Reportages photoVoyages

Jordanie, le mont Nébo

Visite de Madaba et du mont Nébo, depuis lequel Moïse aurait, selon la Bible, contemplé la terre promise juste avant de mourir.

Dans la Bible, Moïse, interdit d’entrer sur la Terre promise vers laquelle il a conduit les Hébreux sortis d’Égypte, observe le Pays de Canaan du haut de cette montagne, et meurt dans les environs, à l’âge de 120 ans.

Il n’y a aucune certitude historique que ce lieux soit l’emplacement exact évoqué dans la Bible (si les chrétiens placent la tombe de Moïse en cet endroit, les musulmans ont la conviction qu’elle se situe de l’autre côté du Jourdain, près de Jéricho, dans le sanctuaire de Nabi Musa), mais peu importe; le lieu est chargé d’une empreinte symbolique, et le paysage est incroyable.

Une route sinueuse monte de la vallée du Jourdain vers le massif du mont Nébo, qui domine un paysage aride où l’on ne voit que quelques moutons et leurs bergers berbères. Une fois arrivés sur le mont Nébo,  une grande allée traverse une « forêt » d’oliviers (c’est très plaisant de profiter de l’ombre dans cette chaleur), et mène au premier ouvrage, le monument du Jubilé de l’an 2000 érigé à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II.

Mont Nébo (JOR)
Mont Nébo (JOR) (infos)

Des messages de paix y sont gravés en arabe et en latin, ainsi que des représentations des prophètes et des pères franciscains.

Le chemin nous emmène ensuite vers une énorme pierre circulaire qui servait de porte pour un monastère byzantin.

Encore un peu plus haut, une simple pierre dressée porte des inscriptions indiquant qu’il s’agit d’un mémorial dédié à Moïse. J’apprécie la sobriété des lieux.

Mémorial Moïse
Mémorial Moïse (infos)

Basilique du Mont Nébo
Basilique du Mont Nébo (infos)

Avant d’entrer sans la basilique, nous rejoignons quelques personnes qui admirent le paysage, au pied du Serpent d’airain. C’est une œuvre du sculpteur italien Giovanni Fantoni, et si la disposition est telle que le visiteur voit d’abord une croix, il s’agit en réalité du bâton de Moïse.

Serpent d'airain - croix - bâton de Moïse - Nehustan
Serpent d'airain - croix - bâton de Moïse - Nehustan (infos)

Voici le texte de la Bible qui a inspiré l’artiste:

Les hébreux partirent de Hor-la-Montagne pour la route de la mer de Suph,
Pour contourner le pays d’Edom. 
En chemin, le peuple perdit patience. 
Il parla contre Dieu et contre Moïse :
 » Pourquoi nous avez-vous fait monter d’Egypte, pour mourir en désert ?
Car il n’y a ni pain ni eau :
Nous sommes excédés de cette nourriture de famine. « 

Dieu envoie alors contre le peuple des serpents brûlants,
Dont la morsure fit périr beaucoup de monde en Israël. 
Le peuple vint dire à Moïse :
 » Nous avons péché en parlant contre Yahvé et contre toi.
Intercède auprès de Yahvé 
Pour qu’il éloigne de nous ces serpents. « 

Moïse intercéda pour le peuple et Yahvé lui répondit :
 » Façonne-toi un Brûlant que tu placeras sur un étendard.
Quiconque aura été mordu et le regardera
Restera en vie. « 
Moïse façonna donc un serpent d’airain qu’il plaça sur l’étendard,
Et si un homme était mordu par quelque serpent,
Il regardait le serpent d’airain et restait en vie. 
(Bible de Jérusalem, Les Nombres XXI – 4 à 9)

Une table d’orientation permet de situer le lac Tibériade, Jéricho, Jérusalem, Bethléem… Malheureusement au moment de notre visite, la visibilité n’était pas excellente; nous devinions cependant avec émotion les contours de ces lieux chargés d’Histoire ou d’histoires.

