu'il avait fallu entre 15 et 30 minutes à la femme blessée pour mourir après l'agression initiale. L'heure du décès n'a pas été difficile à établir car Mme Barbie Handler avait téléphoné à une amie à 11 ans: 48 heures du matin ce dimanche fatidique mais n'avait pas réussi à arriver au Davis 'à 13 heures (Jessie et Woody Davis sont les voisins de Barbie). Selon la police qui a retrouvé le corps, la porte du sous-sol - le seul moyen d'entrée ou de sortie - avait été barricadée par un lit pliant et une barre de fer, apparemment placés là par la femme assassinée pour empêcher le retour de son agresseur. À l'intérieur de la porte se trouvait le message Ken m'a tuer - Ken m'a tué - tracé d'un doigt dans le sang de la victime, et plus loin encore le même message, incomplet cette fois et à peine lisible: Ken m'a t.... Il y avait aussi une empreinte de main sanglante. Le sang a été confirmé plus tard comme étant celui de Mme Barbie. Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 19

  • Rotaprint, nostalgie de la stencileuse
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [10] 09/08/2020 - Dernière modification le 30/08/2020 Une ancienne stencileuse rouillée qui traîne dans le bureau de la directrice de Noisy me rappelle les doigts bleus de mes années à l'école primaire Princesse Fabiola à Embourg. Je revois encore notre austère instituteur, monsieur Gavage, qui tournait la manivelle de la polycopieuse à stencils dans notre petite classe chauffée par une vieux poêle à charbon qui trônait au milieu des bancs. Après, l'élève chargé de distribuer les feuilles avait les doigts bleus à cause de l'encre qui n'était pas encore sèche; un temps bien avant que les photocopieuses ne débarquent en masse dans les écoles... Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 20

  • Istanbul, Topkapı Palace - Cour des concubines et des épouses
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [11] 22/02/2012 - Dernière modification le 18/08/2020 La « grande cour des concubines et des épouses » (Kadın Efendiler Taşlığı / Cariye Taşlığı) a été construite à la même époque que la cour des eunuques, au milieu du xvie siècle. Restaurée après l'incendie de 1665, elle est la plus petite cour du harem. Entourée d'arcades, elle comporte un hammam (Cariye Hamamı), une fontaine de lavage, une blanchisserie, des dortoirs, l'appartement du chef de la famille et les appartements des hôtesses (Kalfalar Dairesi). Les trois appartements indépendants, qui ont vue sur la Corne d'Or, décorés de tuiles et avec cheminée, étaient les logements de la famille du sultan. Ces constructions couvraient le site de la cour à la fin du xvie siècle. À l'entrée du quartier de la sultane validé, des fresques murales de la fin du xviiie siècle, d'influence européenne, représentent des paysages. L'escalier dit des « quarante marches » (Kirkmerdiven) permet d'accéder à l'hôpital du harem (Harem Hastanesi), aux dortoirs des concubines, à la terrasse du harem et à ses jardins. Source: Wikipedia, the free encyclopedia - version 26Feb2012
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 21

  • Palais de Topkapi - La sultane validé et ses accompagnatrices
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [12] 22/02/2012 - Dernière modification le 19/08/2020 Les « appartements de la sultane validé » (Valide Sultan Dairesi) constituent, avec les appartements du sultan, la plus grande et la plus importante section du harem. Ils ont été construits après le déménagement de la sultane validé, qui a quitté le vieux palais (Eski Saray) pour Topkapı à la fin du xvie siècle. Ces appartements ont dû être reconstruits après l'incendie de 1665, entre 1666 et 1668. Certaines pièces, comme la petite pièce de musique, ont été ajoutées au xviiie siècle. Seules deux pièces sont ouvertes au public : la salle à manger avec, dans la galerie supérieure, la salle de réception, et la chambre avec, derrière un treillis, une petite pièce pour la prière. Le rez-de-chaussée accueille les appartements des quartiers des concubines, tandis qu'à l'étage se trouvent les quartiers de la sultane validé et de ses accompagnatrices (kalfas). Un passage mène, à travers les bains de la sultane validé, aux quartiers du sultan. Ces pièces sont toutes recouvertes de tuiles bleu-blanc et jaune-vert à motifs floraux, ainsi que de porcelaine d'İznik du xviie siècle. Le panneau représentant la Mecque, signé d'Osman İznikli Mehmetoğlu, constitue une innovation de style pour la porcelaine d'İznik. Les peintures panoramiques des salles supérieures sont de style européen occidental des xviiie et xixe siècles. Au-dessus des quartiers de la sultane validé se trouvent les appartements de Mihirisah, de style rococo. Le passage en direction des bains donne accès à l'appartement d'Abdülhamid Ier. À proximité se trouve la chambre d'amour de Selim III, construite en 1790. Un corridor étroit relie cette pièce au pavillon d'Osman III daté de 1754. Source: Wikipedia, the free encyclopedia - version 26Feb2012
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 22

