19 pages, 40 articles pour «annee»

Vous pouvez consulter la page d'explications relative au nuage de mots clés et aux techniques utilisées.

19 pages

  • Conversions de dates
    https://www.gaudry.be > Services > Services
    [1] 06/12/2003 - Dernière modification le 15/11/2019 Conversions de dates du format timestamp vers le format date et inversément (pratique pour les bases de données MySQL). Formats timestamp, ISO 8601, RFC 822
    Mot clé = annee | Niveau = 1

  • ECVB - salle de contrôle rouge - cinemascope
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [2] 02/08/2020 - Dernière modification le 26/08/2020 A l'étage de la grande turbine, on trouvait une salle de contrôle plus moderne que celle de la salle des chaudières. Les consoles étaient de couleur rouge, sous la poussière accumulée par les années. Le lieu étant démoli et assaini, la confidentialité du titre, de la description, et de la localisation sont à présent réglés sur "public".
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 11

  • La textile de Pepinster
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [3] 21/10/2011 - Dernière modification le 06/09/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 12

  • Projet Textile de Pepinster - panorama
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [4] 21/10/2011 - Dernière modification le 29/08/2020 16366 * 3130 pixels Base pour le triptyque La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 13

  • Projet Textile de Pepinster - droite
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [5] 21/10/2011 - Dernière modification le 30/08/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 14

  • Projet Textile de Pepinster - centre
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [6] 21/10/2011 - Dernière modification le 30/08/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 15

  • Projet Textile de Pepinster - gauche
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [7] 21/10/2011 - Dernière modification le 30/08/2020 La Fondation de la Textile de Pepinster remonte à 1813. La famille Ternaux rachète la foulerie Verdin (entreprise où on foule le drap, pour le rendre plus ferme et serré). Elle modernise l’installation et y installe une fabrique de draps. La firme verviétoise Lieutenant-Pletzer rachète l’entreprise en 1828. La foulerie devient alors un moulin à couleurs et installe une filature dix ans plus tard, qui sera ensuite détruite par un incendie, puis reconstruite en 1850. En 1862, l’architecture de la nouvelle usine surprend : on y installe des charpentes métalliques, des toits en shed (toitures en pente, aujourd’hui véritables symboles industriels) et des murs hourdés de briques. Après de multiples améliorations, l’usine est électrifiée en 1902. En 1939, un nouvel incendie détruit la grande majorité de l’usine, qui sera reconstruite l’année suivante. La guerre l’endommage à nouveau de 1940 à 1944. En 1946, la reconstruction aboutit enfin. Un industriel allemand rachète le complexe en 1961, mais la crise du début des années 70 réduit le marché et amène la société à la faillite. L’usine ferme ses portes en 1975. Une société immobilière loue désormais les lieux à différentes petites entreprises. Sources : CLADIC – Bruno Guidolin A présent, les bâtiments sont démolis, et seule la façade semble bénéficier d'un traitement particulier...
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 16

  • Baignoire double pour une scène de crime unique...
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [8] 27/07/2020 - Dernière modification le 23/08/2020 Dans la salle des douches du 2ème étage, une mise en scène étrange avait eu lieu; des traînées de sang souillaient la baignoire de droite, et une poupée Barbie démembrée gisait dans le fond. Heureusement, mon expérience fut nettement moins traumatisante que celle de Dany dans l'Overlook hôtel.

    S'il écartait le rideau de douche, il découvrirait peut-être quelque chose d'agréable, quelque chose que Papa avait oublié ou que Maman avait perdu, quelque chose qui leur ferait plaisir... Il fit glisser le rideau de douche. La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes. Un sourire grimaçant étirait ses lèvres pourpres. Ses seins pendillaient, les poils de son pubis flottaient à la surface et ses mains congelées se recroquevillaient comme des pinces de crabe sur les bords goudronnés de la baignoire en porcelaine.

    Danny hurla sans qu'aucun son ne sortît de sa gorge ; le cri refoulé plongea au fond de son être comme une pierre qui tombe au fond d'un puits. Il recula de nouveau, faisant tinter le carrelage sous ses pas, et subitement il sentit que dans son affolement il s'était inondé d'urine.

