Spa

Flag Spa

Spa (en wallon Spå) est une ville francophone de Belgique située dans la province de Liège en Région wallonne. Elle est connue pour ses eaux thermales.

Spa couvre une superficie de 38.85  km2 avec une population de 10,378 habitants (01/01/2018), soit densité de 267.13 habitants par Km2.
Gentilé : L'habitant(e) de Spa s'appelle un(e) Spadois(e).

Fuseau horaire principal : +02:00
Langue officielle : French

Localisation

Carte du monde

Spa : descriptif

Géographie

Spa se situe aux confins du massif ardennais, à la porte des Hautes Fagnes dans la vallée du Wayai. Le centre-ville est entouré de collines boisées6 dont celle d’Annette et Lubin à son Nord. La ville est limitrophe des communes rurales de Theux, Jalhay, Stavelot et Stoumont dans l’arrondissement de Verviers en province de Liège.

L’habitat du centre-ville est axé historiquement sur le pouhon Pierre-le-Grand. Il est en grande partie constitué de maisons entre pignons du xixe siècle, les deux tiers de la ville ayant brûlé dans la nuit du 22 juillet 1807. Les autres parcelles loties de la commune comprennent principalement des maisons unifamiliales et des villas isolées des xixe et xxe siècles. Trois quartiers se distinguent, celui du centre-ville proprement dit, celui du Vieux-Spa et du Wauxhall.

’industrie d’eaux minérales de Spa et de ses dérivés, Spadel SA., ainsi que la gare ferroviaire et le quartier Lieutenant Général Baron Jacques de Dixmude, se situent à l’Ouest de la ville.

Histoire

Spa était au début du xive siècle le nom d’un lieu, d’un point d’eau, actuellement le Pouhon Pierre-le-Grand. Le bourg de Spa s’est développé, à cette époque, au sein du plus ancien centre sidérurgique du pays de Liège à l’initiative de la famille Bredar dont Collin de Spa est l’auteur. Le ban de Spa, créé vers 1335, comprenait deux concentrations urbaines, la « vilhe de Creppe » et la « vilhe » de Spas, à deux kilomètres de distance. L’industrie sidérurgique a précédé l’exploitation des eaux minérales. C’est le commerce sidérurgique qui développa les voies de communication, qui rendirent possible le développement de la ville d’eaux.

Parmi les différentes hypothèses émises sur l’origine étymologique de Spa, on retient celle de « source jaillissante », du latin sparsa « éparse » et « jaillissante » participe passé de spargere, ou, plus simplement, « espace libre » du wallon spâ et du latin spatia, pluriel de spatium.

Spa est devenue une ville renommée grâce à ses sources d’eaux ferrugineuses. Une vingtaine d’entre elles jaillissent du sol spadois.

En 1559 parut le fameux ouvrage de Gilbert Lymborh « Des fontaines acides de la forêt d’Ardenne et principalement de celles qui se trouvent à Spa ». Il fut traduit en latin, italien et espagnol. En 1547, déjà, Agustino, médecin du roi d’Angleterre, Henri VIII, séjournait à Spa et contribua à faire connaître les eaux de Spa. Les bobelins européens sont alors de plus en plus nombreux à Spa. En juillet 1565, la petite noblesse des Provinces se réunit à Spa sous prétexte d’y prendre les eaux. C’est dans l’hôtel « Aux Armes d’Angleterre » qu’elle se met d’accord en vue de s’opposer aux édits de Philippe II, austère et intolérant ; c’est l’historique « Compromis des Nobles ». En 1654, le séjour de Charles II d'Angleterre à Spa apporte une renommée encore plus grande. Dès 1699, un système postal est mis en place entre Spa et l’extérieur.

Apogée de Spa

En 1717, le séjour du tsar Pierre le Grand est marquant pour tout le xviiie siècle à Spa. Toute la noblesse européenne, et parmi les princes plus titrés, s’y retrouve chaque saison d’été dans une ambiance unique. Le terme Spa est devenu un terme générique pour le thermalisme en anglais et dans quelques autres langues.

Révolution liégeoise

L’« affaire des jeux de Spa » sera à l’origine de la Révolution liégeoise de 1789 à 1794. Le privilège donné par le prince-évêque de Liège, Jean-Théodore de Bavière, aux associés de la Redoute, salle d’assemblée, contre monnaie sonnante et trébuchante, puis les procès faits entre la Redoute et leur concurrent du Waux-Hall, fort de ce privilège, enfin l’arrivée d’un troisième concurrent, le salon Levooz, remettant une nouvelle fois le privilège en question, furent l’objet d’âpres discussions politiques et juridiques en principauté de Liège. Celles-ci, donnèrent lieu à une stigmatisation de l’Ancien Régime et furent l'élément déclencheur de la Révolution liégeoise qui chassa le prince-évêque. En même temps se déroulait le soulèvement belge chassant le régime autrichien. Le résultat en fut la création des Etats-Belgiques-Unis. Mais les Autrichiens revinrent en force, tandis que le prince-évêque se réinstallait.

