Afficheur de flux (448 flux disponibles)

Sommaire du document



Musique, cinéma, TV, événements, actualités du monde

95 flux RSS disponibles dans cette section.
15 flux chargés.
Erreur

Impossible de charger le flux pour art-fontenay.com
Détails : Impossible de charger URL (Erreur HTTP : connection failed ()



Cafeduweb


Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:13
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 50 minutes 41 secondes

Actualité du webzine communautaire Cafeduweb où les rédacteurs sont les internautes

Samedi 23 Août 2014, 10:19 : Le vrai sens des mots. 32 dans ! Même pour celles qui s’en tamponnent, comme le Tampax vite… déjà cette heure là ? Vous en avez assez de ce dictionnaire…Moi aussi, mais comme j’ai décidé d’aller au bout, abrégeons nos souffrances communes, et remettons-en un coup ! Courage !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 10 Août 2014, 11:08 : Le vrai sens des mots. Sur son 31 ! La fête continue. Au mois d’aout point de doute. Nous sommes parvenus non sans mâle, jusqu’à la voyelle « I ». 9ème lettre de l’alphabet. On tient le bambou, courage ! plus que 17 lettres ! et si vous n’en ressortez pas meilleurs, vous n’en sortirez pas pire, bitte !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Mercredi 30 Juillet 2014, 11:26 : Mon pauvre vieux… Pfff…T’en as pas marre de raconter des des couenneries à longueur de web…Qu’est-ce que c’est encore que c’est que ceci ça !?! Hein ? T’as pas honte ? penses-tu ! Tu ne te rends même plus compte à rebours…Enfin…Y a pire…c’est que des gens te lisent ! parait même que certains aiment ça ! Pauvre monde…
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Mardi 29 Juillet 2014, 15:53 : Proverbes intimes Il se trouve que les proverbes sont mal mariés. Leur bon sens finit par un non-sens , c’est pourquoi n’égouttant que mon courage plutôt que mon mouchoir trempé de sueur, j’ai décidé en cette fin juillet de rétablir leur véritable contre sens. Ne me remerciez pas, c’était ça ou le repassage et les courses !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 20 Juillet 2014, 18:31 : Cartes Peu stables !Quelques pensées de vacances entre sable et eau salée, lorsque le cerveau face aux vagues, divague en réponse. Quelques bribes débridées abattues avant d’être débattues, tissu issu d’un visage hâlé sans retour.
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Mardi 15 Juillet 2014, 14:37 : Altriman 2014 : Les angles (66)Samedi 12 juillet 2014 8 h, nous rejoignons les athlètes du jour ! Ils se sont entraînés toute l'année pour participer à cette belle épreuve de l'Altriman des Angles avec 350 adversaires.
Catégorie : Planète - Ecologie

Vendredi 11 Juillet 2014, 10:59 : Le vrai sens des mots. Con cil de Trente ! Pendant les vacances, les travaux continuent. Surtout pour les recalés, les décalés, tous ceux qui ont calés. Ne nous décourageons pas, voici donc une nouvelle tartine de mots en onction neuronale. A déguster sans modération sur la plage ou en montagne, c’est comme vous le voule !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Samedi 21 Juin 2014, 14:05 : Meurtres à la cour du prince Genji – Seio NagaoCe roman s’inspire du fameux Dit du Genji, une épopée classique écrite par Shikibu Murasaki au XIème siècle et considérée comme une œuvre fondatrice de la littérature japonaise. Cette dame de cour, qui a vécu à l'époque de Heian, rapporte l’histoire vraie d’un fils d’empereur, d’une beauté extraordinaire, mais exclu de la succession au trône puis fondateur d’une nouvelle dynastie.
Catégorie : Lecture

Mardi 17 Juin 2014, 16:14 : Quels jeux de société pour les enfants à partir de 2 ans?C’est bientôt les vacances d’été. Vous avez prévu de partir en famille, à la mer, à la montagne ou à la campagne. Quoi qu’il en soit, vous espérer qu’il fera beau. Et si ce n’était pas le cas ? Mieux vaut prévoir quelques jeux de société dans la valise ! Oui, d’accord, mais pour les plus petits ?
Catégorie : Jeux de société

Mercredi 11 Juin 2014, 15:48 : Dis papa, pourquoi ? – Christian VoltzLe 15 juin prochain, nous célébrerons la fête des pères. C’est donc l’occasion rêvée pour vous parler d’un livre que nous aimons particulièrement mon Loulou et moi. Il s’agit de Dis papa, pourquoi ?, un petit album original, écrit et illustré par Christian Voltz.
Catégorie : Lecture

Lundi 09 Juin 2014, 11:58 : Le vrai sens des mots. Chapitre Vin neuf ! Et quand il est tiré, il le boire…pour le croire ! jusqu’à la lie, l’hallali ! Nous sommes désormais à la lettre H ! de guerre ! l’aire H ! Vous savez, celle des coupeurs de têtes dans les entreprises. D’ailleurs dans RH…le « R » ne veut plus dire « relation » mais « ressource » ! L’homme est devenu une ressource comme le gaz et l’électricité…vous trouvez ça humain, vous ?
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 25 Mai 2014, 10:59 : Le vrai sens des mots. Vente d’huitre. Nous n’en avons pas encore fini, c’est bien fait…Fallait pas commencer ! Comment sait ? il suffit d’apprendre par le bon bout. Considérez que ce nouvel opus vous y aide. Et puis, pitié ! cessez de faire cette tête d’enterrement ! plus vite on s’y colle, plus vite ce sera terminé.
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 27 Avril 2014, 10:42 : Foire atout ! Et vide gros niais. Encore une salve de propos décousus en doigt d’honneur sur la couture, qui refusent de se laisser coller une étiquette. Des phrases lunaires en solde de tout compte à dormir de boue…
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 20 Avril 2014, 11:16 : Le vrai sens des mots. Vain set… Bonjour ! C’est en corps moite ! La table est mise, la soupe est servie, prêts pour la dégustation ? Alors en croûte vers de nouvelles aventures ! Nous sommes toujours à la lettre « G », il va falloir en finir, une bonne foi pour tourte !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Vendredi 11 Avril 2014, 09:51 : Les passations de pouvoirDans notre chère raie publique, si souvent honorée par son fondement, il n’est pas une cérémonie qui me fasse plus rire que les passations de pouvoir sur le perron des ministères par son pathétique ridicule. Nous sommes passés directement du cirage de pompe, à la masturbation collective, le léchage de culte et le suçage de gland !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Samedi 05 Avril 2014, 10:18 : Le vrai sens des mots. Chapitre léonard de 26.Pourquoi changer une équipe qui perd ? Après tout, elle ne peut faire que mieux ! Donc, on continue avec cette salle habitude, ce TOC tic, qui consiste à vous faire prendre des vaisseaux pour des lentilles !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Dimanche 16 Mars 2014, 13:15 : Menue proseun temps absurde et jubilatoire un temps poète et tendre il y a un temps pour tout allez pose ta tête sur mon épaule et écoute ce que je susurre à ton oreille
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Mercredi 12 Mars 2014, 19:19 : Travaux–Ecologiques un nouveau réseau de professionnelsCréer, rénover, restaurer ou réhabiliter un bâtiment tout en respectant, à chaque étape de la construction et de son utilisation future, au mieux son environnement et sa santé sont les bases de l’écoconstruction ou construction durable. Même si la pratique ne date pas d’hier, elle est apparue à la fin des années 1960, il n’est pas toujours facile de trouver les professionnels capables de répondre aux questions et attentes de celui qui souhaite s’engager dans cette démarche afin d’intégrer sa future construction le plus respectueusement possible dans le milieu et en utilisant au maximum des ressources locales, peu transformées et saines.
Catégorie : Planète - Ecologie

Samedi 08 Mars 2014, 10:26 : Le vrai sens des mots. Chapitre moins vingt cinq. Faut s’y faire…même si tu vocifères ! il est grand temps de reprendre le chemin du dico afin de corriger les fautes des erreurs et de replacer l’ensemble en haute définition. Courage ! Ce n’est qu’un mauvais moment à trépasser…
Catégorie : Dom Qui Chuchotte

Samedi 01 Mars 2014, 19:10 : BREVES DE CERVEAU… Quand de manière épizootique, le spasme d’un nain qui s’tend, un neurone clignote comme le néon usé d’un hôtel borgne dans la nuit sans fin ni fond (sans fion, donc) surgissent alors des pensées turgescentes en tête à queue sans queue ni tête tel un soixante neuf donc le neuf aurait été émasculé et le six guillotiné…Je vous les livre tel que mon encéphale les défèque…brut sans décoffrage !
Catégorie : Dom Qui Chuchotte



Cosmosonic - News, chroniques de disques, festivals, discussions - musique, MP3, DivX, eMule, donkey...


Le document vient d'être mis en cache par NewsBrol. Ancien cache : Mardi 03 Septembre 2013, 19:27
Prochaine mise en cache dans : 4 heures

Cosmosonic.com News

Liste des gagnants de l'opération Thess.
Union des labels indépendants autour d'une plateforme de distribution
Pink Floyd - 'The Piper at the gates of dawn'
Cat Power -'The Greatest'
loi DADVSI ou le contrôle du savoir
Dominique A - 'L'Horizon'
Les Wampas - ' Rock'n Roll part 9'
Programmation du Rock dans tous ses Etats
Tehss - 'Underground'
Route du Rock 2006 - Collection hiver.