  • Shelob dans les escaliers de Cirith Ungol, enveloppe Frodon après l'avoir piqué au cou
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [13] 13/08/2012 - Dernière modification le 06/08/2020 Shelob, le dernier enfant Ungoliant, est l'araignée qui attaque Frodon dans le seigneur des anneaux (les deux tours).
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 23

  • Château Zufall - salon vintage
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [14] 17/08/2020 - Dernière modification le 03/09/2020 Le château Fallon-de Keyser, connu en Urbex sous le nom Château Zufall, était longtemps à l'abandon, mais certaines pièces étaient encore dans un état impeccable, comme si le temps s'était figé pour nous offrir cette vision d'un intérieur au charme suranné. Le château a été commandé par le baron Ferdinand Fallon (Gand, 1861 - Destelbergen, 1926). Après le baron Ferdinand Fallon-de Keyser, le château fut occupé par leur fille la baronne Marie-Anne Fallon (Drongen, 1894 - Destelbergen, 1970), qui épousa le baron Jacques Wahis (Schaerbeek, 1895 - Ixelles, 1956). Ils ont eu un fils et deux filles. Le fils, le baron Théophile Wahis (1922-1992), épousa successivement Yolande de Penaranda de Franchimont (1924) et Marie-Thérèse Bourboux (1914-2005). Ils étaient les derniers résidents de la famille Wahis-Fallon. Le château est à présent vendu et à nouveau occupé. Le lieu étant rénové et à nouveau habité, la confidentialité du titre, de la description, et de la localisation sont à présent réglés sur "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 24

  • Château Zufall - ancienne machine à écrire
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [15] 03/08/2020 - Dernière modification le 27/08/2020 Le château Fallon-de Keyser, connu en Urbex sous le nom Château Zufall, était longtemps à l'abandon, mais certaines pièces étaient encore dans un état impeccable, comme si le temps s'était figé pour nous offrir cette vision d'un intérieur au charme suranné. Le château a été commandé par le baron Ferdinand Fallon (Gand, 1861 - Destelbergen, 1926). Après le baron Ferdinand Fallon-de Keyser, le château fut occupé par leur fille la baronne Marie-Anne Fallon (Drongen, 1894 - Destelbergen, 1970), qui épousa le baron Jacques Wahis (Schaerbeek, 1895 - Ixelles, 1956). Ils ont eu un fils et deux filles. Le fils, le baron Théophile Wahis (1922-1992), épousa successivement Yolande de Penaranda de Franchimont (1924) et Marie-Thérèse Bourboux (1914-2005). Ils étaient les derniers résidents de la famille Wahis-Fallon. Le château est à présent vendu et à nouveau occupé. Le lieu étant rénové et à nouveau habité, la confidentialité du titre, de la description, et de la localisation sont à présent réglés sur "public".
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 25

  • Fin d'après-midi à Olne
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [16] 02/05/2013 - Dernière modification le 06/09/2020
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 26

