Bernard Prince


Status : série en cours
Genre : Aventure

Quand deux géants de la BD se rencontrent et décident d'associer leurs talents, il en résulte un héros grand format et une succession d'aventures qui suscitent d'emblée l'enthousiasme et s'incrustent pour toujours a la plume du scénariste Greg ("Achille Talon", "Comanche", "Bruno Brazil"…) et des crayons du dessinateur Hermann ("Comanche", "Jérémiah", "Caatinga"…).

Bernard Prince est de ces aventuriers attachants et hors du commun qui défient le temps et les modes. Riches en rebondissements et bons sentiments, ses exploits n'ont pas cessé de captiver tous les bédéphiles de 7 à 77 ans.

Le sens de l'intrigue et des qualités humaines de son narrateur, le goût de l'exotisme et de l'action de son illustrateur font de cette série, un modèle du genre.

Avant Bernard Prince

Bernard Prince fait son apparition en janvier 1966 dans l'aventure Billet surprise. Mais pour Greg, son scénariste, Bernard Prince n'est pas tout à fait un inconnu puisque sa véritable naissance eut lieu en 1958.

A cette époque paraissait un hebdomadaire qui a aujourd'hui disparu et avait pour titre Ima. C'est dans ce journal que Greg, avec Louis Haché au dessin, contait les aventures de Bob Francval, un agent d'Interpol, et d'un jeune Indien qu'il avait recueilli, prénommé Djinn.

Étonnante préfiguration des premières aventures de Bernard Prince qui se décline en 2 histoires de 30 pages et quelques récits complets :

Terreur sur le Pacifique. Cette aventure conte les tribulations de nos héros aux prises avec de dangereux espions dans les îles du Pacifique.

Danger à vendre. Curieusement, un épisode a pour titre Opération Jeunes Mariés, titre que Greg reprend texto dans l'une des premières aventures de Bernard Prince (Bernard Prince d'hier et d'aujourd'hui).

Bob Francval et un jeune Indien prénommé Djinn…

Bernard Prince

La série policière du départ devient donc vite une série d'aventures au sens large du terme. Sorte de croisement entre un James Bond qui voyagerait sur un bateau, pour son côté glamour et toujours propre sur lui, et un Tintin réaliste, pour son côté boy-scout aux prises avec un monde moderne délétère et ce, aux quatre coins du monde.

Poster Journal Tintin (1971)

Si les conflits qui le happent sont toujours le résultat des turpitudes humaines, les principaux dangers que Bernard Prince doit affronter sont en revanche bien naturels. C'est donc l'affrontement direct entre l'homme et les puissances de la nature qui ont fait le succès et l'originalité de cette série à part dans la BD européenne. Il est donc… naturel de présenter la série sous l'angle qui lui est propre. Voici Bernard Prince ou…

Manipulé ?

Bernard Prince est l'objet de manipulations. Il fait souvent figure d'un pion sur un échiquier. Il est comme un pantin. Les raisons réelles du conflit lui échappent.

Des militaires l'obligent à ravitailler un fort après lui avoir confisqué son permis de cabotage (Le général Satan). Un riche homme ressemblant à Barney, profite des ennuis financiers de Bernard Prince pour le convaincre à accepter sa proposition (Aventures à Manhattan). Un président déchu se sert de lui pour reconquérir le pouvoir (Guérilla pour un fantôme). On séquestre le Cormoran afin de tirer un obus dans la piscine de Duke Sébastian, un riche mafieux (Objectif Cormoran).

L'évolution de Bernard Prince et des femmes.

Selon Hermann, Greg était plus un scénariste de situation et ne s'attardait pas suffisamment sur les relations humaines. Souvent la femme servait de faire-valoir, tel Jennifer Moran, (La Passagère, Bernard Prince d'hier et d'aujourd'hui), fille capricieuse d'un milliardaire qui croit qu'avec l'argent elle peut tout avoir. Heureusement, Bernard Prince passait par là et la voici édifiée. La présence de Crystal (La loi de l'ouragan) est à peine moins caricaturale. Bernard Prince n'exprime par ailleurs pas la moindre attirance pour cette délicieuse demoiselle.

Sur la vie sentimentale de Bernard Prince, Greg n'a levé qu'un tout petit coin du voile. Le souffle de Moloch nous expose une scène où Bernard Prince va retrouver une petite amie, Lola. Hermann aurait sans doute aimé développer un peu la scène, donner un peu d'épaisseur la donzelle, mais Bernard Prince s'empresse aussitôt de la quitter pour résoudre le vol de son bateau. Cette demoiselle tient le rôle parfait de la potiche. 

L'otage (Bernard Prince d'hier et d'aujourd'hui) nous présente enfin la copine de Bernard Prince, Mélanie. Ils se comportent comme de jeunes amoureux et se bécotent sous le regard lassé de Djinn. De par son comportement, on devine qu'elle est un peu gourde et par ailleurs complètement dépassée par les événements. Elle n'intervient pas dans l'action. En cela, Greg n'innove aucunement, confirmant le rôle passif de la femme dans la BD de l'époque.