Logo DH.be - Medias


Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:13
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 50 minutes 42 secondes

Medias sur DH.be

Mercredi 01 Octobre 2014, 16:20 : Première image du film Angry BirdsTous les fans de Game of Thrones connaissent Peter Dinklage. Alias le cynique Tyrion Lannister. Les admirateurs d’Angry Birds devraient bientôt les rejoindre : l’acteur de 45 ans a en effet accepté de doubler le légendaire Mighty Eagle dans ...
Un article de : P.L

Mercredi 01 Octobre 2014, 15:17 : Koh Lanta: la lettre de motivation de MoundirL'aventurier a posté, sur son site web, la lettre de motivation qu'il a envoyée à Adventure Line Productions pour intégrer une nouvelle fois le programme
Un article de : M. Br.

Mercredi 01 Octobre 2014, 08:27 : Le jeu vidéo "Tetris" bientôt adapté au cinémaC'est sans doute cela qu'on appelle un block-buster...
Un article de : belga

Mardi 30 Septembre 2014, 18:19 : Sorties cinéma: "Travailler plus pour baiser moins"Mercredi, c'est les sorties ! Pour vous aider à faire un choix, nous vous décortiquons les nouveautés cinéma auxquelles vous aurez droit cette semaine. Découvrez l'avis de notre expert.
Un article de : Patrick Laurent et Pierre-Yves Paque

Mardi 30 Septembre 2014, 15:33 : Prince en concert dans votre salonPour la sortie de ses deux nouveaux albums, Prince organise une grande fête à Minneapolis qui sera diffusée en streaming sur Internet.
Un article de : N.Rymen

Lundi 29 Septembre 2014, 16:13 : Dany Boon président!Il présidera les Césars 2015, six ans après avoir durement critiqué la fête du cinéma français.
Un article de : Patrick Laurent

Lundi 29 Septembre 2014, 12:59 : La presse tabloïd anglaise vacille entre sexe, scandale et démissionLa démission d'un secrétaire d'Etat après la publication par le Sunday Mirror de ses échanges lestes avec un journaliste se faisant passer pour une groupie a relancé lundi le débat en Grande-Bretagne sur les méthodes employées par la presse tabloïd.
Un article de : AFP

Lundi 29 Septembre 2014, 12:31 : Fifi Brindacier expurgée par la télé suédoise pour cause de racismeLorsque Fifi parlait de son père, elle l'appelait "le roi des Nègres". Le son a été remixé et elle l'appellera le "roi".
Un article de : AFP

Lundi 29 Septembre 2014, 09:33 : Le crampon du jour: "Luzon rappelé au pays"Retrouvez Thibaut Roland et son "Crampon dans le café" tous les jours sur DH Radio à 7h50 !
Un article de : DH Radio

Lundi 29 Septembre 2014, 09:02 : Netflix bientôt sur Proximus TVA terme, tous les clients Proximus TV auront la possibilité d'accéder à Netflix via leur décodeur.
Un article de : BELGA

Lundi 29 Septembre 2014, 08:14 : "La Boule" de Fort Boyard est décédéYves Marchesseau, plus connu sous le surnom de "La Boule" dans l'émission Fort Boyard, a succombé à un cancer.
Un article de : Rédaction en ligne

Lundi 29 Septembre 2014, 07:50 : Un personnage des Simpson a perdu la vie dans l'épisode de ce dimancheNous vous l'annoncions déjà il y a quelques semaines: un personnage récurrent des Simpsons allait perdre la vie dans le tout premier épisode de la 26ème saison - déjà - des aventures des petits bonshommes jaunes !
Un article de : M. Br.

Dimanche 28 Septembre 2014, 13:02 : Castaldi, très ému, dit adieu à Secret StoryBenji et Secret Story, c'est bien fini.. L'animateur n'a pu cacher son émotion lorsqu'il a dit au revoir à TF1!
Un article de : Rédaction en ligne

Samedi 27 Septembre 2014, 13:06 : Qu’est ce qu’un bon coup au lit ?Nous savons tous ce que nous avons préféré et préférons au lit, mais la question qui demeure est celle de savoir « pourquoi » et surtout « comment » réitérer un super coup.
Un article de : Stéphanie Hannier, sexologue

Samedi 27 Septembre 2014, 06:43 : Téléchargez gratuitement l'album suprise du chanteur de RadioheadL'artiste est coutumier de l'expérimentation de techniques de vente alternatives.
Un article de : belga

Samedi 27 Septembre 2014, 06:13 : God Save the 90's: un concept qui cartonneL'événement affichait sold out en une semaine.
Un article de : Letizia Virone

Samedi 27 Septembre 2014, 00:03 : Secret Story: le nom de la gagnante dévoilé... avant la finale?D'après un fin observateur, la prod' a dévoilé le nom de la gagnante de la 8e saison avant même la finale. Et ce, dans la quotidienne qui précédait (voir photo dans l'article). Possible?
Un article de : Rédaction en ligne

Vendredi 26 Septembre 2014, 21:48 : Koh Lanta: razzia pour les rouges, hécatombe chez les jaunes !Soirée tranquille pour les rouges. Chez les jaunes, c'est la soupe à la grimace: Isabelle revient... et repart, victime d'une fracture du pied sur l'épreuve d'immunité.
Un article de : M. Br.

Vendredi 26 Septembre 2014, 16:02 : FIFA 15: Tielemans et Bakkali meilleurs jeunes joueurs!Youri Tielemans et Zakaria Bakkali stars en puissance de la nouvelle mouture FIFA!
Un article de : Rédaction en ligne

Vendredi 26 Septembre 2014, 12:32 : Rendez-vous avec l'équipe de Danse avec les stars dans votre Télé DHRetrouvez 70 pages complètes de programme TV du 20 au 26 septembre, d'infos people, de critiques d'émissions, d’interviews exclusives... Bref, le must au niveau du petit écran !
Un article de : Télé DH



Krinein, on critique tout

Document distant généré le : Thu, 02 Oct 2014 06:00:01 GMT
Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:13
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 50 minutes 42 secondes

Les derniers articles publiés chez Krinein

Jeudi 02 Octobre 2014, 07:32 : Premier coup de pad - Bayonetta 2 sur Wii UPreview : Premier coup de pad - Bayonetta 2 sur Wii U
Mercredi 01 Octobre 2014, 09:13 : Dawn to dusk, un premier (bon) album pour The Dedicated NothingCritique : Dawn to dusk, un premier (bon) album pour The Dedicated Nothing
Mercredi 01 Octobre 2014, 08:08 : Le Lombard : Sisco et Capitaine TrèfleCritique : Le Lombard : Sisco et Capitaine Trèfle
Lundi 29 Septembre 2014, 09:13 : Sorties d'album du 29 septembre 2014 : Prince, Yelle et MeshuggahActualité : Sorties d'album du 29 septembre 2014 : Prince, Yelle et Meshuggah
Lundi 29 Septembre 2014, 08:08 : FuturopolisCritique : Futuropolis
Samedi 27 Septembre 2014, 08:08 : Delcourt : Wendy, Détectives, 7 Merveilles, ComplotCritique : Delcourt : Wendy, Détectives, 7 Merveilles, Complot
Vendredi 26 Septembre 2014, 15:24 : The Walking Dead : Saison 2 - TestCritique : The Walking Dead : Saison 2 - Test
Vendredi 26 Septembre 2014, 11:11 : Japan Expo 2014 - Interview de Kachou Hashimoto : « Kidow, c’est plus la recherche d’un idéal personnel qu’une expérience autobiographique. »Interview : Japan Expo 2014 - Interview de Kachou Hashimoto : « Kidow, c’est plus la recherche d’un idéal personnel qu’une expérience autobiographique. »
Vendredi 26 Septembre 2014, 09:13 : La Canaille nous offre sa nauséeCritique : La Canaille nous offre sa nausée
Vendredi 26 Septembre 2014, 08:08 : CASTERMAN : UW2Critique : CASTERMAN : UW2
Mercredi 24 Septembre 2014, 11:11 : Mon été avec… Tonkam. Critique : Mon été avec… Tonkam.
Mercredi 24 Septembre 2014, 09:04 : Hyrule Warriors - Quand Zelda met des coups de tatane… Critique : Hyrule Warriors - Quand Zelda met des coups de tatane…
Mercredi 24 Septembre 2014, 08:08 : Soleil, ou comment apprendre les consonnesCritique : Soleil, ou comment apprendre les consonnes
Mardi 23 Septembre 2014, 09:13 : Sorties d'album du 22 septembre 2014 : Lady Gaga, Jenn Ayache et Aphex TwinActualité : Sorties d'album du 22 septembre 2014 : Lady Gaga, Jenn Ayache et Aphex Twin
Lundi 22 Septembre 2014, 09:51 : Célimène et le CardinalCritique : Célimène et le Cardinal
Lundi 22 Septembre 2014, 08:08 : Soleil, ou comment apprendre les voyellesCritique : Soleil, ou comment apprendre les voyelles
Dimanche 21 Septembre 2014, 08:08 : Z comme Zombies – Tome 2 : L’Immonde perduCritique : Z comme Zombies – Tome 2 : L’Immonde perdu
Samedi 20 Septembre 2014, 23:08 : Orgies barbares - tome 2Critique : Orgies barbares - tome 2
Vendredi 19 Septembre 2014, 11:11 : Japan Expo 2014 - Interview de Chiaki Miyamoto : « J’aime beaucoup dessiner les histoires avec des animaux. »Interview : Japan Expo 2014 - Interview de Chiaki Miyamoto : « J’aime beaucoup dessiner les histoires avec des animaux. »
Vendredi 19 Septembre 2014, 10:13 : La rage de Lofofora toujours là sur L'épreuve du contraireCritique : La rage de Lofofora toujours là sur L'épreuve du contraire