  • Château de Messen - escalier
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [17] 19/08/2020 - Dernière modification le 04/09/2020 Le château de Mesen était un château situé dans la commune de Lede, en Flandre orientale. Il faisait partie de l'une des quatre fortifications circulaires construites par les monarques au cours des IXe et Xe siècles pour se protéger des Normands. C'était au départ une tour rectangulaire, située au sud de la fortification. Jusqu'en 1796, le château est la demeure de la famille Bette. Après 1796, le château n'est plus utilisé comme habitation,accueillant entre autres une distillerie de gin, une raffinerie de sucre, une fabrique de tabac et de traitement de potasse. On trouvait encore au moment de la visite de nombreuses machines dans les caves. En 1897, le château est vendu à un ordre religieux (les religieuses de Kannunikessen) qui bâtit l'impressionnante chapelle néo-gothique, et le transforme en un internat pour filles, sous le nom de pensionnat des Dames Chanoinesses de Saint-Augustin. Après la Première Guerre mondiale, il est passé entre les mains de l’Institut Royal de Mesen, dont il tire son nom actuel. Il devient un pensionnat élitiste féminin où le français, le comportement et la vie en haute société étaient enseignés. L'enseignement en français devenant ensuite interdit en région flamande, la fondation a cessé toute activité en 1971 et a nettoyé le site, et le château devient la propriété du ministère de la Défense. En 1979 le château de Mesen est classé monument historique mais à cause d’erreurs dans la procédure ce statut est annulé l’année suivante. La négligence totale des bâtiments et une classification comme zone de parc en 1999 laissent une ruine. Certains journaux mentionnent à l'époque l'enlèvement délibéré des tuiles et des fenêtres pour encourager la vétusté. Les autorités locales ont refusé de protéger le château ou de le classer comme monument et il est complètement tombé en ruine. En 2010, de nombreuses parties du château sont démolies (dont l'église) pour faire place à un nouveau sanatorium. En 2015, le conseil municipal de Lede, en Belgique, décide de démolir les bâtiments restants . Toutes les ruines restantes ont été démolies peu de temps après cette décision, mais une petite partie de la façade principale a été nettoyée, stabilisée et exposée dans le parc aux côtés des fondations d'une autre aile.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 27

  • Liège, cloîtres Sainte-Croix
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [18] 17/07/2013 - Dernière modification le 04/09/2020 Située à proximité de la place Saint-Lambert, la collégiale Sainte-Croix fait triste figure depuis plus de 20 ans, telle un animal en cage, engoncée dans ses échafaudages rouillés et ses filets protecteurs. Mais si nous passons outre ce rapide et triste constat, nous prenons le temps de regarder et nous découvrons un lieu charmant. Par exemple, sur cette photo nous pouvons voir à gauche l'ancienne église Saint-Nicolas-aux-Mouches, ainsi que cette petite impasse empreinte de sérénité. La collégiale Sainte-Croix La collégiale Sainte-Croix, fondée et érigée entre 976 et 986 par l'évêque Notger, se situe à Liège place Verte, dans l'angle formé par la rue Sainte-Croix et la rue Haute-Sauvenière. Elle abrite la clef de Saint Hubert, autrefois dans le trésor de la Collégiale Saint-Pierre de Liège. Après la Révolution liégeoise, le chapitre de chanoines est supprimé en 1797, mais l'église est rendue au culte en 1802. Classée en 1936, elle est inscrite dans la liste du patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. Source: Wikipedia
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 28

  • Liège, impasse Au Péri
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [19] 17/07/2013 - Dernière modification le 07/09/2020 La rue "au Péri" permet de rejoindre la citadelle par un escalier qui débute rue Pierreuse. Cette photo est prise depuis l'entrée de la première impasse étroite à gauche en montant vers la citadelle. Historique Lorsque, aux environs de l'an mille, Notger, le premier prince-évêque de Liège, fait bâtir la première enceinte fortifiée de la ville, les pierres sont extraites de carrières ouvertes le long de l'actuelle rue Pierreuse et plus particulièrement Au Péri. Jusqu'au XIXe siècle, après être bordée de quelques habitations jusqu'au pied de l'escalier — qui n'existait pas en tant que tel auparavant — , ce n'est plus qu'une tchèråvôye (« voie pour charrettes » en wallon) de desserve pour les vignoblesnote 1 et les vergers des différents ordres religieux installés au pied des Coteaux de la Citadelle jusqu'à rejoindre cette citadelle. Avec la révolution industrielle apparue pendant la seconde moitié du XIXe siècle et surtout grâce à la réalisation de la Montagne de Bueren en 1880, la rue se couvre de petites maisons pour ouvriers. Source : Wikipedia
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 29