Une pointe d'humour

Hermann n'est quasiment jamais intervenu dans les scénarios de Bernard Prince, il formulait tantôt ici tantôt là une envie, telle l'idée de la nature destructrice. Quant aux dialogues, il laissait le champ libre à Greg qui, émule d'Audiard, n'avait pas son pareil pour trouver la bonne formulation. Par exemple, dans Les Pirates de Lokanga (Général Satan), la remarque persifleuse de Bernard Prince sur l'art africain. Greg ne cessera d'ailleurs de truffer ses dialogues de petites phrases assassines. Il agissait par ailleurs de la même manière dans la vraie vie, assurant « préférer perdre un ami plutôt que rater un bon mot ».

Les pirates de Lokanga

Dans l'album suivant et pour la première fois, Hermann proposa une idée de gag absurde : dans Tonnerre sur Coronado, à la planche 10, on voit Barney ramasser son coussin. Greg fait échapper Jordan de la propriété de Bronzen dans son pyjama et avec son oreiller. Ce qui donne une idée à Hermann. Il la suggère à Greg qui accepte : Jordan va ainsi se trimbaler avec cet oreiller tout au long de l'aventure, tel un type qui, sortant de chez lui le matin, se rendrait à son boulot en gardant sa poubelle à la main !

L'oreiller de Jordan dans Tonnerre sur Coronado

Les reprises

Vers la fin des années 70, Hermann ressent l'envie de créer ses propres scénarios. Une occasion se présente. Un éditeur allemand, Koralle, lui offre la possibilité de se lancer dans un projet personnel. Hermann saute sur l'occasion, mais il y a une condition : il doit arrêter Bernard Prince ou Comanche. Hermann demande à Greg quel personnage il préfère le voir abandonner et celui-ci choisit d'arrêter Bernard Prince.

Dany, admirateur d'Hermann, reprend la série. Il réalise quelques courts récits et deux albums : Pièges aux 100.000 dards et Orage sur le Cormoran. Malgré un certain succès, Dany décide de jeter l'éponge. Pourquoi ? « La vraie raison de l'arrêt de cette série, c'est que je préfère être propriétaire que locataire ! Bernard Prince était trop fortement marqué par l'empreinte d'Hermann. Je n'étais pas chez moi dans cette série » (Greg, Dialogue sans bulles, édit. Dargaud).

Vient ensuite le tour d'Aidans. Il réalise deux aventures : La Dynamitera et [bd slug=”le-poison-vert” serie=”bernard-prince” display=”Le poison vert”]. Après le décès de Greg, faute de repreneur, la série s'arrête au seuil du nouveau millénaire.

Malgré l'arrêt de la série, Hermann signe trois couvertures : pour les deux albums de Dany et pour le dernier d'Aidans.

Anecdotes

En suédois, la série connue sous le nom de "Captain Prince" a été publiée dans les magazines Fantomen , Magnum Comics , Banggg , Champion , Jetserien et Collage , ainsi que dans leurs propres albums des éditeurs Carlsen et Zoom .

Le grand retour

En 2010, alors que personne ne l'y attendait plus, Hermann revient avec un nouveau Bernard Prince, Menace sur le fleuve, dont son fils Yves H. signe le scénario. Respectant l'esprit imprimé par Greg à la série dans les années 1970, ce nouvel opus débute par une image du Cormoran amarré au quai d'un port fluvial quelque part en Amérique latine. Précisément un des décors préférés de Greg. Car cet album, s'il développe une intrigue originale, se présente comme une œuvre synthétique de la série et conçue comme un hommage à Greg. En outre, on y retrouve des personnages bien connus des fans, quelque peu oubliés par les albums plus récents. 

Une façon comme une autre pour cette série phare des années 70 de tirer définitivement (?) sa révérence.

Bernard Prince : les albums

Consulter les informations sur la BD Le Général Satan
Consulter les informations sur la BD Tonnerre sur Coronado
Consulter les informations sur la BD La Frontière de l’Enfer
Consulter les informations sur la BD Aventure à Manhattan
Consulter les informations sur la BD L'Oasis en Flammes
Consulter les informations sur la BD La Loi de l'Ouragan
Consulter les informations sur la BD La Fournaise des Damnés
Consulter les informations sur la BD La Flamme Verte du Conquistador
Consulter les informations sur la BD Guérilla pour un Fantôme
Consulter les informations sur la BD Le Souffle de Moloch
Consulter les informations sur la BD La Forteresse des Brumes
Consulter les informations sur la BD Objectif Cormoran
Consulter les informations sur la BD Le Port des Fous
Consulter les informations sur la BD Le Piège aux 100 000 Dards
Consulter les informations sur la BD Orage sur le Cormoran
Consulter les informations sur la BD La Dynamitera
Consulter les informations sur la BD Le poison vert
Consulter les informations sur la BD Menace sur le fleuve
Consulter les informations sur la BD HS - D'Hier et D'aujourd'hui

70 personnages dans la série Bernard Prince


Tags

Voir toutes les séries BD

Document créé le 01/05/2020, dernière modification le 06/02/2021
Source du document imprimé : https://www.gaudry.be/bd/bernard-prince/

L'infobrol est un site personnel dont le contenu n'engage que moi. Le texte est mis à disposition sous licence CreativeCommons(BY-NC-SA). Plus d'info sur les conditions d'utilisation et sur l'auteur.