Non disponible

L'Infobourg - presse pédagogique en cours de soumission






Logo Lalibre.be - Culture


Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:05
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 43 minutes 9 secondes

Culture sur Lalibre.be

Mercredi 01 Octobre 2014, 14:54 : 579.606 noms unis à jamais, amis et ennemisSur la colline de Notre-Dame de Lorette, près d’Arras, on a placé un magnifique Mémorial à tous les morts de la Grande Guerre, témoignage à la folle bêtise humaine. Il sera inauguré le 11 novembre comme point d’orgue, en France, à l’année du centenaire. Reportage.
Un article de : Guy Duplat Envoyé spécial à Notre-Dame de Lorette (Arras)

Mercredi 01 Octobre 2014, 12:06 : Le BAM, caisse de résonance des arts numériques à LiègeUn programme riche et diversifié a fait déjà résonner les échos de BAM dans les hautes fréquences de la Quinzaine Numérique au sein de laquelle il s'intègre.
Un article de : Alain Lorfèvre

Mercredi 01 Octobre 2014, 09:40 : Très petit cabinet culture pour LaananLa nouvelle ministre de la Culture, Joëlle Milquet, aura un cabinet culture très réduit, dit-elle. Pas plus petit que celui de Fadila Laanan selon cette dernière.
Un article de : G.Dt

Mercredi 01 Octobre 2014, 07:39 : Face à face virtuel : Joëlle Milquet et Fleur PellerinCette semaine, pas de conseil ou de coup de gueule. Je vous invite à un face à face. Virtuel, fabriqué par mes soins, mais fondé sur des propos authentiques.
Un article de : Alain Lorfèvre

Mercredi 01 Octobre 2014, 04:43 : "Bodybuilder": Corps à corps père-filsLa troisième réalisation de Roschdy Zem pénètre dans les coulisses du culturisme. La troisième réalisation de Roschdy Zem pénètre dans les coulisses du culturisme. Le comédien, qui est aussi réalisateur et scénariste, dresse un parallèle entre les bodybuilders et les acteurs, cachés les uns comme les autres derrière une armure.
Un article de : Alain Lorfèvre

Mardi 30 Septembre 2014, 18:31 : Le chant hanté de The Antlers“Familiars” est le 5e album studio du trio originaire de Brooklyn. D’œuvre en œuvre, les musiciens subliment leur travail. Ils sont en concert ce mercredi soir à l’AB de Bruxelles.
Un article de : Propos recueillis par Marie-Anne Georges

Mardi 30 Septembre 2014, 17:30 : Pierce Brosnan, à l’ombre de BondLe 14 septembre dernier, Pierce Brosnan était l’invité d’honneur du Festival d’Ostende. Après avoir inauguré son "étoile" sur la digue, le comédien irlando-américain présentait en avant-première belge "The November Man", qui sort en salles ce mercredi. Entretien d'Hubert Heyrendt.
Un article de : Hubert Heyrendt

Mardi 30 Septembre 2014, 15:46 : Claudia et le guépardLa Cardinale est de retour, lundi, à Bruxelles, en l’honneur de Visconti.
Un article de : F.Ds

Mardi 30 Septembre 2014, 15:28 : La musique est révolutionnaire, l’art en témoigne…La Villa Empain propose un magnifique parcours artistique sur la force révolutionnaire de la musique. Des dizaines d’œuvres venues en partie du monde arabe et de l’Iran, mais aussi d’Europe et d’Extrême-Orient en témoignent.
Un article de : Guy Duplat

Mardi 30 Septembre 2014, 11:02 : "The November Man": Brosnan reprend du servicePierce Brosnan n’a pas perdu la main dans un film d’espionnage efficace.
Un article de : Hubert Heyrendt

Mardi 30 Septembre 2014, 10:59 : "Locke": Sur la routeUn huis clos autoroutier où Tom Hardy démontre l’étendue de sa palette.
Un article de : Alain Lorfèvre

Lundi 29 Septembre 2014, 18:42 : La Première veut séduire la WallonieEn juillet, le journaliste liégeois Jacques Crémers a succédé à George Lauwerijs au poste de chef de rédaction de La Première. A 48 ans, ce passionné de course à pied évoque l’image "bruxello-centriste" de la radio et ses objectifs d’audiences à court et moyen terme.
Un article de : Aurélie Moreau

Lundi 29 Septembre 2014, 18:19 : Monet: grande enquête autour d'un tableau"Impression soleil levant" de Claude Monet donna son nom au mouvement impressionniste. La passionnante histoire de ce tableau, symbole de l'histoire du goût, est au centre d'une grande exposition au musée Marmottan, à Paris.
Un article de : Guy Duplat, envoyé spécial à Paris

Lundi 29 Septembre 2014, 16:34 : "Calvary": Le prix du silenceBrendan Gleeson retrouve le prometteur, John Michael McDonagh.
Un article de : Alain Lorfèvre

Lundi 29 Septembre 2014, 15:53 : Les créateurs se font entendreLa deuxième édition du salon Europe Refresh aura lieu du 3 au 5 octobre aux Halles.
Un article de : Camille de Marcilly

Lundi 29 Septembre 2014, 15:36 : De la critique à la pratique de l’artHommage muséal au critique Jean Dypréau qui mit les mots en peinture.
Un article de : Claude Lorent

Lundi 29 Septembre 2014, 08:12 : Fort Boyard : "La Boule" est décédéYves Marchesseau, plus connu sous le surnom de "La Boule", a succombé à un cancer.
Un article de : Rédaction en ligne

Lundi 29 Septembre 2014, 04:39 : Le clin d’œil souriant de Telenet fait grincer des dentsQuelque peu éclipsé par le buzz entourant le changement de nom de Belgacom en Proximus, le renouvellement de l’identité visuelle et du logo de Telenet mérite pourtant qu’on s’y attarde. Ce sourire est désormais plus large... alors que le nom Telenet n’apparaîtra plus systématiquement.
Un article de : P. M.

Dimanche 28 Septembre 2014, 16:28 : "Profilage" suspendue en plein envolLes épisodes 11 et 12 ne seront pas diffusés samedi prochain sur La Une à 20h45. Voici pourquoi.
Un article de : KT

Dimanche 28 Septembre 2014, 16:14 : Adèle Van Reeth, philosophe, mais pas starAdèle Van Reeth, productrice des "Nouveaux Chemins de la connaissance" sur France Culture, anime l’émission quotidienne la plus podcastée de Radio France. Du lundi au vendredi, à 10h, cette normalienne de 32 ans questionne aisément les philosophes les plus ardus. Entretien.
Un article de : Virginie Roussel



Logo LeCollagiste VJ

Document distant généré le : Fri, 14 Feb 2014 07:53:11 GMT
Le document vient d'être mis en cache par NewsBrol. Ancien cache : Vendredi 14 Février 2014, 17:12
Prochaine mise en cache dans : 4 heures

Webmag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, info video et high tech.

Vendredi 14 Février 2014, 09:49 : VJ BULK LINKS 57

lecollagiste-tv-20.gif   VJ Bulk Links N°57, exploration aléatoire glanée sur la toile VJing, de la vidéo experimentale, installation vidéo interactive, du VidéoMapping et autres performeurs visuels internationaux, curating VJing, team's audiovisuel, matériel, logiciel, contrôleur MIDI, performance tactile, Motion Capture, manipulation en temps réel, influence, blog, webzine, webmag, experience VJ etc ... 

Source LeCollagiste VJ.

 

http://www.frankbretschneider.de/Web-Site/about.html
http://slidedog.com/
http://blogs.fsfe.org/samtuke/?p=245
http://www.vade.info/
http://www.memo.tv/
http://www.lagraine.com/
http://www.vjamm.com/
http://www.derivative.ca/
http://codelab.fr/841
http://www.channel4.com/learning/micros ... age_3.html
http://kylejanzen.wordpress.com/
http://www.mettle.com/freeform-pro/
http://www.sketchupartists.org/
http://vvvvjs.quasipartikel.at/edge/try/
http://dgraph.wikispaces.com/JitnetSyphon
http://blairneal.com/blog/canon2syphon-v1-0/
http://opularity.com/midi.php
http://bino3d.org/3d-videos.html
http://www.scouap.fr/index.html
http://puzzlefacade.com/
http://www.theorizcrew.org/
http://www.otoucan.com/?lang=en
http://isse.sourceforge.net/
http://milkymist.org/3/mixxeo.html
http://resolumextheater.blogspot.jp/
http://www.cast-soft.com/wysiwyg/overview
http://www.club-3d.com/index.php/produc ... b-1-3.html
http://visiophone-lab.com/wp/
http://s-v-m.tumblr.com/
http://www.scoop.it/t/multimedium

 

VJ-Bulk-Link-57

 


Catégorie : VJ BULK LINKS

Mercredi 12 Février 2014, 11:54 : Vidéoprojecteur Viewsonic Pro9800HD Laser

VideoProjecteur.jpg    Vu au salon de l'ISE d'Amsterdam, le constructeur Viewsonic a présenté son nouveau vidéoprojecteur Laser et à focale courte, après les hybrides LED Laser, nous passons en tout Laser. Le Pro9800HD affiche une image à une distance de 18 cm, une luminosité de 3000 Lumens, définition native de la dalle DLP en 1920x1080 pixels, offre sur le papier une vue 360°, idéale pour des installations. Aucune date de sortie ni de prix de la bestiole.