  • Beelitz Heilstatten
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [20] 29/08/2020 - Dernière modification le 09/09/2020 Le complexe était un hôpital militaire de l'armée impériale allemande depuis le début de la Première Guerre mondiale. En Octobre et Novembre 1916, Adolf Hitler y a été soigné après avoir été blessé à la jambe lors de la bataille de la Somme. En 1945, le lieu a été occupée par les forces de l'Armée rouge, et le complexe est resté un hôpital militaire soviétique jusqu'en 1995, bien après la réunification allemande. Après le retrait soviétique, des tentatives ont été lancées sans grand succès pour privatiser le complexe. Certaines sections de l'hôpital demeurent opérationnelles comme un centre de réadaptation neurologique et un centre de recherche et de soins pour les victimes de la maladie de Parkinson. Le reste, y compris la chirurgie, l'hôpital psychiatrique, et un champ de tir, a été abandonné en 2000. En 2007, la zone environnante ressemblait à une ville fantôme. C'est sur ce lieu qu'ont été tournées des scènes de films comme Le Pianiste en 2002, ou encore le clip de Rammstein "Mein Herz de brennt" et "Valkyrie" en 2008. Le lieu est reconverti depuis 2019.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 30

  • Collégiale Sainte-Croix, Liège
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [21] 05/10/2013 - Dernière modification le 03/09/2020 La collégiale Sainte-Croix La collégiale Sainte-Croix, fondée et érigée entre 976 et 986 par l'évêque Notger, se situe à Liège place Verte, dans l'angle formé par la rue Sainte-Croix et la rue Haute-Sauvenière. Elle abrite la clé de Saint Hubert, autrefois dans le trésor de la Collégiale Saint-Pierre de Liège. Après la Révolution liégeoise, le chapitre de chanoines est supprimé en 1797, mais l'église est rendue au culte en 1802. Classée en 1936, elle est inscrite dans la liste du patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. Source: Wikipedia
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 31

  • Liège, le pont de Fragnée
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [22] 26/07/2014 - Dernière modification le 05/09/2020 Le pont de Fragnée est un pont de la ville de Liège traversant la Meuse au niveau de son confluent avec l'Ourthe, et au départ de la Dérivation. La partie enjambant l'Ourthe est dénommée pont de Fétinne. Le pont fut construit de 1901 à 1904 pour l'Exposition universelle de 1905, dans l'esprit du pont Alexandre-III de Paris. Histoire Le pont de Fragnée échappa au premier conflit mondial, mais il fut victime de la seconde invasion allemande. Après la guerre, on le reconstruisit en respectant les plans d'origine. Les travaux de reconstruction se terminèrent le 4 novembre 1948. On a profité de la reconstruction pour élargir le tablier du pont, portant sa largeur de 16 mètres à 17,20 mètres. Point de passage privilégié sur la Meuse, le pont de Fragnée connaît un trafic moyen journalier d'environ 30 000 véhicules. Au mois d'août 1993, on a donc entrepris la réfection de la voirie et l'enlèvement des rails de tramway. De nos jours, le pont de Fragnée a retrouvé, après de nombreux travaux et l'aménagement des abords, toute sa splendeur du début de siècle. Le trafic de transit entre le nord et le sud de la ville emprunte désormais depuis juin 2000 l'autoroute via le pont de Liège. Décoration L'architecte liégeois Paul Demany (1859-1912) fut chargé de la décoration des becs de piles, des pylônes et de leurs socles, des balcons et des murs en retour. Il dirigea également la réalisation des ouvrages en bronze coulé, éléments utilitaires (garde-corps, candélabres) et statues constituant le décor allégorique du pont, exécutées par le sculpteur wallon Victor Rousseau (1865-1954). À chacune des deux entrées du pont, deux pylônes de granit sont surmontés d'une « Renommée ». De chaque côté du fleuve, deux figures allégoriques en bronze adossées à ces pylônes. Elles symbolisent le « Vieux fleuve » et le « Nouveau fleuve ». À l'occasion de cette rénovation, les quatre Renommées de bronze ont été recouvertes d'or fin, de même que les médaillons mythologiques des garde-corps bordant le pont. Huit statues de tritons figurent sur les piédestaux surmontant les becs de pile et sur ceux ponctuant les murs en retour. Magnifiquement éclairé la nuit, le pont scintille de reflets bleutés et violets. Source: Wikipedia
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 32

  • Démontage de l'iPhone 5s - les connecteurs de l'écran
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [23] 21/12/2014 - Dernière modification le 22/08/2020 Démontage de l'iPhone 5s Démontage car le bouton d'allumage de l'iPhone 5S restait enfoncé. Après remontage, l'écran restait noir, mais dans l'obscurité on constatait une faible luminescence sur le bord, donc l'iPhone était sous tension. En fait, lors du démontage de la plaque de protection des nappes de raccordement de l'écran (en haut à droite de la batterie sur la photo de gauche), il faut noter l'emplacement de chaque vis. Apple nous a joué un sale tour, car trois vis sur quatre sont aimantées, et les tailles différent très légèrement. Si chaque vis n'est pas à son emplacement exact, l'écran de l'iPhone 5S reste noir.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 33

