Astuce photo – pose longue et sujet en mouvement

Comment faire une photo en pose longue avec un personnage, ou un sujet en mouvement?

Quand la lumière est trop faible, il faut utiliser un grand temps d’exposition; mais comment faire si on veut une personne sur une pose longue?

 Trapped into the beast

Nous pouvons jouer principalement sur trois paramètres quand la lumière n’est pas suffisante pour prendre une photo : la sensibilité, l’ouverture, et la vitesse.
Pour ceux qui maîtrisent ces paramètres, vous pouvez passer directement à la partie sur la pose longue avec des sujets en mouvement.

 The eye of the beast - les parois du plafond
Ici le problème ne se pose pas; la lumière manque mais il n'y a pas de sujet en mouvement... (infos)

Les paramètres de base en photo

La sensibilité en photo

Au moment d’acheter une bobine de pellicule photo, nous devions penser au type de photo que nous souhaitions prendre, ce qui conditionnait le choix de sensibilité. Plus le chiffre était bas, plus il était nécessaire d’avoir de la lumière pour prendre la photo (moins la pellicule était sensible à la lumière).
Par exemple, pour des photos d’extérieur ensoleillé, on choisissait 100ASA, et pour des photos d’intérieur 400ASA, voir même 1000ASA pour des photos de nuit.

Augmenter la sensibilité est la solution miracle?

Le premier problème, c’est que plus la sensibilité est élevée, plus la photo présentera du bruit (des petits grains qui apparaissent partout). Ce grain peut être voulu, ou pas, mais pour ceux qui ne souhaitent pas de grain, il faut donc garder une sensibilité la plus basse possible.

Ensuite, la montée en sensibilité implique une perte de la dynamique.

Enfin, et c’est en partie à cause du bruit, plus la sensibilité est forte plus faible sera le rendu des détails.

Ce principe reste valable en photo numérique, comme en photo argentique. La seule différence, est l’échelle utilisée, qui n’est plus ASA, mais une norme ISO (donc on ne dit plus 100ASA, mais ISO100, le terme ISO étant placé devant la valeur).

L’ouverture en photo

Puisque nous ne souhaitons pas de bruit de sensibilité sur notre photo, nous pouvons modifier l’ouverture.

En ouvrant plus le diaphragme, nous laissons entrer plus de lumière.

Augmenter l’ouverture est la solution miracle?

Augmenter l’ouverture diminue la profondeur de champs (PDC).
La PDC est la distance avant et après la zone de mise au point dans laquelle un élément sera net). C’est joli lorsque nous désirons détacher le sujet de son contexte (seul le sujet est net), mais pas si nous désirons que tout soit net.

Il faut nuancer cette affirmation, car la PDC dépend de la longueur focale (un grand angle possède une plus grande PDC qu’un télé), et la distance qui sépare les éléments influence le fait qu’ils soient ou pas dans la zone de PDC.
Dans le cas de notre exemple, la distance plafond(paroi)-sujet(moi) est trop grande par rapport à la distance appareil-sujet pour utiliser une très grande ouverture.

La vitesse en photo

Pour faire entrer plus de lumière, il suffit d’augmenter le temps (utiliser une vitesse plus basse). Dans le cas de vitesse d’obturation très faible, nous parlons de pose longue.

La pose longue est-elle la solution miracle?

Pour une photo de paysage inanimé, et pour autant que l’appareil soit très stable (pas à main levée), la pose longue est la solution en cas de faible lumière si on ne souhaite utiliser une faible sensibilité et une petite ouverture.

Mais il est impossible pour une personne de se tenir sans bouger pendant plusieurs minutes, même si les mouvements se limitent à une simple respiration.

L’utilisation du flash

S’il n’y a pas assez de lumière, le flash en apportera assez pour garder une sensibilité basse, une grande ouverture, et une vitesse élevée.

C’est vrai, mais l’utilisation du flash dans ces conditions pose certains problèmes, comme des ombres, une lumière crue, etc.

La pose longue avec des sujets animés

Fusionner des photos

Une astuce photo que je vous propose ici est de prendre deux photos, et de les fusionner.

Le premier point important, c’est de pouvoir placer l’appareil sur un support totalement stable (trépied, gorillapod, posé sur le sol, etc.), pour ne pas avoir de déplacement pendant la pose longue, et entre les deux photos à fusionner.

 Manual blending - Making of (Trapped into the beast)
Cliquer ici pour afficher les informations de la photo.

J’ai oublié ma télécommande, et le temps maximum que je peux utiliser en mode minuterie est de 30 secondes, sinon je dois garder mon doigt sur le déclencheur pendant que je compte le temps qui s’écoule, au risque de faire bouger l’appareil (le Nikon D800 est désavantagé par rapport au Nikon D810 sur ce point).
J’utiliserai donc une grande ouverture (f/2.8), au risque d’avoir des éléments qui ne seront pas nets.

J’ai donc d’abord pris une photo de l’ensemble de la scène, avec un temps d’exposition de 30 secondes.

Ensuite, sans bouger l’appareil de place, toujours en utilisant la minuterie, je me positionne sur l’amas de scories et la photo est déclenchée à 1/3 de seconde, avec un flash à -2IL en fin de pose.

Sur les petites vignettes de l’exemple, la photo avec flash est très laide car le flash n’éclaire qu’une zone et crée une lumière trop crue ainsi que des ombres.

Sous Gimp ou Photoshop, la photo au flash est superposée sous forme de calque sur la photo en pose longue.
Il me suffit alors d’ajouter un masque de fusion sur ce calque, et de choisir ce qui apparaît à l’aide des outils gomme et pinceau.

Et si on utilise le flash?

Une autre possibilité que j’ai déjà utilisée dans le noir complet, c’est de poser l’appareil sur un support stable, puis de déclencher en mode « bulb ».
Le mode « bulb » signifie que l’obturateur reste ouvert, laissant entrer toute source de lumière, jusqu’au moment où on décide de le fermer.

De cette manière, si on se déplace judicieusement (en mode ninja nyctalope pour ne pas se cogner partout dans le noir complet), et que l’on déclenche le flash depuis des endroits différents, il est possible de supprimer toutes les ombres, et même de faire apparaître une personne sans le fou de mouvement.

Cette méthode est plus aléatoire car on ne sait jamais contrôler si suffisamment d’information de lumière entre en contact avec le capteur, si on a bien dégagé toutes les ombres et illuminé toute la scène, et si le personnage n’apparait pas sous la forme d’un fantôme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles semblables