 

ViewSonic-Pro9800HD.jpg

 

 

À noter ; les vidéoprojecteurs Laser arrivent en force cette année, Panasonic sortira en fin d'année le PT-RZ670 en 6000 Lumens ANSI. Dans les bacs en mars prochain, le Digitalprojection HIGHLite Laser 12 000 Lumens.

 

 


Catégorie : MATERIEL

Mardi 11 Février 2014, 10:39 : Mise à jour du Syphon en OpenGL 3.2

Syphon   Une mise à jour Syphon, je n'y croyais plus, MWM la fait. Alors ce qui change, le support du OpenGL 3.2 sur Mac, donc plus de performance et plus de stabilité du noyau.

À tester sur la nouvelle version du MWM sur OS X sortie hier.

 

 

Syphon_Framework_Icons.png

 

mwm_logo_600x300-01.png

 

 


Catégorie : VJING

Lundi 10 Février 2014, 13:40 : MWM sur OS X avec Syphon

Maersk.jpg    MWM est basé sur un moteur WYSIWYG temps réel, entièrement orienté GPU pour maximiser les performances dans un environnement 3D dédié au vidéo Mapping.

Dans l'univers 3D vous pouvez créer des objets primitifs ou importer des modélisations venant d'un logiciel 3D de votre choix, et de les manipuler en temps réel.

 

MWM est sortie sur PC en novembre 2013, la team MWM ne chôme pas et nous propose aujourd'hui le MWM sur la plateforme OS X avec la compatibilité native sur le Syphon. Système requis minimum : Moutain Lion est plus.

La liste des features de cette nouvelle friandise :

 

Note de version MWM v1.1.677

[NEW] Support Syphon Natif sous mac OSX (ctrl+click sur la media matrix)

[NEW] alt+click droit -> retour à la valeur précédente des manipulations de la scène

[NEW] Duplication d'objet et lumière avec Ctrl+b

[NEW] Import d'objets en drag/drop

[NEW] Import de fichier Collada

[NEW] Mise à jour des images chargées

[NEW] Amélioration des performances des objets primitifs

[NEW] Raccourci vers l'explorateur de fichiers

[NEW] Deplacement, rétrécissement, fermeture de la fenêtre principale via la barre de titre

[NEW] Simplification des raccourcis d'édition

 

La team MWM travaille actuellement sur:

- Cartes de capture vidéo

- Timeline d'animation des objets et lumières

- Timeline de gestion des médias

- DMX

 

Note de version MWM v1.1.0

[FEATURE] Nouvelle interface Utilisateur. Bienvenue au dashboard !!!

[FEATURE] Amélioration de la Media Matrix.

[FEATURE] Amélioration des performances de lecture vidéo.

[FEATURE] Sauvegarde des mapping MIDI liée à celle des projets.

[FEATURE] Contrôle du taux de rafraîchissement cible de l'affichage.

[FEATURE] Dessin des filaires.

[FEATURE] Amélioration du gyzmo d'édition et déformation des mesh.

[FEATURE] Verrouillage des mesh.

[FEATURE] Anti Aliasing de rendu.

 

[FIX] Warp crash sur carte nVidia.

[FIX] Warp Reset sur carte  nVidia.

[FIX] Déplacement et création dynamique de masques.

[FIX] Sauvegarde de médias des objets liés.

 

[FIX] Chargement de propriétés d'éclairage.

 

 

MWM-OSX-04.jpg

 

MWM-OSX-01.jpg

 

MWM-OSX-02.jpg

 

MWM-OSX-03.jpg

 

 

 

 

 


Catégorie : VJING

Lundi 27 Janvier 2014, 09:50 : Initiation VJing VideoMapping au Festival Les Electropicales

MAKE_PT0177.jpg     Le festival Les Electropicales accueillera les initions VJing et VideoMapping du LeCollagiste à La Réunion du 12 au 14 mai 2014 en partenariat avec Technopol.

Une initiation VJing VideoMapping sur les logiciels Millumin (formateur agréé) et Modul8 au Palaxa à Saint Denis de La Réunion, de 10h à 18h. L'art du mixage vidéo en temps réel par l'exemple, le VideoMapping change notre perception de l'objet par un trompe-l’œil vidéo éphémère.

Nombre de place 10 personnes maxi, prix de la session 90 € les 3 jours.

Matériels demandés : venez avec votre Mac, les logiciels Modul8 et Millumin d'installés en version démo ou avec licence. Pour la partie VidéoMapping, munissez-vous d'une ou deux feuilles de carton plume d'environ 5mm au format Raisin (50x65 cm) pour nos travaux Manuel. Dans votre trousse d'écolier, il vous faudra au moins 1 cuter, 1 tube de colle et du scotch.

 

Inscription ; Inscription : contact (at) electropicales.com

 

Le festival Les Electropicales aura lieu du 11 au 18 mai 2014, plus d'infos sur le FB

Les Electropicales

Technopol

Palaxa

LeCollagiste

 

electropicales.jpg

Palaxa.png

LeCollagiste_Logo_web.png

 

Logo-Technopol-Clé

 



Catégorie : FORMATION

Mercredi 22 Janvier 2014, 12:48 : Un bot Vidéoprojecteur

beamer.jpg     Les objets connectés français ont le vent en poupe en cette année 2014. Le Keecker est un robot multimédia contrôlé au smartphone, doté d'un vidéoprojecteur orientable, d'une caméra 360°, d'un système audio 3D Surround sound system, de capteur de température, d'air, de CO2 et d'humidité, bien sur du WiFi, le tout sur Androide 4.2.2. Manque plus que des bras !

Tention le prix de ce bot est d'environ 4000 $, prévu fin 2014.

Un bot utile pour un détournement artistique.

 

artwork-front.jpg

 

artwork-closeup-top.jpg

 

Keecker02.jpg

 

Keecker01.jpg

 

 

 


Catégorie : MATERIEL

Samedi 11 Janvier 2014, 13:17 : Dans la série C'est quoi … ?

HAL-9000.png     La série des C'est quoi … ? sur LeCollagiste VJ commença en 2005 avec le plus évident, C'est quoi un VJ ? Suivi de prêt par :

 

C'est quoi le streaming ?

C'est quoi le SLI ?

C'est quoi le mode Progressif ?

C'est quoi le FFDSHOW ?

C'est quoi le MPEG 7 ?

C'est quoi un FlipBook ?

C'est quoi le SteamPunk ?

C'est quoi le Tilt-Shift ?

C'est quoi une Steadicam ?

C'est quoi le HDBaseT ?

C'est quoi le Motion Design ?

C'est quoi le Li-Fi ?

C'est quoi le WiDi ?

C'est quoi le Syphon ?

C'est quoi le Copperlan ?

 

 

cest-quoi-le.jpg


Catégorie : VJING

Mercredi 01 Janvier 2014, 09:08 : Bonne Année 2014

Feliz Año Nuevo 2014

 

 

happy new year 2014 - LeCollagiste

 


Catégorie : NEWS

Lundi 30 Décembre 2013, 14:14 : Rétrospective du LeCollagiste 2013

camera013.jpg   La rétroscpective de l'année 2013, ils ont marqué l'année sur LeCollagiste VJ.

 

 

Les 12 meilleurs logiciels pour artistes VJ et Vidéo Mappeur

Syphoner by Sigmasix

Mac : 10 applications essentielles pour VJ

Codec HAP for VJ

Win : 10 applications essentielles pour VJ

Formation Pro VidéoMapping et VJing

VideoMapping Tokyo City Symphony

Blendy Dome VJ

insid MWM on Windows8

Millumin et After Effects

Arkaos GrandVJ 2 et GrandVJ XT

Syphon c'est quoi ?

Surface de contrôle MIDI pour VJ's

CopperLan c'est quoi ?

 


formation-Millumin-JP-Clement.jpg

 

Crédit photo - JP CLément.

 

 

 



Catégorie : NEWS

Dimanche 29 Décembre 2013, 13:19 : CopperLan c'est quoi ?

tvs.jpg     CopperLan est un protocole ouvert permettant, via un simple câble Ethernet, de router du MIDI, de l'audio entre logiciel et matériel. Une fois installé sur différentes machines "CopperLan Manager" (PC / Mac), il y a une détection automatique, les possibilités sont alors illimitées. Une configuration réduite au minimum, CopperLan peut utiliser une configuration physique tel que l'USB, l'Ethernet, Le FireWire sans maître / esclave, gère les différentes connexions / déconnexions à chaud sans perturber le réseau.

Un réseau virtuel très réussi et entièrement gratuit pour l'utilisateur final, en revanche, un SDK en Freeware est disponibles pour les développeurs sous condition de diffusion gratuite.

CopperLan est une petite révolution aussi importante que le Syphon sur Mac.