    Alors la femme se mit sur son séant. Toujours grimaçante, elle rivait sur Danny ses énormes yeux exorbités. Ses paumes mortes crissaient sur la porcelaine, ses seins se balançaient comme de vieux punching-balls craquelés. Quand elle se leva, on entendit un bruit à peine perceptible de bris d'échardes de glace, mais elle ne respirait pas : ce n'était qu'un cadavre, mort depuis des années.

    Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 17

  • Rotaprint, nostalgie de la stencileuse
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [9] 08/08/2020 - Dernière modification le 29/08/2020 Une ancienne stencileuse rouillée qui traîne dans le bureau de la directrice de Noisy me rappelle les doigts bleus de mes années à l'école primaire Princesse Fabiola à Embourg. Je revois encore notre austère instituteur, monsieur Gavage, qui tournait la manivelle de la polycopieuse à stencils dans notre petite classe chauffée par une vieux poêle à charbon qui trônait au milieu des bancs. Après, l'élève chargé de distribuer les feuilles avait les doigts bleus à cause de l'encre qui n'était pas encore sèche; un temps bien avant que les photocopieuses ne débarquent en masse dans les écoles... Le lieu est à présent totalement rasé. La localisation et le nom passent donc en visibilité "public".
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 18

  • Grand Hôtel d'Ardolaz, les partitions de Dragan Zmadjevic
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [10] 20/07/2020 - Dernière modification le 19/08/2020 The story: "The questions came crowding in me: Who was this strange music lover, amateur works of Dragan? And why did he behave so so weird?" In the village of Ardolaz somewhere in the Valais Alps, Sir Melvin Woodworth is in pursuit of a remember, the shadow of his brother Dragan, pianist in the middle of the mountains. He heards one night a melody played on the piano of the decrepit abandoned hotel. An avalanche is going to destroy the village and the population is evacuated. Alone in the abandoned village, he must understand the past to build the future. Source: COSEY, A la recherche de Peter Pan, Editions du Lombard, 1984, "histoires et légendes" The abandoned hotel The Montesano, Arveyes hotel perched on the plateau of Villars, has seen the beautiful world. Built in 1914, the property is responsible for the care of tuberculosis patients, but it soon turns into a hotel. In 1925, he spent 20 to 60 rooms. In the 60s, the hotel became famous for its theme evenings, nights like Brazilian, jazz, African ... the main lounge and bar welcome the stars but also the regional dish. The fate of this hotel goes dark in the late 90s, when it is landing in the hands of the Cantonal Bank of Vaud (BCV). It therefore passes from hand to hand, without finding an owner willing to take the huge renovation that the building needs. Gradually, the squatters invaded the stage. One night a caravan from even smoke in the parking lot. The town, for safety reasons, access is looping. "But we went there as in a mill," says an inhabitant of Villars. Disappears furniture: objects of significant size, requiring the organization. Many people are certain that organized gangs are at work. A bay window is thus carried away, like pieces of flooring. One evening in April 2008, at 3 am, the alarm is raised. The rundown is on fire. It will take just over 12 hours to ensure that the fire is under control. The property is destroyed and the population does not believe in accidents. It was demolished a few months later. L'histoire : «Les questions se pressaient en moi : Qui était cet étrange mélomane, amateur des oeuvres de Dragan ? Et pourquoi se comportait-il de façon si bizarre ?» Dans le village de d'Ardolaz au beau milieu des Alpes valaisannes, Sir Melvin Woodworth est à la poursuite d'un souvenir, de l'ombre de son frère Dragan, pianiste échoué au beau milieu des montagnes. Il surprend une nuit une mélodie jouée sur le piano décrépi de l'hôtel abandonné. Une avalanche menace de détruire le village et la population est évacuée. Seul dans le village abandonné, il doit comprendre le passé pour affronter l'avenir. Source: COSEY, A la recherche de Peter Pan, Editions du Lombard, 1984, "histoires et légendes" L'hôtel abandonné Le Montesano, hôtel perché à Arveyes, sur le plateau de Villars, a vu défiler du beau monde. Construit en 1914, l'établissement est à l'origine destiné au soin des tuberculeux, mais il se transforme rapidement en hôtel. En 1925, il passe de 20 à 60 chambres. Dans les années 60, l'hôtel devient réputé pour ses soirées à thème, comme les nuits brésiliennes, jazz, africaines... le grand salon et le bar accueillent des stars mais aussi le gratin régional. Le destin de cet hôtel s'assombrit à la fin des années 90, lorsqu'il attérit dans les mains de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV). Il passe dès lors de mains en mains, sans trouver de propriétaire désireux d'assumer les immenses travaux de rénovation dont la bâtisse a besoin. Petit à petit, les squatteurs envahissent les étages. Un soir, une caravane part même en fumée, sur le parking. La commune, par souci de sécurité, fait boucler l'accès. «Mais on y entrait comme dans un moulin», raconte un habitant de Villars. Du mobilier disparait: des objets de taille conséquente, nécessitant de l'organisation. Nombreux sont ceux qui sont certains que des bandes organisées sont à l'oeuvre. Une baie vitrée est ainsi emportée, tout comme des morceaux de parquet. Un soir d'avril 2008, à 3 h du matin, l'alerte est donnée. L'hôtel délabré est en feu. Il faudra un peu plus de 12 heures pour s'assurer que le sinistre est maîtrisé. L'établissement est détruit et la population ne croit pas à un accident. Il sera démoli quelques mois plus tard.
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 19