  • Trois ans et demi après, et 2000 photos avec mon numérique
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [24] 19/07/2020 - Dernière modification le 20/08/2020
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 34

  • Ancien sanatorium de Borgoumont (sanatorium du Basil)
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [25] 05/04/2015 - Dernière modification le 23/08/2020 Construit à partir de 1900 à l’initiative du directeur du laboratoire bactériologique Ernest Malvoz, le sanatorium accueillit ses premiers patients en 1903. La finalité d'un tel établissement est le traitement de la tuberculose et de certaines maladies pulmonaires infectieuses chroniques. Le sanatorium est aussi un moyen d'isoler et d'éloigner les personnes contaminées du reste de la population. Ils sont souvent réservés à une classe aisée. À cette époque la tuberculose est bel et bien une maladie incurable et mortelle qui touche toutes les couches sociales de la population. Le séjour au sanatorium a pour objectif de soulager les malades et d'adoucir les symptômes de cette terrible « peste blanche ». On parle de 100 millions de morts au cours du 20e siècle. De 1903 à 1941, le sanatorium est inévitablement un mouroir, comme tous les autres, du fait que la pénicilline n'était pas encore découverte. Peu de personnes s'en sortaient vivantes et inévitablement, le domaine est empreint d'une grande tristesse. Bien que le taux de mortalité soit extrêmement élevé, il est étonnant de constater qu'au contraire d'autres établissements similaires il n'y ait pas un petit cimetière en annexe du logis. De 1941 à 1947 les traitements s'améliorent. Après la guerre, avec la découverte des premiers traitements antibiotiques, les médecins pourront petit à petit éteindre les foyers infectieux et diminuer drastiquement la mortalité. Cette maladie n'appartient, hélas, pas au passé et selon l'OMS, en 2018, 10 millions de personnes ont contracté la tuberculose et 1,5 million en sont mortes (dont 251 000 porteurs du VIH). Plus tard, le bâtiment est reconverti en centre de revalidation et en maison de repos, sous le nom "centre Princesse Astrid". En 2003, le sanatorium de Borgoumont est repris par le centre hospitalier "Peltzer - La Tourelle" de Verviers. Entre 2010 et 2013, le site est utilisé par Fedasil, en matière d'accueil de demandeurs d'asile. A partir de 2013, le bâtiment est à l'abandon. Outre les dégradations naturelles, il est vandalisé par de pseudo artistes utilisant les bombes de couleurs comme certains animaux leur urine, des rave party, ou encore certains pratiquants de l'urbex (exploration de lieux abandonnés). Fenêtres éclatées, tuyaux arrachés, murs tagués, portes défoncées ... l'intérieur du sanatorium a été saccagé. En 2018, un compromis de vente est signé et une demande de permis d’urbanisme est introduite. Le projet prévoit l’aménagement d’un appart-hôtel de luxe (cinq étoiles), ainsi que cent et deux appartements de tourisme plutôt familial. Le caractère unique de ce bâtiment, le clocher central et la promenade couverte en terrasse seraient conservés. La consultation publique à propos du certificat d’urbanisme demandé par le nouveau propriétaire de l’ex-sanatorium est seulement clôturée en août 2019 Situé au-dessus du hameau, dans une clairière au milieu des bois à une altitude de 420 mètres, cet imposant immeuble d'une longueur d'environ 150 mètres est orienté plein sud et son architecture concave augmente l'absorption de la chaleur, de l'air et de la lumière indispensables à la thérapie soignant la tuberculose. L'édifice est construit en pierres du pays ( moellons de grès et colombages avec pierres de taille en angles) avec une structure en béton armé. L'intérieur est agencé selon une architecture hygiéniste : éviter la poussière en inclinant les surfaces, faciliter le nettoyage en soudant les pieds des meubles au sol, favoriser le renouvellement de l'air ambiant avec un système d'aération. Les seuls endroits de divertissement autorisés étaient le jardin d'hiver et la salle de spectacle. Pour tromper leur ennui les malades avaient, étonnamment, le droit de fumer… ce qui nous semble incroyable aujourd'hui. On note aussi la présence d’un petit clocher dressé au milieu du bâtiment. À l'entrée du domaine, se trouve une construction originale en grès, colombages et ardoises traversée par la route d'accès à l'ancien sanatorium. Plus d'infos: A la découverte du sanatorium de Borgoumont (RTBF Auvio)
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 35