Compatible Windows, OS X, fonctionne parfaitement avec Ableton Live, Millumin, VDMX, Resolume Avenue/Arena, Modul8, FL Studio, etc. …

 

 CopperLan Manager

CopperLan Manager

CopperLan Manager

CopperLan

 


Catégorie : VJING



Les Echos - actualité sur les loisirs

Document distant généré le : Thu, 02 Oct 2014 04:12:15 GMT
Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:13
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 50 minutes 42 secondes

Toutes les informations sur le cinéma, les derniers livres parus, les expositions, spectacles et va

Jeudi 02 Octobre 2014, 01:00 : Une chatoyante danse de mortC'est parce qu'il apprend que son épouse Amelia aime Riccardo que Renato va le tuer. Ce drame banal de la jalousie validerait la définition de l'opéra par George Bernard Shaw, selon laquelle le baryton faisait tout pour empêcher la soprano de coucher avec le ténor… Verdi va cependant très au-delà...
Catégorie : Week-end
Un article de : Philippe Venturini

Jeudi 02 Octobre 2014, 01:00 : « Liliom », vaurien magnifiqueLa fête foraine n'est plus qu'un squelette de fer baigné d'une lumière de lune. Liliom, revenu sur terre seize ans après son suicide pour se racheter d'une vie de vaurien, serre dans ses bras sa Julie - la femme qu'il a frappée, blessée. L'amour tout juste figuré, tandis qu'en voix « off » se joue...
Catégorie : Week-end
Un article de : Philippe Chevilley

Mercredi 01 Octobre 2014, 12:37 : The TribeSergueï, un adolescent sourd et muet, intègre un internat spécialisé de Kiev où il cohabite avec des garçons et des filles souffrant des mêmes handicaps. Rapidement, il subit les humiliations multiples de ses pairs et apprend à devenir aussi violent qu’eux. Peut-être la seule solution pour...
Catégorie : Week-end
Un article de : Olivier de Bruyn

Mercredi 01 Octobre 2014, 10:23 : Roschdy Zem bande ses musclesDans son nouvel essai derrière la caméra, l’acteur-réalisateur met en scène un film noir dans le milieu du bodybuilding. Original et convaincant.
Catégorie : Week-end
Un article de : Olivier de Bruyn

Mercredi 01 Octobre 2014, 03:00 : L'été de tous les dangersDepuis son premier film en 1997, récompensé par une caméra d’or, Naomi Kawase a ses entrées à Cannes. Elle est venue plusieurs fois en compétition et a remporté le grand prix en 2009 pour « La Forêt de Mogari ». En débarquant sur la Croisette, la réalisatrice japonaise a crânement déclaré qu’elle...
Catégorie : Idées - Débats
Un article de : Thierry Gandillot

Mercredi 01 Octobre 2014, 01:00 : Truffaut, chez lui à la CinémathèqueCinéma Sous la houlette de son président, Serge Toubiana, la Cinémathèque de Paris rend hommage au réalisateur des « Quatre Cents Coups ». Qui y avait ses habitudes.
Catégorie : Week-end
Un article de : Adrien Gombeaud

Mardi 30 Septembre 2014, 03:00 : Roman : l'Italie en berneUn conte de fées, mais triste. Dans une Italie du nord-ouest laminée par les années Berlusconi. Après « D’acier », premier roman à succès, Silvia Avallone continue d’ausculter une Italie malade de la crise dans « Marina Bellezza », roman autant sentimental que social. Le diagnostic est...
Catégorie : Week-end
Un article de : Philippe Chevilley

Mardi 30 Septembre 2014, 01:00 : Le grand bluff de Buffalo BillLe Colisée de Rome était assez grand pour l'empereur Trajan. Pas pour Buffalo Bill, dont le Wild West Show à son apogée employait 800 acteurs et techniciens, 500 chevaux et des dizaines de bisons. La plus grande entreprise du spectacle au monde ira donc planter son immense chapiteau ailleurs. Le...
Catégorie : Week-end
Un article de : Thierry Gandillot

Lundi 29 Septembre 2014, 12:26 : Le vaudeville déshabillé au théâtre de la MadeleineSébastien Thiéry est modeste. Dans la revue « L’Avant-Scène théâtre », il déclare écrire des « boulevards absurdes » et se qualifie de « bâtard ». Pourtant « Deux hommes tout nus » est un peu plus que cela. Sa dernière pièce flirte avec Labiche – et pas seulement parce qu’elle démarre comme...
Catégorie : Week-end
Un article de : Philippe Chevilley

Lundi 29 Septembre 2014, 12:26 : « Deux hommes tout nus » : Le vaudeville déshabillé à la MadeleineSébastien Thiéry est modeste. Dans la revue « L’Avant-Scène théâtre », il déclare écrire des « boulevards absurdes » et se qualifie de « bâtard ». Pourtant « Deux hommes tout nus » est un peu plus que cela. Sa dernière pièce flirte avec Labiche – et pas seulement parce qu’elle démarre comme...
Catégorie : Week-end
Un article de : Philippe Chevilley



7Librairie.Francophone

Document distant généré le : Wed, 30 Dec 2009 16:54:56 GMT
Le document vient d'être mis en cache par NewsBrol. Ancien cache : Vendredi 17 Juin 2011, 12:35
Prochaine mise en cache dans : 4 heures
Faut-il interdire les écrans aux enfants ?
Agendas et calendriers 2010 : classiques, orginaux, artistiques ou humoristiques
Résistants pour la terre autour du monde
Premier bébé : L'année où tout a changé (BD)
L'après Pétrole : la nouvelle économie écologique
L'Offre de Soins en Milieu Rural
Résistants pour la terre de Sébastien Viaud et Anne Gouyon
Travail vivant tome 1 et 2 : séxualité, travail et émancipation
Histoire secrète du patronat : De 1945 à nos jours
Les femmes de mon père de José-Eduardo Agualusa
La dernière utopie, menaces sur l'universalisme ?
Les malchanceux, livre disloqué de BS Johnson à lire au hasard...
François l'embrouille par François Damiens, best of en DVD
Les deux âmes de l'écologie de Romain Felli


Erreur

Impossible de charger le flux pour www.loupetiart.org
Détails : Impossible de charger URL (Réponse HTTP : HTTP/1.1 404 Not Found )



Erreur

Impossible de charger le flux pour www.manga-news.com
Détails : Impossible de charger URL (Réponse HTTP : HTTP/1.1 404 Not Found )



Erreur

Impossible de charger le flux pour permanent.nouvelobs.com
Détails : Impossible de parser le fichier RSS. (XML_ERR_NAME_REQUIRED at line 8, column 27)



Poezibao

Document distant généré le : Thu, 02 Oct 2014 05:55:26 GMT
Mise en cache par NewsBrol : Jeudi 02 Octobre 2014, 08:13
Prochaine mise en cache dans : 3 heures 50 minutes 46 secondes

Toute l'actualité éditoriale de la poésie : textes dans l'anthologie permanente, le feuilleton et les notes sur la création, entretiens, notes de lecture, évènements, reportages et rencontres, dernières parutions.....

Mercredi 01 Octobre 2014, 10:36 : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 8Huitième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine, publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. (« un côté Léonard de Vinci ») En 1914, Antonin a 19 ans. Il y a une histoire littéraire des « confessions » et une histoire politique de l’opium 1914-1944. En fait, quand il écrit sa pensée ne lui échappe pas. Ceux qui ont leur pensée, écriraient-ils un poème ? …mais aujourd’hui on ne peut plus penser que le poème serait lu. Pousser à bout, gri-gri rabougri aux extrémités. La fiction pousse à bout...

Contenu :

 

Huitième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine, publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière.  
 
 
                                                  (« un côté Léonard de Vinci ») 
 
 
En 1914, Antonin a 19 ans. 
 
 
Il y a une histoire littéraire des « confessions » et une histoire politique de l’opium 1914-1944. En fait, quand il écrit sa pensée ne lui échappe pas. 
 
 
Ceux qui ont leur pensée, écriraient-ils un poème ? 
 
 
 
…mais aujourd’hui on ne peut plus penser que le poème serait lu. 
 
 
Pousser à bout, gri-gri rabougri aux extrémités. La fiction pousse à bout plutôt qu’elle n’épanouit. Rapport à la radicalité. 
 
 
Cet après-midi de mai le chant aère. 
 
 
 
 
 
 
Reprendre tout ça à nouveau fraîchement. Est-ce que j’appartiens à une génération ? Une génération qui persiste, et renforce ses positions ? Mon « artde la guerre » est différent : d’abandon de la position, et de contournement. Long parcours… Mon parcours décrit un arc. 
 
 
On trouve toujours beaucoup d’enseignements dans l’étude du parcours d’un écrivain, d’un poète (pour ma part, Pound, Artaud). On n’a pas assez souligné l’intelligence littéraire d’A.A. (sur Mallarmé, la N.R.F., le surréalisme, le romantisme…) Qui aura dit mieux quant à l’art suprême 
 
 
En Europe, Artaud et Pound regardent l’Amérique et l’Orient. 
Quelque chose cogne dans le déroulé ; ils se déplacent. 
 
 
La maison où vivait Thomas Carlyle (1795-1881), dans le quartier de Chelsea est si sombre ! Cuisine, salle-à-manger, salon, bibliothèque… Ah, la cuisine, avec ses ustensiles de fer ! Comment vivent les « grands hommes » en ménage ? De là, l’historien sortait pour donner des conférences qui séduisaient l’auditoire victorien. Carlyle a eu cette formule, qui retiendra l’attention de Samuel Beckett : « idée musicale » (dans ses conférences sur les héros). Je me demande quelle « idée musicale » pouvait traverser, sans parler d’habiter, cette demeure grise et froide, bien rangée, quelle pensée de Shakespeare et de Dante… 
Mais, dans les jardins de Chelsea, des fleurs d’une étonnante variété, comme un herbier à ciel ouvert. 
 