De la France à l’indépendance de la Belgique

En 1794, la principauté de Liège perdit son indépendance vieille de huit siècles, étant rattachée à la France comme département de l’Ourthe. En 1807, un incendie détruisit plus des deux tiers de la ville.

Après l'écroulement du Premier Empire Français, le traité de Vienne réunit à nouveau la Belgique aux Pays-Bas et au Luxembourg (qui devenait un grand-duché indépendant, propriété du roi des Pays-Bas). Sous le règne de la maison d'Orange, Spa bénéficia sérieusement de la protection de Guillaume II des Pays-Bas. En 1821, un bâtiment abrita la Fontaine du Pouhon. Les Fontaines extérieures furent reliées à la ville par des avenues ombragées. Les promenades en montagne furent créées en 1824, la Place Royale en 1826, les premiers bains publics furent ouverts en 1827.

Jean-Marc Wislet. Spa, Perle des Ardennes

Après l’éclatement de la révolution belge, le 15 août 1830 à Bruxelles, le Gouvernement provisoire réunit le Congrès national le 10 novembre qui proclama l'indépendance de la Belgique. Il décida que le pays serait une monarchie constitutionnelle, représentative et héréditaire. Il promulgua sa Constitution le 7 février 1831 et les Spadois pétitionnèrent avec la majorité du parlement afin d'obtenir pour roi le prince Léopold de Saxe-Cobourg. Celui-ci fut élu le 4 juin 1831.

En vue de développer le commerce belge, Charles Rogier présenta en 1834 un projet de construction de chemin de fer. Le 5 mai 1835, la première ligne du continent européen, Bruxelles-Malines, était inaugurée. La ligne 44 : Spa – Pepinster entra en service en 1854 et Spa – Luxembourg en 1865. L'organisation du service postal fut instaurée en 1840. Les lignes télégraphiques commencées en 1846 atteignirent Spa en 1856. Une usine à gaz édifiée à l'entrée de la ville, Avenue du Marteau, apporta, à partir de 1856, le premier système moderne d'éclairage et de chauffage. Un nouvel établissement des bains, qui avait été construit à l'entrée du Parc de Sept-Heures en 1840, en bénéficia pour développer ses moyens de cure, notamment la balnéothérapie.

Léopold II de Belgique succèda à son père en 1865. Il avait épousé en 1853 l'archiduchesse d'Autriche Marie-Henriette. Pendant près de cinquante ans, la reine Marie-Henriette passa la saison d'été à Spa. En 1877, le roi et la reine assistèrent à l'inauguration des tribunes de l’hippodrome de la Sauvenière. Le 29 juin 1879, ils apprécièrent l'avancement des travaux de construction du Pouhon Pierre le Grand et le roi contresigna peu après la loi de protection des eaux minérales de Spa. En 1880, la rivière du Wayai fut recouverte dans sa traversée du Parc de Sept-Heures où l'on édifia deux pavillons et la galerie Léopold II. En 1895, le couple royal acquit l'Hôtel du Midi16, avenue du Marteau et le transforma en résidence royale. Le premier meeting automobile se déroula à Spa, le 10 juillet 1896 en présence du prince Albert. Le vendredi 19 septembre 1902, dans la soirée, le glas annonça le décès de Sa Majesté la reine Marie-Henriette qui s'était installée à Spa. Les funérailles se déroulèrent le 22 septembre en présence du roi et du prince héritier Albert.

Première et Seconde guerre

Lors de la Grande Guerre, Spa fut un des centres de convalescence allemands les plus importants de 1914 à 1917.

À la demande d'Erich Ludendorff, le Kaiser Guillaume II ordonne l'installation du grand quartier général au début de l'année 1918 : à partir du mois de février les services de l'OHL emménagent dans les Hôtels de la ville. Le souverain établit sa résidence au Château de la Fraineuse. La ville accueille alors de nombreux responsables politiques de la quadruplice : en mai et en août, se tiennent notamment les deux dernières conférences regroupant l'empereur allemand Guillaume II et l'empereur-roi Charles Ier. Réunies à l'Hôtel Britannique, ces conférences ont pour but de définir la politique du Reich au fil de la dégradation de la situation militaire des puissances centrales. Ainsi, le 29 septembre, Guillaume II est obligé d'accepter la défaite de ses armées, d'ordonner l'ouverture de négociations de paix avec les Alliés et d'impulser une réforme fondamentale de l'empire allemand. Enfin, le 9 novembre 1918, Guillaume II abdique à Spa et renonce aux trônes d'Allemagne et de Prusse.

En 1920, la conférence de Spa est une de celles qui traitèrent des réparations dues par le Reich vaincu aux Alliés.