  • Rêves de sable, châteaux de sang
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [11] 07/04/2012 - Dernière modification le 31/08/2020 Rêves de sable, sable doré du rivage léché par les langues de la mer, châteaux de sang, sang séché sur les mains gercées des Constructeurs qui, inlassablement, depuis des siècles, s'affairent sur le même chantier dérisoire : un château de sable que chaque année la marée emporte. C'est leur raison d'être : construire et espérer, espérer que leur dieu Rêvo reviendra, lui ou un autre d'ailleurs... Et si c'était la mouche de mai qui détenait les clés du bonheur : vivre, une journée seulement, danser, faire l'amour, danser encore, puis faire ses adieux au monde, petite mouche éphémère, virevoltant de joie ou de tristesse, nul ne sait. Car danser, aimer puis mourir, comment mieux remplir sa vie ? Au fil de ces nouvelles fantastiques, sous l'ironie amère, le clin d'oeil est désabusé... ou malicieux. Yves FRÉMION
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 20

  • Happy New Year 2013
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [12] 31/12/2012 - Dernière modification le 08/09/2020 Bonne année et bonne santé Ene boune anéye, ene boune sintéye Happy new year Feliz año nuevo Gelukkig nieuwjaar Frohes neues Jahr Felice anno nuovo Yeni yılınız kutlu olsun Καλή Χρονιά sretna nova godina 新年快了
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 21

  • Château de Messen - escalier
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [13] 18/08/2020 - Dernière modification le 03/09/2020 Le château de Mesen était un château situé dans la commune de Lede, en Flandre orientale. Il faisait partie de l'une des quatre fortifications circulaires construites par les monarques au cours des IXe et Xe siècles pour se protéger des Normands. C'était au départ une tour rectangulaire, située au sud de la fortification. Jusqu'en 1796, le château est la demeure de la famille Bette. Après 1796, le château n'est plus utilisé comme habitation,accueillant entre autres une distillerie de gin, une raffinerie de sucre, une fabrique de tabac et de traitement de potasse. On trouvait encore au moment de la visite de nombreuses machines dans les caves. En 1897, le château est vendu à un ordre religieux (les religieuses de Kannunikessen) qui bâtit l'impressionnante chapelle néo-gothique, et le transforme en un internat pour filles, sous le nom de pensionnat des Dames Chanoinesses de Saint-Augustin. Après la Première Guerre mondiale, il est passé entre les mains de l’Institut Royal de Mesen, dont il tire son nom actuel. Il devient un pensionnat élitiste féminin où le français, le comportement et la vie en haute société étaient enseignés. L'enseignement en français devenant ensuite interdit en région flamande, la fondation a cessé toute activité en 1971 et a nettoyé le site, et le château devient la propriété du ministère de la Défense. En 1979 le château de Mesen est classé monument historique mais à cause d’erreurs dans la procédure ce statut est annulé l’année suivante. La négligence totale des bâtiments et une classification comme zone de parc en 1999 laissent une ruine. Certains journaux mentionnent à l'époque l'enlèvement délibéré des tuiles et des fenêtres pour encourager la vétusté. Les autorités locales ont refusé de protéger le château ou de le classer comme monument et il est complètement tombé en ruine. En 2010, de nombreuses parties du château sont démolies (dont l'église) pour faire place à un nouveau sanatorium. En 2015, le conseil municipal de Lede, en Belgique, décide de démolir les bâtiments restants . Toutes les ruines restantes ont été démolies peu de temps après cette décision, mais une petite partie de la façade principale a été nettoyée, stabilisée et exposée dans le parc aux côtés des fondations d'une autre aile.
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 22