 
© Claude Minière, [à suivre vendredi 3 octobre 2014]   
épisode 1, épisode 2, épisode 3, épisode 4, épisode 5, épisode 6 , épisode 7
Lire la séquence ici   
 


Catégorie : Feuilleton
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 01 Octobre 2014, 10:24 : [note de lecture] Jean-Luc Sarré, "Ainsi les jours", par Antoine EmazAvec ce livre, et pour notre grand plaisir, Sarré poursuit son œuvre versant notes, entre moraliste et diariste, Chamfort et Jules Renard. Sa pente n’est pas vraiment celle de l’aphorisme, plutôt des « remarques » et de petites scènes du quotidien. Observation de soi, aussi, avec une bonne part d’auto-dérision douce. Les références culturelles sont nombreuses (littérature, musique, peinture…), mais les notations prosaïques tout autant. L’image qu’il donne de lui-même est celle d’un paresseux dilettante, d’un vieil homme assez casanier et grognon, un retraité en retrait, curieux de tout mais éloigné des trépidations de la vie contemporaine. Atrabilaire sur les...

Contenu :

 
SarréAvec ce livre, et pour notre grand plaisir, Sarré poursuit son œuvre versant notes, entre moraliste et diariste, Chamfort et Jules Renard. Sa pente n’est pas vraiment celle de l’aphorisme, plutôt des « remarques » et de petites scènes du quotidien. Observation de soi, aussi, avec une bonne part d’auto-dérision douce. Les références culturelles sont nombreuses (littérature, musique, peinture…), mais les notations prosaïques tout autant. L’image qu’il donne de lui-même est celle d’un paresseux dilettante, d’un vieil homme assez casanier et grognon, un retraité en retrait, curieux de tout mais éloigné des trépidations de la vie contemporaine. Atrabilaire sur les bords ; dans la proximité légère de la maladie et de la mort, mais toujours avec détachement. De même pour la mémoire, avec très peu de place laissée à la tristesse, plutôt une sorte d’amusement à voir les illusions perdues en cours de route : sa vocation de peintre, par exemple, « J’aurai au moins fait un bon choix dans la vie, celui d’arrêter de peindre. » 
Il y a du Cioran en lui, mais sans faire profession de nihilisme, sans complaisance au pire devenu fond de commerce, juste un constat : « Voilà des années que je ne vis plus grand-chose, pour ne pas dire rien, mais souvent très intensément. » On a donc un vaste fond si sombre qu’il en est noir, mais on ne s’occupe que des courtes lumières éparses qui brillent encore un peu. On peut désespérer de soi, de l’homme, de l’époque… pas de la vie : il y a encore de quoi sourire, s’émouvoir à petit feu, trouver un peu de beauté, noter un étonnement minime, fugace… Bref, même si la tentation peut se présenter, on ne va pas sombrer dans la dépression suicidaire, encore moins dans la plainte et les pleurs sur soi, le monde, la bêtise… Et c’est  bien une sorte de sagesse qui transparaît au fil des notes, sans être jamais développée explicitement en un discours moral : s’accepter dans ses limites, mais à l’intérieur de celles-ci rester libre et attentif à ce qui vient au jour le jour. Et puis écrire,  avec l’exigence et la désinvolture d’un Perros. 
Sarré lie l’emploi de la forme « note» à la paresse et à la désillusion. Il n’a pas tort de refuser le brillant un peu clinquant de l’aphorisme, sitôt que celui-ci vise la transparence précieuse de la maxime style La Rochefoucauld ou bien l’opaque asséné comme poétique du fragment charien. Mais on a du mal à suivre l’auteur dans sa voie (faussement ?) modeste de la note comme miette de rien pour rien. Sur l’ensemble du livre, c’est bien un autoportrait qui se constitue, une vie qui est saisie, formulée et formalisée, stylisée, notée : qu’il la présente comme gâchée, couleur puce, ne change rien à l’affaire. Etre allé au bout de la falaise pour être poète, peintre,  cavalier…, et rester vivant, n’est pas sans  héroïsme, même minimal. Affronter au crayon la réalité rugueuse, la banalité du commun, n’est pas moins grand que de prétendre au génie, à la gloire ou l’éternité. 
C’est par ce biais du gris qu’une sorte de familiarité s’établit assez vite entre l’auteur et le lecteur, notamment par l’environnement : un appartement au quatrième avec balcon fleuri, parking en bas et HLM voisin, dans un quartier anodin de Marseille. Aucun effort d’imagination n’est demandé, même si cet espace est très présent sans être précisément décrit sauf nécessité particulière pour un détail dans telle ou telle note. Bien sûr, il y a aussi des excursions (Paris, un haras, tel ou tel musée…), mais l’appartement reste une sorte de port d’attache dans lequel la vie est ritualisée par la sieste, l’arrosage des plantes, autant que changée par l’arrivée d’une tourterelle ou d’une mésange, le début ou la fin du mistral… Difficile d’aller plus loin dans le refus de sacraliser la figure du poète. Mais ce fond terne est un faire-valoir propice aux petites épiphanies du quotidien, aux remarques joueuses et justes sur lire – écrire, à une curiosité artistique constante, et à une façon assez unique de mêler sourire et mélancolie. 
Un très bon livre sans bruit en ces temps de tapage pour cause de  rentrée littéraire. 
 
[Antoine Emaz]  
 
Jean-Luc Sarré, Ainsi les jours, Ed. Le Bruit du temps, 2014, 192 pages , 15 € 
 


Catégorie : Notes de lecture
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 01 Octobre 2014, 10:10 : [notes sur la création] Lichtenberg[fragment F 1222, deux traductions encadrant la version originale.] Une règle de lecture est de ramener l’intention et l’idée principale de l’auteur en quelques mots pour ensuite se l’approprier sous cette forme. Celui qui lit ainsi est absorbé et s’instruit ; il y a cependant une manière de lire où l’esprit ne s’enrichit pas et, plutôt, s’appauvrit : il s’agit de cette lecture qui ne puise pas dans la culture du lecteur et qui ne s’unit point à sa philosophie. George Christoph Lichtenberg, Le miroir de l’âme, (aphorismes), traduit de l’allemand et préfacé par Charles Le Blanc, coll. Domaine Romantique,...

Contenu :

 

 

[fragment F 1222, deux traductions encadrant la version originale.]  
 
 
Une règle de lecture est de ramener l’intention et l’idée principale de l’auteur en quelques mots pour ensuite se l’approprier sous cette forme. Celui qui lit ainsi est absorbé et s’instruit ; il y a cependant une manière de lire où l’esprit ne s’enrichit pas et, plutôt, s’appauvrit : il s’agit de cette lecture qui ne puise pas dans la culture du lecteur et qui ne s’unit point à sa philosophie.  
 
George Christoph Lichtenberg, Le miroir de l’âme
(aphorismes), traduit de l’allemand et préfacé par Charles Le Blanc, coll. Domaine Romantique, José Corti, 1997, p. 328 

 
 
Eine Regel beim Lesen ist die Absicht des Verfassers, und den Hauptgedanken sich auf wenig Worte zu bringen und sich unter dieser Gestalt eigen zu machen. Wer so liest ist beschäftigt, und gewinnt, es gibt eine Art von Lektüre wobei der Geist gar nichts gewinnt, und viel mehr verliert, es ist das Lesen ohne Vergleichung mit seinem eigenen Vorrat und ohne Vereinigung mit seinem Meinungs-System. 
 
(Lichtenberg, Südelbücher, source
 
 
F. 1222. Une règle, dans la lecture, est de résumer en quelques mots l’intention et les idées principales de l’auteur et de se les approprier sous cette forme. Qui lit ainsi est actif et y gagne. Il y a une sorte de lecture à laquelle l’esprit ne gagne rien et plutôt perd, celle de ceux qui lisent sans comparer avec leur propre fonds et sans intégration à leur propre système d’opinion 
 
Jean-François Billeter, Lichtenberg, traduit et présenté par JF Billeter, Allia, 2014, p. 68) 
 
Plus sur le livre de Jean-François Billeter et Lichtenberg ici.

 


Catégorie : Notes sur la création
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 01 Octobre 2014, 10:06 : [anthologie permanente] Philippe JaccottetJour de novembre, faste, où un martin-pêcheur a pris feu dans les saules. Peut-être n’est-il pas plus nécessaire de vivre deux fois que de le revoir une fois disparu ? Oiseau ni à chasser, ni à piéger, et qui s’éteint dans la cage des mots. Une seule fois suffirait, pour quoi ? pour dire quoi ? Un seul éclair plumeux pour vous laisser entendre que la mort n’est pas la mort ? Chasseur, ne vise pas : cet oiseau n’est pas un gibier. Regard, ne vise pas, recueille seulement l’éclair des plumes entre roseaux et saules. Alliant dans ses plumes...

Contenu :

 

Jour de novembre, faste, où un martin-pêcheur a pris feu dans les saules. 
 
 
 
Peut-être n’est-il pas plus nécessaire de vivre deux fois que de le revoir une fois disparu ?  
 