  • Serpolet
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [26] 04/07/2015 - Dernière modification le 15/09/2020 Le serpolet (Thymus serpyllum) ou thym serpolet est un sous-arbrisseau de la famille des Lamiacées appartenant au genre Thymus. Description C'est une plante aromatique basse, d'environ 10 cm de hauteur, et s'étendant jusqu'à 50 cm de largeur ; elle est tapissante, aux tiges radicantes aux nœuds, aux très petites feuilles opposées ovales ou lancéolées, aux courtes hampes florales dressées. De juin à septembre, son feuillage aromatique vert à reflets pourprés sous le soleil disparaît littéralement sous une nuée de petites fleurs bleues groupées en capitules terminaux, plus carminés dans la variété Coccineus. Après la floraison, (juin à octobre) viennent les fruits formés de quatre petits akènes. C'est une plante des zones ensoleillées, broussailles, prés secs, rochers, dunes, jusqu'à 3 000 m d'altitude. Culture C'est une plante tapissante, au feuillage persistant qui résiste au gel jusqu'à -20 °C. Elle ne doit pas être plantée dans une terre trop riche car c'est dans les sols maigres et secs qu'elle donne le meilleur d'elle-même et répand alors des senteurs de garrigue. Quant à sa multiplication, elle se fait par division des touffes au printemps ou par bouturage estival. Propriétés médicinales Le serpolet est antiseptique et il a des propriétés anti-virales. Il est aussi stomachique, expectorant et antispasmodique. En aromate ou en infusion, c'est un désinfectant des voies digestives souvent utilisé associé au romarin et à la sauge. Il soulage les digestions difficiles. L'infusion de serpolet s'utilisait en bain de bouche en cas d'inflammation des gencives et en gargarisme en cas d'irritation de la gorge ou d'angine. Mais surtout le serpolet ou des préparations contenant les divers thyms s'utilisent en fumigation pour traiter les rhinites et les sinusites. Source : Wikipedia
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 36

  • Alto de Guajara - cabane de l’astronome Jean Mascart
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [27] 15/03/2016 - Dernière modification le 23/08/2020 Sur le sommet de l'Alto de Guajara, à 2715 mètres d'altitude, il reste encore des murs de la cabane de l’astronome français Jean Mascart, lors de son étude de la comète Halley à l’occasion de son passage près de la Terre en 1910. Au travers du cadre formé par la fenêtre, la vue sur le Teide est magique. L'abri que constituent les restes de murs permet de s’asseoir un peu à l'abri du vent pour une petite collation sympa, méritée après la grimpette depuis la Degollada de Guajara.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 37

  • F-104A Starfighter (Royal Jordanian Air Force)
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [28] 03/09/2017 - Dernière modification le 27/08/2020 Sur ce modèle, la disposition de l'aile de queue divisée laisse à penser qu'il s'agit d'un des avions utilisé comme leurre et posté à la frontière Syrienne, pour les faire passer pour des Mirage F1 (il est d'ailleurs impossible de l'identifier car le camouflage et les marquages ne sont plus présents). Ce F-104A Starfighter monté sur colonne a été aperçu à côté de l'autoroute entre Jerash et Ajloun, en Jordanie. La Royal Jordanian Air Force souhaitait 36 Lockheed F-104 Starfighters de l'USAF depuis 1966. Entre 1969 et 1973, elle a reçu 22 avions Lockheed F-104A Starfighter et 4 avions Lockheed F-104B Starfighter. Ils étaient basés à la King Hassan Air Force Base (Amman). Après le remplacement par des Northrop F-5E et F-5F, certains Starfighter F-104 ont été utilisés comme avions de leurre pour l'Azraq Air Force et la base aérienne du Roi Hassan, comme probablement ce modèle.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 38

  • Mémorial Moïse
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [29] 04/09/2017 - Dernière modification le 11/09/2020 Selon la Bible, après avoir quitté l'Egypte le prophète Moïse s'est rendu sur le mont Nebo qui domine le Jourdain pour contempler la terre promise juste avant de mourir. Une table d'orientation un peu plus loin permet de situer le lac Tibériade, Jéricho, Jérusalem, Bethléem...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 39