  • Montagne de Bueren
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [14] 17/07/2013 - Dernière modification le 08/09/2020 La montagne de Bueren est un escalier de la ville de Liège reliant le quartier Féronstrée et Hors-Château au Péri et à la citadelle traversant les Coteaux. Description De la rue Hors-Château, laissant, à droite, le couvent des Ursulines et, à gauche, l'impasse des Ursulines serpenter à flanc de coteau jusqu'aux Terrasses des Minimes, les 374 marches mènent Au-Péri puis à la citadelle. La rue mesure, en totalité, 260 mètres et les escaliers 194 mètres. La pente moyenne de l'escalier est de près de 28 %. L'ascension est fort heureusement facilitée par la présence, à intervalles réguliers, de paliers, où quelques bancs permettent de regarder à l'aise la ville qui, petit à petit, se révèle. On découvre d'abord la masse grise de l'îlot Saint-Georges, la haute silhouette de la cité administrative, puis la coulée miroitante de la Meuse sous le pont des Arches. Chaque année, le 1er samedi d'octobre, lors de la Nocturne des Coteaux de la Citadelle, l'escalier, plongé dans l'obscurité, se voit éclairé par 3 000 bougies présentant au public un spectacle chatoyant. Historique Ce nouveau chemin, établi au départ de l'impasse du Thier des Begards tennant sur Hors-Château, est terminé en 1880 à la suite d'une décision prise par le conseil communal en mars 1875. Il doit permettre un accès rapide de la garnison stationnée à la citadelle vers le centre de la ville en cas d'invasion ou de soulèvement populaire et, plus prosaïquement, interdiction est faite à cette garnison d'encore passer par la rue Pierreuse où sont établis nombre d'estaminets et où œuvrent des péripatéticiennes. Ces fonctions ne durent qu'une dizaine d'années, la citadelle étant déclassée en 1891. Source: Wikipedia
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 23

  • Rencontre avec Els Janssens-Vanmunster, Caroline Marçot et Annie Paris
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [15] 29/11/2015 - Dernière modification le 13/08/2020 Depuis que j'avais acheté le CD "Canticles of Ecstasy" il y a une vingtaine d'années, je suis immédiatement tombé sous le charme. Quelle joie de pouvoir écouter ce dimanche une superbe interprétation de Hildegard Von Bingen par Mora Vocis. Rencontre avec Els Janssens-Vanmunster, Caroline Marçot et Annie Paris avant le concert « Histoires de souffles, chants poétiques autour de l’œuvre de Hildegard von Bingen » PROLOGUE Physica : L’Air PROGRAMME Caritas abundat HILDEGARD VON BINGEN (1098-1179) Caritas abundat KLAUS HUBER (CH, 1924) Lettre 160 : L’abbesse Hazzecha à Hildegard (1161) O splendidissima gemma HILDEGARD VON BINGEN Hodie aperuit HILDEGARD VON BINGEN Lettre 159r : Hildegard à l’abbesse Hazzecha (1160-1161) O vivens fons HILDEGARD VON BINGEN O cruor sanguinis DAVID ESKENAZY (FR, 1977) / texte de HILDEGARD Lettre 102 : Le moine Guibert à Hildegard (1175) O quam mirabilis est HILDEGARD VON BINGEN Lettre 102r : Hildegard à Guibert (1175) Favus distillans HILDEGARD VON BINGEN O sapientia SOPHIE LACAZE (FR, 1963) / texte de HILDEGARD Ave generosa HILDEGARD VON BINGEN Et lux perpetua KLAUS HUBER O pulchrae facies HILDEGARD VON BINGEN O viridissima virga HILDEGARD VON BINGEN Lettre 102r : Hildegard à Guibert (1175) O quam pretiosa est HILDEGARD VON BINGEN O quam mirabilis est IVAN MOODY (GB, 1964) / texte de HILDEGARD O pastor animarum HILDEGARD VON BINGEN Lettre 319 : Hildegard à Berthe, Reine de Grèce (1146-1160) O nobilissima viriditas HILDEGARD VON BINGEN Lettre 108a : Guibert de Gembloux aux Sœurs de l’Abbaye du Rupertsberg (1176) Cum processit HILDEGARD VON BINGEN De Sancto Spiritu PETR EBEN (CZ, 1929-2007) Mora Vocis - voix solistes au féminin Kelly Landerkin | Caroline Marçot | Annie Paris | Hélène Richer Els Janssens-Vanmunster, direction artistique
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 24