 
 
Oiseau ni à chasser, ni à piéger, et qui s’éteint dans la cage des mots.  
 
 
Une seule fois suffirait, pour quoi ? pour dire quoi ?  
Un seul éclair plumeux 
pour vous laisser entendre que la mort n’est pas la mort ?  
 
Chasseur, ne vise pas : cet oiseau n’est pas un gibier. 
Regard, ne vise pas, recueille seulement l’éclair des plumes entre roseaux et saules.  
 
 
 
Alliant dans ses plumes soleil et sommeil.  
 
Tu n’aimes pas les joyaux plus que cela, je m’en souviens. 
Mais un joyau ailé, un joyau avec un cœur ?  
Un éclair farouche et peut-être moqueur, comme certains regards, autrefois ?  
 
 
Le martin-pêcheur flambe dans les saules.  
Il a flambé. 
Et si quelque chose comme cela suffisait pour sortir de la tombe avant même d’y avoir été couché ?  
 
Philippe Jaccottet, Et néanmoins, Gallimard, 2001, pp. 36&37 
 
 
Philippe Jaccottet dans Poezibao :  
bio-bibliographie, Fiche de lecture De la poésie, extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4, extrait 5, extrait 6, extrait 7, extrait 8, extrait 9, extrait 10, Ce peu de bruits (parution), extrait 11, correspondance avec Ungaretti (par A. Paire),  in notes sur la poésie, « Les transactions secrètes de PJ », un article de Monique Petillon, notes sur la poésie, notes sur la poésie, ex. 12, Lauréat du Prix Schiller (par A. Paire), remise du prix Schiller et lecture à Soleure, mai 2010, ext. 13, note création, ext. 14, ext. 15, "Philippe Jaccottet, la compagnie des peintres", par Alain Paire, ext. 16, ext. 17, nc2, notes création 3, Philippe Jaccottet, "Taches de soleil, ou d'ombre", par Antoine Emaz, nc 4, nc 6, nc nc 7, nc 8, nc 9, nc 10, [Carte blanche] La "Pléiade Jaccottet" et José-Flore Tappy, par Bernadette Engel-Roux, note création

 


Catégorie : Anthologie permanente
Un article de : Florence Trocmé

Mardi 30 Septembre 2014, 11:51 : [revue Sur Zone] "Le nom de soeur" d'Isabelle Baladine HowaldQuatrième parution de la revue littéraire de Poezibao, Sur Zone, lancée le lundi 8 septembre 2014. Un poème d’Isabelle Baladine Howald, extrait d’un livre encore inédit, Le nom de soeur. Toujours dans le même souci de bien respecter la mise en page du texte, mais également d'en permettre l'enregistrement ou l'impression, les poèmes sont accessibles au format PDF en cliquant sur le lien ci-dessous : Téléchargement: Isabelle Baladine Howald, Le nom de soeur, extraits, inédit, revue Sur Zone

Contenu :

 

Quatrième parution de la revue littéraire de Poezibao, Sur Zone, lancée le lundi 8 septembre 2014. Un poème d’Isabelle Baladine Howald, extrait d’un livre encore inédit, Le nom de soeur.  
Toujours dans le même souci de bien respecter la mise en page du texte, mais également d'en permettre l'enregistrement ou l'impression, les poèmes sont accessibles au format PDF en cliquant sur le lien ci-dessous :

Téléchargement: Isabelle Baladine Howald, Le nom de soeur, extraits, inédit, revue Sur Zone  

 


Un article de : Florence Trocmé

Lundi 29 Septembre 2014, 16:35 : [Agenda, liens et informations] Le décès de Charles Dobzynski[décès] Charles Dobzynski [agenda] 1er octobre, Aix-en-Provence, séminaire "Lire, écrire, traduire...", avec David Lespiau, Pierre Parlant, Véronique Villiers [agenda] 1er octobre, Marseille, Jean Christophe Bailly [agenda] 3 octobre 2014, Dieppe, Alexis Pelletier [agenda] Emmanuel Laugier, 4 octobre, Nice [agenda] le 4 octobre, St Lô, Amandine Marembert, Prix Follain 2014 [agenda] 5 et 6 octobre 2014, Salon du livre & Exposition Alejandra Pizarnik au Mans [agenda] 6 octobre 2013, Paris, Valérie Rouzeau avec Christiane Veschambre [agenda] 15 octobre 2014, Lyon, Philippe Beck [agenda] 5 novembre 2014, Lyon, Bernard Noël et Jean-Luc Bayard [agenda] 7, 8 et 9 novembre, Rodez, Journées Poésie...

Contenu :

 

[décès] Charles Dobzynski 
 
 
[agenda] 1er octobre, Aix-en-Provence, séminaire "Lire, écrire, traduire...", avec David Lespiau, Pierre Parlant, Véronique Villiers  
[agenda] 1er octobre, Marseille, Jean Christophe Bailly  
[agenda] 3 octobre 2014, Dieppe, Alexis Pelletier  
[agenda] Emmanuel Laugier, 4 octobre, Nice  
[agenda] le 4 octobre, St Lô, Amandine Marembert, Prix Follain 2014  
[agenda] 5 et 6 octobre 2014, Salon du livre & Exposition Alejandra Pizarnik au Mans  
[agenda] 6 octobre 2013, Paris, Valérie Rouzeau avec Christiane Veschambre  
[agenda] 15 octobre 2014, Lyon, Philippe Beck 
[agenda] 5 novembre 2014, Lyon, Bernard Noël et Jean-Luc Bayard  
[agenda] 7, 8 et 9 novembre, Rodez, Journées Poésie 2014  
[agenda] Julio Cortazar, trois jours avec le Grand Cronope et l'Oulipo  
 
[colloque] Héritages et survivances de Jacques Derrida  
 
[disparition] Alastair Reid, a Restless Poet and Essayist, Is Dead at 88  
 
[note de lecture] Départ pour l’Alaska dans un silence neuf, par Régis Poulet  
 
[parution] Peter Gizzi, fabuleux poète américain contemporain, enfin traduit  
 
[podcast en anglais]Two Voices : Susan Bernofsky on Robert Walser  
 
[vidéos] rencontre avec Florence Delay et Natacha Michel (vidéos) 
Jennifer Pike reads 'ABC in Sound'  
 
revues 
[à paraître le 2 octobre 2014] Revue Europe N°1026/octobre 2014 :: Éric Chevillard  
Muscle  
Revue Méninge #01 | REVUE MÉNINGE  
Ligature, 7 : L’avant-garde russe et le livre d’artiste.  
 


Catégorie : Agenda, liens, informations
Un article de : Florence Trocmé

Lundi 29 Septembre 2014, 10:49 : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 7Septième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine, publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. (journal) Chaque jour, dès que j’écris, s’ouvre un combat entre la cohérence et les brusqueries, entre harmonie et brutalités ; Je sais maintenant d’où ça vient, et le saluer. Dès que j’écris, un jour s’ouvre. Et j’en ris. N’est-ce pas un Journal qu’écrivent les poèmes ? Les Cantos, les réécritures des Psaumes par Claudel, les livres d’Artaud… « A.A. » comme les piles électriques (« Power »), les batteries, pourquoi pas ? Les poèmes...

Contenu :

 

Septième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine, publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. 
  
 
                                                                              (journal) 
 
 
Chaque jour, dès que j’écris, s’ouvre un combat entre la cohérence et les brusqueries, entre harmonie et brutalités ; 
Je sais maintenant d’où ça vient, et le saluer. 
Dès que j’écris, un jour s’ouvre. Et j’en ris. 
 
 
N’est-ce pas un Journal qu’écrivent les poèmes ? 
 
 
Les Cantos, les réécritures des Psaumes par Claudel, les livres d’Artaud… 
 
 
 
« A.A. » comme les piles électriques (« Power »), les batteries, pourquoi pas ? 
 
 
Les poèmes sont « accumulés » dans les cahiers. 
 
 
Aujourd’hui, une question : la France va-t-elle devenir un petit pays ?... Le mal du pays. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En littérature les romanciers américains gagnent toujours car ils visent le cinéma.  Écrire est un « job ». La véritable littérature de laboratoire, la voici. 
 
 
Mais le poème n’appartient pas à « un secteur d’activités ». Il est toute la vie. Présent comme l’Esprit, le chant noté dans ses élans, ses intermittences, et parfois ses victoires… L’air que je respire. 
 
 
Le risque d’une formule vraie, qui tire et tend, et happe. La galerie de mine qu’elle a forée et qui a fleur de sang. 
 
 
Antonin Artaud développe une conscience de ce qu’il est rejeté par la « littérature » alors que celle-ci, pourtant, est sa seule chance d’expression. 
 
 
Seul contre tous, bien sûr telle est la condition. 
 
 
Si vous dites « ceci n’est pas un poème, un roman, un essai » vous vous suicidez sui generis. 
 
 
Personne ne veut porter la camisole d’Artaud. Et surtout pas lui… Question d’intégrité… Il est mort. Ce qu’il a écrit reste à lire, là, tout proche : langues, articulation, apocalypse. 
 
 
…Comme, si je me souviens bien, à Saint-Martin-de-Londres, la montagne déchirée en deux par le soleil… Nous entrons maintenant dans le cloître… les cellules… le resserrement… 
 
 
Le théâtre, c’est le rassemblement. Voici même le sens de « théâtre », celui que je lui vois : rassemblement. Ce n’est pas celui du poème. 
 