La Seconde Guerre mondiale vit Spa réoccupée par les Allemands mais échappa à la bataille des Ardennes en 1945 qui s’arrêta juste à ses portes.

Après-guerre

Les années 1950 puis 1960, amenèrent progressivement au développement du tourisme de masse. Ce sont les décennies du tourisme social aussi, avec une fréquentation de plus en plus nombreuse d’une clientèle flamande et hollandaise. Le tourisme de délassement prend le pas sur l’aspect thermal de Spa.

Les années 1980 et 1990, annoncent le début d’un renouvellement de l’infrastructure et du rayonnement de Spa. En 1994, un nouveau festival de chanson française est créé : les « Francofolies »

En 1997, le domaine de Spa-Bérinzenne ouvre le Centre d'éducation relative à l’environnement dont une des spécialités est l'eau.

xxie siècle

En 2005, un tout nouveau centre de « thermoludisme » voit le jour sur la colline d’Annette et Lubin avec vue panoramique sur la ville. Il est directement relié par funiculaire au cœur de la ville et à un nouvel hôtel de luxe.

En 2007, le circuit automobile de Spa-Francorchamps renouvelle complètement son infrastructure pour se conformer aux standards internationaux, ce qui l'autorise à accueillir chaque année, le Grand-Prix de Formule 1 de Belgique.

Sources et thermalisme

C’est au xvie siècle que l’on peut situer le développement de l’attrait de Spa pour ses sources d’eaux minérales de boisson thérapeutiques. Des quelques bobelins s’y rendant en cure à la fin de la Renaissance au Café de l’Europe du xviiie siècle, ce sont toujours ces eaux de boisson qui ont fait la première renommée internationale de Spa. Parmi les plus prisées, citons celles des sources de la Sauvenière, de la Géronstère, du Tonnelet.

Aujourd’hui toujours, une vingtaine de sources aux vertus différentes coulent à Spa dans le centre-ville comme dans les forêts avoisinantes. Dès le xvie siècle cependant, Spa a exporté ses mêmes eaux de boisson et Spa Monopole, faisant partie du groupe Spadel, poursuit cette activité avec un succès certain au xxie siècle, exploitant trois sources aux caractéristiques différentes : de la Reine, de Barisart et Marie-Henriette.

Les Bains de Spa sortent de terre en 1863. Des bains de boue à ceux d’eaux minérales en passant par des cures d’eaux de boisson de ses sources et de la détente ; le thermalisme de Spa était né.

Au xxie siècle, les nouveaux Thermes de Spa comprennent des bassins intérieurs et extérieurs à 32 °C sur 800 m2, des saunas, des hammams ainsi qu'un espace bien-être et beauté proposant des soins esthétiques, des massages et de la balnéothérapie. Spa constitue avec Chaudfontaine depuis 1955, la Fédération thermale de Belgique.

En 2009, la Ville de Spa s'est associée avec Vichy (F), Bath (GB), Acqui Terme (I), Salsomaggiore Terme (I) et Orense (E) pour créer l'Association européenne des villes thermales historiques (EHTTA). Le Conseil de l’Europe a attribué àSpa le label d’itinéraire culturel européen, le 1er juin 2010. Avec les villes thermales de Vichy, Bath (GB), Acqui Terme et Salsomaggiore (I) et Ourense (E), la ville de Spa fait partie de l'Itinéraire européen des villes thermales historiques reconnu au même titre que celui des Chemins de St Jacques de Compostelle.

Sources: Wikipedia

Spa dans la bande dessinée

Découvrez les informations sur Spa dans la bande dessinée.

Exemple de 10 photos de Spa

Thumb Marche à Spa 2019_02_03_142839Thumb Marche à Spa 2019_02_03_142721Thumb Marche ADEPS 2019_02_03_132119Thumb Marche ADEPS 2019_02_03_132047Thumb Marche à Spa 2019_02_03_131137Thumb Marche à Spa 2019_02_03_125058Thumb Marche à Spa 2019_02_03_124408Thumb Marche à Spa 2019_02_03_124235Thumb Domi et LéaThumb sans titre

104 autres localités pour province Liège

English translation

You have asked to visit this site in English. For now, only the interface is translated, but not all the content yet.

If you want to help me in translations, your contribution is welcome. All you need to do is register on the site, and send me a message asking me to add you to the group of translators, which will give you the opportunity to translate the pages you want. A link at the bottom of each translated page indicates that you are the translator, and has a link to your profile.

Thank you in advance.

Document created the 06/06/2020, last modified the 23/07/2020
Source of the printed document:https://www.gaudry.be/en/lieu/be/be-wlg/6263.html

The infobrol is a personal site whose content is my sole responsibility. The text is available under CreativeCommons license (BY-NC-SA). More info on the terms of use and the author.