  • Rencontre avec Els Janssens-Vanmunster, Caroline Marçot et Annie Paris
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [16] 29/11/2015 - Dernière modification le 13/08/2020 Depuis que j'avais acheté le CD "Canticles of Ecstasy" il y a une vingtaine d'années, je suis immédiatement tombé sous le charme. Quelle joie de pouvoir écouter ce dimanche une superbe interprétation de Hildegard Von Bingen par Mora Vocis. Rencontre avec Els Janssens-Vanmunster, Caroline Marçot et Annie Paris avant le concert « Histoires de souffles, chants poétiques autour de l’œuvre de Hildegard von Bingen » PROLOGUE Physica : L’Air PROGRAMME Caritas abundat HILDEGARD VON BINGEN (1098-1179) Caritas abundat KLAUS HUBER (CH, 1924) Lettre 160 : L’abbesse Hazzecha à Hildegard (1161) O splendidissima gemma HILDEGARD VON BINGEN Hodie aperuit HILDEGARD VON BINGEN Lettre 159r : Hildegard à l’abbesse Hazzecha (1160-1161) O vivens fons HILDEGARD VON BINGEN O cruor sanguinis DAVID ESKENAZY (FR, 1977) / texte de HILDEGARD Lettre 102 : Le moine Guibert à Hildegard (1175) O quam mirabilis est HILDEGARD VON BINGEN Lettre 102r : Hildegard à Guibert (1175) Favus distillans HILDEGARD VON BINGEN O sapientia SOPHIE LACAZE (FR, 1963) / texte de HILDEGARD Ave generosa HILDEGARD VON BINGEN Et lux perpetua KLAUS HUBER O pulchrae facies HILDEGARD VON BINGEN O viridissima virga HILDEGARD VON BINGEN Lettre 102r : Hildegard à Guibert (1175) O quam pretiosa est HILDEGARD VON BINGEN O quam mirabilis est IVAN MOODY (GB, 1964) / texte de HILDEGARD O pastor animarum HILDEGARD VON BINGEN Lettre 319 : Hildegard à Berthe, Reine de Grèce (1146-1160) O nobilissima viriditas HILDEGARD VON BINGEN Lettre 108a : Guibert de Gembloux aux Sœurs de l’Abbaye du Rupertsberg (1176) Cum processit HILDEGARD VON BINGEN De Sancto Spiritu PETR EBEN (CZ, 1929-2007) Mora Vocis - voix solistes au féminin Kelly Landerkin | Caroline Marçot | Annie Paris | Hélène Richer Els Janssens-Vanmunster, direction artistique
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 25

