Vous devez être membre et vous identifier pour publier un article.
Les visiteurs peuvent toutefois commenter chaque article par une réponse.

Messenger -> migration forcée vers la 6.2.0205

Niouzes de l’Infobrol (Communautés)Article publié le 13/02/2005 07:38:26


Si vous êtes un utilisateur de la messagerie instantanée MSN Messenger de Microsoft, vous avez été forcé de procéder à une mise à jour, sous peine de voir l'accès au service refusé.

Cette migration vous amène à utiliser la version 6.2.0205 comme nous l'indiquions dans cette news.

Aujourd'hui, nous en savons plus sur la raison qui a forcé Microsoft à procéder à cette mise à jour brutale.

Microsoft annonce ainsi :

"Cette mise à jour inclut les mesures les plus robustes en terme de sécurité disponibles actuellement pour MSN Messenger. Vous serez capable de vous connecter au service MSN Mesenger uniquement si vous avez procédé à cette mise à jour."


En fait, Microsoft a publié un bulletin d'alerte, MS05-009, qui informe de la possibilité d'un "exploit", c'est à dire d'une faille qui pouvait être utilisée pour mettre à mal MSN.

En fait, cette faille concerne une vulnérabilité dans la gestion des PNG pouvant conduire à l'exécution d'un code malveillant.

Outre MSN Messenger, Windows Media Player 9.0 et Windows Messenger sont également affectés par cette faille qualifiée de "critique".


Note : la version béta 7 de MSN Messenger n'est pas concernée.

Avatar :: Véro Un article de Véro

Source : indéterminée


Sélection, tri et recherche d'articles
FILTRER :
TRIER :1er critère : 2e critère :
CHERCHER : Dans les titres Dans le contenu


[Afficher les liens en fonction des critères du formulaire ci-dessus]

Table des matières Haut

Document créé le 25/06/2004, dernière modification le 26/10/2018
Source du document imprimé : https://www.gaudry.be/niouze-rf-383.html

L'infobrol est un site personnel dont le contenu n'engage que moi. Le texte est mis à disposition sous licence CreativeCommons(BY-NC-SA). Plus d'info sur les conditions d'utilisation et sur l'auteur.