FrichesIndustrielReportages photo

La centrale électrique IM – Powerplant IM

Les décors rétro-futuristes des tours de refroidissement, les machines démesurées des centrales électriques, les salles de contrôle, tout un environnement qui m’attire énormément. Avec mon pote de photos, Seb, nous décidons de nous rendre dans ce lieu connu sous « Powerplant IM »

La centrale électrique, construite en 1921, était une des plus importantes centrales à charbon productrices d’électricité en Belgique. Dans les années ’70, des modifications ont été apportées à la centrale afin de permettre l’utilisation du gaz au lieu du charbon comme source thermique.

Des études ont démontré que cette centrale électrique était à l’origine de dix pourcents des émissions de dioxyde de carbone en Belgique. Greenpeace a fortement milité pour sa fermeture, et en 2007 la centrale électrique IM a définitivement fermé.

Quatre ans après sa fermeture, nous découvrons donc ce lieu impressionnant.

Après 2012, les pilleurs de métaux entrent en œuvre, saccagent les lieux et réduisent peu à peu à néant ce colosse de métal, tel de nuisibles insectes dévoreurs de métal.

Fonctionnement d’une centrale électrique thermique.

La centrale fonctionne comme la dynamo de notre vélo (ok, je passe pour un vieux ringard car actuellement plus personne n’utilise de dynamo depuis la faible consommation des LEDS).

En gros, un alternateur est actionné par une turbine, elle même mise en mouvement par de la vapeur. Cette vapeur est produite en chauffant l’eau dans d’énormes chaudières, au début alimentées en charbon, puis par du gaz. C’est donc une transformation d’énergie thermique en énergie électrique. La vapeur est ensuite retransformée en eau, en partie grâce à la tour de refroidissement.

La tour de refroidissement « Powerplant IM »

Le premier élément incontournable est cette tour de refroidissement qui domine la région de sa masse imposante malgré ses courbes élancées.

La structure à l’intérieur de cette tour est tout à fait particulière, avec des arrêtes de béton, du bois, et de l’éternit. L’acoustique et le gigantisme des lieux imposent une ambiance presque solennelle.

Je ne peux m’empêcher de songer à un de mes films fétiches « Brazil », dont la scène finale se déroule à l’intérieur d’une tour similaire…

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

La salle de contrôle « Powerplant IM »

Le site est vaste, mais nous savons que la salle de contrôle vaut le déplacement. A la différence de l’ECVB dans laquelle les deux salles de contrôle sont rapidement accessibles, ici nous devons chercher longtemps, et c’est Seb qui découvre le lieu en premier, accessible par une petite porte presque cachée dans un enchevêtrement de tuyaux, dans un recoin sombre de la centrale.

Dans la salle de contrôle, la poussière accumulée avec les années, les fientes de pigeons, les déchets naturels divers recouvrent les panneaux, les cadrans, les commutateurs.

Tout semble abandonné du jour au lendemain, évoquant une catastrophe comme celle survenue à Tchernobyl, un monde ravagé par un fléau ou par des zombies. Le lieu n’est pas encore la proie des dégradations humaines; seulement du travail de sape du temps et des éléments naturels.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

La salle de contrôle verte
La salle de contrôle verte (infos)

Vous pouvez consulter l’article complet sur la salle de contrôle de la centrale électrique IM.

La salle des turbines

Par rapport à la centrale ECVB et son ambiance « Alone in the dark », la centrale IM est très lumineuse. De grandes surfaces vitrées illuminent la salle des turbines.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Une petite console dans la salle des turbines m’impressionne avec ses symboles étranges sous la poussière.

Maltazard control panel
Maltazard control panel (infos)

Turbine and generator rotor
Turbine and generator rotor (infos)

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

La partie supérieure de la génératrice pouvait être maintenue en position haute lors de maintenances. Lorsque la centrale a fermé, le lieu a été utilisé une fois ou deux à des fins didactiques.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Les trésors cachés

La beauté de cette centrale ne se limite pas à la salle de contrôle ou la tour de refroidissement; elle foisonne de détails intéressants.

Des tapis roulants dans un tunnel relient le site de la centrale à un site extérieur où le charbon était stocké.

Coal conveyer belt
Coal conveyer belt (infos)

Le rez-de-chaussée regorge de machineries énormes; j’imagine que le lieu devait être extrêmement bruyant en exploitation. Les seuls sons que nous entendons à présent sont les tôles qui claquent au vent, et les déplacement des pigeons qui se sont accaparés les lieux.

↖6A
↖6A (infos)

En pénétrant dans le four, il y fait noir… comme dans un four.

Une seule solution comme d’habitude dans ce genre de lieux: mettre mon appareil en mode bulb (l’obturateur ouvert pour laisser entrer la lumière tant que l’on ne demande pas avec la télécommande de le refermer), et « peindre » la scène en balayant longtemps avec le faisceau de ma lampe de poche, en insistant peu sur les zones proches, et plus sur les zones éloignées.

L'intérieur du four en regardant vers le haut (infos)

L'intérieur du four en regardant vers le bas (infos)

Lorsque nous avons furtivement visité les lieux, nous sommes aussi passés par un laboratoire rempli de tubes, éprouvettes, alambics divers.

Un assemblage étrange, Rob le Robot du professeur Morbius, échappé du film « Forbidden planet », n’est pas sans évoquer les tubes à lampes de nos anciens téléviseurs. J’adore ce côté à la fois futuriste et désuet.

Rob The Robot
Rob The Robot (infos)

Il s’agit d’une diode à vapeur de mercure, qui permettait de redresser le courant alternatif en courant continu (complément d’infos par Roysone).

La rouille et la mousse prennent lentement possession de ces masses de métal, et prouvent que la nature est la plus forte.

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

Oui, je l’avoue, je suis fasciné par les cadrans de toutes sortes, les jauges et instruments de contrôle.

Meter 651663
Meter 651663 (infos)

Deux cadrans de part et d’autres d’un pilier évoquent des gardiens jumeaux.

Twins
Twins (infos)

Les alimentations des brûleurs sont superbes, telles les pattes d’un animal gigantesque fait de métal.

Alimentation des brûleurs
Alimentation des brûleurs (infos)

Les délires

Nous ne pouvons nous empêcher de nous livrer à quelques mises en scène sans déranger les lieux… Gamins nous sommes, gamins nous restons.

Non Seb, je n'arrive pas à localiser la grande salle de contrôle...
Non Seb, je n'arrive pas à localiser la grande salle de contrôle... (infos)

Je ne vois vraiment rien avec ce masque...
Je ne vois vraiment rien avec ce masque... (infos)

Le moissonneur de vies
Le moissonneur de vies (infos)

Je m'imagine en Homer Simpson... Non je ne dois pas pousser sur le bouton rouge!!!
Je m'imagine en Homer Simpson... Non je ne dois pas pousser sur le bouton rouge!!! (infos)

Je me sens tout petit dans cette tour immense
Je me sens tout petit dans cette tour immense (infos)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles semblables

Test de navigation par catégorie

« | La centrale électrique ECVB – ECVB powerplant | »