  • HFB
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [17] 02/12/2015 - Dernière modification le 16/09/2020
    • 1817 : John Cockerill fonde sa première usine à Seraing
    • Début des années 80 : la plupart des activités sidérurgiques liégeoises et carolorégiennes sont regroupées au sein d'une même société Cockerill-Sambre
    • 1998 : Ra région Wallonne actionnaire majoritaire de CS cède la société et ses filiales au Groupe français Usinor
    • Début 2002 : Usinor fusionne avec les les groupes Arbed et Aceralia pour former Arcelor
    • 2005 : mise à l'arrêt du HF 6
    • 2006 : OPA par Mittal Steel sur Arcelor, le groupe ArcelorMittal est né
    • 2008 : ArcelorMittal rouvre le HF 6 en février, ferme le HF d'Ougrée en novembre
    • 2009 : Phase liquide mise à l'arrêt
    • 2011 : annonce de la fermeture de la phase à chaud liégeoise ...

    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 26

  • Chernobyl Diaries control room
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [18] 02/09/2016 - Dernière modification le 02/09/2020 I had seen this control room in the movie "Chernobyl Diaries" (a movie I did not like at all), and I dreamed of visiting it one day. It's been done since this summer. Until now, the abandoned place that had inspired me most, impressed, and made me dream, was the ECVB powerplant, with its titanic dimentions, a dark dead and silent world, where rusty hues barely hang the weak Rays of light, under a layer of ashes, asbestos, and dust. In total contrast to the dark and almost oppressive atmosphere of the ECVB, this control room is extremely bright and colorful thanks to this magnificent glass roof. It almost feels like a fairy tale ballroom, amidst laughter and music. The consoles in the control room are covered with a layer of dust that testifies to the years of abandonment (it has been closed since 2005), but the whole remains clean and clean. Thank you to my companions of this adventure, Sophie, Lise, and Jef, for their patience, their dynamism and my questionable music program during the many hours I was driving. J'avais vu cette salle de contrôle dans le film "Chernobyl Diaries" (un film que je n'ai pas aimé du tout), et je rêvais de la visiter un jour. C'est chose faite depuis cet été. Jusqu'à présent, le lieux abandonné qui m'avait le plus inspiré, impressionné, et fait rêver, était la centrale ECVB, avec ses dimensions titanesques, monde sombre, mort, et silencieux, où les teintes de rouille accrochent à peine les faibles rayons de lumière, sous une couche de cendres, d'amiante, et de poussière. En totale opposition à l'ambiance sombre et presque oppressante de l'ECVB, cette salle de contrôle est extrêmement lumineuse et colorée, grâce à cette magnifique verrière. On se croirait presque dans une salle de bal d'un conte féerique, au milieu des rires et de la musique. Les consoles de la salle de contrôle sont couvertes d'une couche de poussière qui témoigne des années d'abandon (elle est fermée depuis 2005), mais l'ensemble reste propre et net. Merci à mes compagnons de cette aventure, Sophie, Lise, et Jef, pour leur patience, leur dynamisme et ma programmation musicale douteuse pendant les nombreuses heures où je conduisais.
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 27

  • Les années 80 - pollution
    https://www.gaudry.be > Photo > Galerie
    [19] 24/02/2019 - Dernière modification le 04/09/2020 Une partie de l'expo Génération '80 est dédiée aux grandes catastrophes écologiques qui se sont produites entre 1980 et 1990. Accidents nucléaires (En 1986 à Tchernobyl, qui entraîne des centaines de milliers de morts jusqu'à présent), mais aussi chimique (En décembre 1984 à Bhopal en Inde, qui a causé plus de 8000 morts dans les 3 premiers jours et plus de 20 000 morts en 20 ans), pétrolier (en 1989 au sud de l'Alaska, le nauffrage du pétrolier Exxon Valdez, ou encore en 1988 en mer du Nord, l'explosion de la plateforme pétrolière Piper-Alpha).
    Mot clé = annee (titre ou description) | Niveau = 28

40 articles

Document créé le 13/03/2010, dernière modification le 26/09/2019
Source du document imprimé : https://www.gaudry.be/tagcloud-rf-annee.html

L'infobrol est un site personnel dont le contenu n'engage que moi. Le texte est mis à disposition sous licence CreativeCommons(BY-NC-SA). Plus d'info sur les conditions d'utilisation et sur l'auteur.