Table d'orientation du mont Nébo
Table d'orientation du mont Nébo (infos)

Le bâtiment moderne abrite astucieusement les ruines de l’église et les mosaïques, et des passerelles nous permettent de circuler sans endommager les lieux, tout en ayant une excellente visibilité (nous avons le bâtiment presque pour nous seuls, mais je ne suis pas certain qu’il soit tout aussi agréable de le visiter en période d’affluence touristique).

Mosaïque du diakonikon-baptistère de la basilique du mémorial de Moïse au Mont Nébo
Mosaïque du diakonikon-baptistère de la basilique du mémorial de Moïse au Mont Nébo (infos)

Husam nous explique qu’au fil du temps, soit les mosaïques ont été détruites pour permettre le placement de nouveaux motifs, soit une couche était ajoutée sur la couche antérieure. L’avantage dans ce cas, c’est que les anciennes mosaïques ne sont pas détruites, et que les iconoclastes n’ont pas supprimé les représentations de visages (les iconoclastes condamnaient les représentations figurées des personnes divines). La photo suivante illustre différentes couches de mosaïques.

Couches de mosaïques de la basilique du mémorial de Moïse au Mont Nébo
Couches de mosaïques de la basilique du mémorial de Moïse au Mont Nébo (infos)

Entre le mont Nébo et Madaba, à Khirbet al-Mukkhayat nous empruntons une route de montagne qui se termine devant l’église d’Amos et Casiseos. Ce bâtiment est aussi connu sous le nom de « chapelle du prêtre Jean » (Church of the Priest John).

La chapelle était pavée de mosaïques, mais a été ensuite longtemps utilisée comme maison, nous explique Husam. Les tâches sombres sur la mosaïque sont les traces des nombreux feux faits à même le sol pendant tout ce temps.

Mosaïques de l'église d'Amos et Casiseos
Mosaïques de l'église d'Amos et Casiseos (infos)

Il est temps de reprendre la route en direction de Madaba pour découvrir d’autres superbes mosaïques, dont la plus ancienne représentation cartographique de la terre sainte…

Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

A Madaba, nous découvrons avec délectation le musakhan (arabe: مسخن). C’est un plat de cuisine palestinienne, composé de poulet rôti cuit avec des oignons, le sumac, du piment de la Jamaïque, du safran et des pignons de pin frits servis sur des galettes de pain plat.

Après avoir été malade presque toute la nuit, mon estomac criait famine, et même si j’ai fait attention à ne pas trop le charger, j’ai pleinement profité de cet agréable repas.

L’après midi débute calmement par la visite de l’église Saint-Georges de Madaba, où nous pouvons trouver la mosaïque du VIè siècle avec la carte de la terre sainte. Avant d’entrer dans l’église elle-même, une visite dans un bâtiment annexe nous présente des documents didactiques et nous prépare à reconnaître les éléments de la carte.

Enfin, nous entrons dans l’église. Les parties encore visible représentent une une qui s’étend du Nord du Liban  jusqu’au delta du Nil (Égypte) au Sud. Nous reconnaissons la Mer Morte (avec des bateaux de pêcheurs, alors qu’à l’époque actuelle aucun poisson n’y survivrait à cause de la trop forte salinité), le Jourdain. Un examen plus attentif nous permet de voir des scènes de chasse, la ville de Jericho, le désert du Moab, Bethléem, etc.

Mosaïque de la carte de Madaba
Mosaïque de la carte de Madaba (infos)

La partie centrale de la carte représente la ville de Jerusalem, reconnaissable par certains bâtiments caractéristiques tels que la porte de Damas et le cardo maximus.]

Mosaïque de la carte de Madaba - Jerusalem
Mosaïque de la carte de Madaba - Jerusalem (infos)

Spoiler: Le prochain article sur la Jordanie portera-t-il sur les ruines de Umm as Rasas? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Test de navigation par catégorie

« | Jordanie, le mont Nébo | »