  • Mémorial Moïse
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [30] 04/09/2017 - Dernière modification le 11/09/2020 Selon la Bible, après avoir quitté l'Egypte le prophète Moïse s'est rendu sur le mont Nebo qui domine le Jourdain pour contempler la terre promise juste avant de mourir. Une table d'orientation un peu plus loin permet de situer le lac Tibériade, Jéricho, Jérusalem, Bethléem...
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 40

  • Lockheed F-104B Starfighter (Royal Jordanian Air Force)
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [31] 08/09/2017 - Dernière modification le 22/08/2020 Ce F-104B Starfighter a été aperçu à sur un round point près de Irbid, en Jordanie. La Royal Jordanian Air Force souhaitait 36 Lockheed F-104 Starfighters de l'USAF depuis 1966. Entre 1969 et 1973, elle a reçu 22 avions Lockheed F-104A Starfighter et 4 avions Lockheed F-104B Starfighter. Ils étaient basés à la King Hassan Air Force Base (Amman). Après le remplacement par des Northrop F-5E et F-5F, certains Starfighter F-104 ont été utilisés comme avions de leurre pour l'Azraq Air Force et la base aérienne du Roi Hassan.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 41

  • Singe araignée sur les rives du Río Grijalva
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [32] 16/07/2019 - Dernière modification le 27/08/2020 Espèce endémique de cette partie du Mexique, les singes-araignées avaient disparu de leur environnement naturel depuis trente ans. En 2016, sept mâles et cinq femelles ont étés relachés dans cette zone forestière du canyon du Sumidero après une réadaptation au zoo Manuel Álvarez del Toro en vue de leur réintroduction dans la nature. Chaque singe araignée a été équipé d'un collier satellite pour la surveillance.
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 42

  • Wégimont dans le brouillard (11/2019)
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [33] 30/11/2019 - Dernière modification le 31/08/2020 Le belvédère (temple néo-classique) fut construit au temps de la splendeur du château. Il servait de lieu de promenade et aussi d’abri pour les chasseurs. De là, Un souterrain permettait aux villageois d’accéder au château. Témoin des mouvements de l’histoire tels que l’occupation du pays d’Outre-Meuse en 1632, la révolution française et les deux grandes guerres mondiales où il devint lieu d’hébergement des troupes. En 1940, l’ombre noire du nazisme envahit nos contrées et le Domaine est réquisitionné par l’occupant qui crée un tristement célèbre lebesborn (Heim Ardennen) en 1942 (d'abord centre d’accueil pour les filles-mères qui accouchaient dans l’anonymat et qui abandonnaient le nourrisson à la nurserie SS. Il devient un centre de reproduction aryenne, ces enfants destinés à constituer la future élite d’un troisième Reich). Une cinquantaine d’enfants y sont nés. La « Fontaine de vie » de Wégimont n'a cependant jamais répondu aux attentes de ses concepteurs. Elle connut, en effet, bon nombre de problèmes pratiques (notamment une pénurie de sages femmes) et se heurta aussi à l'hostilité de la population locale. Le « Lebensborn » soumagnard ferma définitivement ses portes le 1er septembre 1944. Les mères et les enfants qui y séjournaient furent, semble-t-il, transférés à Wiesbaden en Allemagne. Après et pendant près de vingt ans, le château de Wégimont a servi entre autres de maison destinée aux vacances des pensionnés. Le parc, lui, était réservé aux enfants et aux promeneurs. La nuit du 24 au 25 mai 1964, un incendie a ravagé l’aile centrale du château et les extrémités des ailes latérales, faisant 17 morts. Aujourd'hui, seule la partie centrale manque à l’édifice. Source: https://www.provincedeliege.be/ Vous pouvez voir une image du belvédère avec ses statues, avant les travaux de restauration de la toiture: statues du belvédère de Wégimont
    Mot clé = apre (titre ou description) | Niveau = 43

58 articles

Document créé le 13/03/2010, dernière modification le 26/09/2019
Source du document imprimé : https://www.gaudry.be/tagcloud-rf-apr%C3%A8s.html

L'infobrol est un site personnel dont le contenu n'engage que moi. Le texte est mis à disposition sous licence CreativeCommons(BY-NC-SA). Plus d'info sur les conditions d'utilisation et sur l'auteur.