 
Mais, Pound : « je rassemble les membres d’Osiris ». Dispersion. Vivaldi. L’oubli des manuscrits. 
 
 
Le rassemblement des forces. Celui des « gens »… L’a-semblé. La religion, l’ecclésia… 
 
 
Artaud : « Je voudrais faire un Livre qui dérange les hommes ». Il veut le théâtre pour intérieur de l’action. 
 
 
Je vais au théâtre : j’entre. Je monte. Sans objet devant. 
 
 
De toute façon tu es lié à des vivants, si ce n’est tous. 
 
 
Ou bien l’écrit se déroule-t-il en discours ? Le lecteur peut-il penser qu’il y a un théâtre sur la page ? Le « chant noté », par degrés polis, sur le moment, un théâtre dans l’air et une assemblée sur terre. Nous y étions ? 
 
 
Le discours est dehors. 
 
 
Au Théâtre du Globe, la chair poussée à bout, dans le martèlement des consonnes qui exultent. Les « spectateurs » mêlés aux acteurs. Et cependant la distance « historique ». Nous sommes aujourd’hui avertis de l’hystérie et de la délégation (de la procuration). Trop ? Les réalités intimes sont prises avec des pincettes… Cinéma… ne bouge pas d’un iota. À la différence de Dante : « move cio ch’el tocca »… 
  
 
Il y a en l’humain une peur atavique de la morsure qui fait qu’il parle entre ses dents quand il s’applique à la civilisation. 
 
 
Voyez-vous, ils ne sont pas transparents les êtres, ils retiennent des énergies, venues de l’extérieur, des « influences », venues de loin et qui les traversent, parfois, avec beaucoup de bruit, ou de torsions tues. L’humain, au fond, a une petite tête qui protube de sa carapace –  et son esprit est lent, qui ne se laisse pas aller avec le courant. 
 
 
 
 
 
Mais enfin l’homme n’a peut-être fait qu’apparaître sur Terre --- et mordre dans le vert, le vers, le Verbe. 
 
 
 « Mange ta salade ». Qu’est-ce qu’Edmond Rostand pouvait savoir en 1897 (Antonin a deux ans) d’un mousquetaire casqué ? 
 
 
© Claude Minière, [à suivre mercredi 1er octobre 2014]   
épisode 1épisode 2épisode 3épisode 4épisode 5, épisode 6 
Lire la séquence ici  

 


Catégorie : Feuilleton
Un article de : Florence Trocmé

Lundi 29 Septembre 2014, 10:30 : [Note de lecture] "Silvia Baron Supervielle : une poétique du passage", par Alain MascarouSilvia Baron Supervielle : une poétique du passage "Je ne peins pas l'être, je peins le passage (Montaigne, Essais, III, "Sur le repentir") Distinguée par le prix Jean Arp de la Francophonie 2013, le prix Roger Caillois la même année, débutée en 1970 sous les auspices de Maurice Nadeau, l'œuvre de Silvia Baron Supervielle s'est poursuivie par la publication récente en Argentine de l'état bilingue de sa poésie complète, Al Margén/En Marge, rare exemple de retour d'une œuvre de sa langue de création, le français à la langue première de l'auteur, l'espagnol. Cette parution succède de près à un dernier...

Contenu :

 

 

Silvia Baron Supervielle : une poétique du passage 
 
 

"Je ne peins pas l'être, je peins le passage 
(Montaigne, Essais, III, "Sur le repentir") 
 
 

Silvia Baron Supervielle 3Distinguée par le prix Jean Arp de la Francophonie 2013, le prix Roger Caillois la même année, débutée en 1970 sous les auspices de Maurice Nadeau, l'œuvre de Silvia Baron Supervielle s'est poursuivie par la publication récente en Argentine de l'état bilingue de sa poésie complète, Al Margén/En Marge, rare exemple de retour d'une œuvre de sa langue de création, le français à la langue première de l'auteur, l'espagnol. Cette parution succède de près à un dernier recueil, Sur le fleuve, à un écrit d'inspiration autobiographique, Lettres à des photographies, et à la traduction des Poèmes d'amour de Borges, l'un des événements du dernier Salon du Livre.  
Silvia Baron Supervielle fait maintenant paraître Notes sur Thème qui peut s'aborder comme une (re)lecture de l'œuvre entier : un resserrement sur l'acte créateur, et une prise de champ par rapport à ses réalisations. De plus, cette double et contrastée exigence qui en fait un livre entre les livres, dédié au travail sur le motif, s'interroge avec les moyens de l'écriture sur ce qui, dans la création littéraire, plastique, musicale, est en alerte, en veille, "ce qu'on dépose" — le "thème", au sens étymologique —, la pierre d'attente laissée à la diligence du maître d'œuvre, musicien, architecte, poète, traducteur, le gage d'amour confié à l'œuvre (comme à la lecture, à l'écoute, à la vision) à venir. 
 
Notes sur Thème : le titre  
De la polysémie du mot "thème", on retiendra, d'après le Trésor de la Langue Française, "sujet développé dans un ouvrage", "morceau à traduire", enfin "dessin mélodique faisant le motif d'une composition musicale et objet de variations". Soit la référence à une pratique d'invention (verbale, musicale, architecturale), à partir d'une proposition (dessin, texte, plan). La technicité du terme est atténuée par la majuscule, qui lui confère un halo allégorique. Enfin, dans l'indication générique "notes", le pluriel altère la notion de "composition" liée à celle d'"ouvrage". S'énonce ainsi une double infraction, d'une part, le glissement vers la fiction, d'autre part, la réduction de l'"invention" attendue à des préliminaires. 
 
Notes sur Thème
: le plan 
En huit chapitres (le 8 symbolise pour les numérologues outre l'infini, "l'incarnation dans la matière qui devient elle-même créatrice et autonome, régissant ses propres lois") : 
1 : la sensation fugitive, incertaine, d'un double, "Thème", dont l'aura provient aussi bien de souvenirs de lectures (un café du port chez Onetti) que de peintures (le portrait imaginaire d'Esope par Velasquez), ou d'écriture (le léger danseur de La Frontière, lui-même passerelle vers une toile de Guido Reni).  
2 : "Thème" est l'objet, plus que le sujet, d'un désœuvrement passionné. Captif d'une absente (sa mère ?), sa qualité d'alter ego de l'auteur se précise par l'allusion à la pratique de l'autoportrait chez Rembrandt ou Delacroix. "Thème" appartient au pays natal, comme au lieu mental de l'auteur. 
3 : Aussi imprévisible, irréductible à une histoire que la nature, "Thème" inscrit la rêverie des origines menée par le héros d'un précédent récit, La Forme intermédiaire, au sujet de l'apparition du cheval sur le continent américain, et sa vocation de marginal réinscrit l'appel à la migration lui-même aux principes de l'œuvre, comme dans L'Or de l'incertitude
4 : Cet être de reflet, photographe qui ne développe pas ses clichés, réminiscence qui ne parvient pas à émerger, se tient définitivement hors du réel, tout en exerçant une autorité de vigie (à l'instar du "cavalier invisible" de la plaine dans L'Or ou d'Antonio, le veilleur parisien du même récit ). 
5 : Plus sombre, veilleur par défaut, "figure de nuit" à exorciser, "Thème" devient l'impossibilité de faire œuvre, la menace de rester Dans le Leurre du seuil
6 : "Thème", figure matricielle, suscite une épopée non de la fondation mais de la disparition, celle des Amérindiens, possesseurs spoliés d'une langue des signes, à la différence des Égyptiens inventeurs du "contour" qui isole leurs hiéroglyphes. 
7 : Tout à l'inverse, le regard de "Thème" sur l'auteur devient pérenne, à l'instar de celui que la peinture pose sur nous. 
8 : "Thème", c’est l'autre nom de la poétique de l'œuvre entier de Silvia Baron Supervielle : ce qui vibre dans les blancs du poème, de la toile, "en marge" du regard. 
 
"Au seuil du passage" 
Maillon dans une œuvre qui procède par reprises, au sens d'un retour sur soi qui permette l'accès à un dégagement nouveau, Notes sur Thème reprend une réflexion notée dès La ligne et l'ombre sur "le thème innommé" inscrit au verso des thèmes traités, lesquels ne sont qu'une écriture de substitution, des contre-thèmes essayés pour recourir à la perte d'un "mot de passe" dont il n'est que la promesse. "Le thème innommé" est la parole empêchée, par l'exil, la passion, l'absence d'identité, le refus des cadres, des frontières ; il est aussi la foi dans une langue, c'est-à-dire en une unité préalable, le décloisonnement des œuvres, comme des formes de l'art ou de la nature. Encore cette langue est-elle à forger, et c'est ce que tentent déjà l'écoute d'un son, l'image d'une lettre ou la contemplation d'une toile jusqu'à en voir surgir des chemins, des "passages". "Thème est au seuil du passage", énonce le nouvel ouvrage, qui reporte le lecteur au moment de reprise de cette négociation entre rupture, subie ou voulue, et transition. 
D'où une écriture double d'interférences et d'intermittences. 
Intermittence créée visuellement par les paragraphes ("passages", au sens de "parties d'un texte"), qui parfois se succèdent sans transition directe, la liaison étant établie à distance non au niveau de la section même, mais d'une section précédente : ainsi du motif de la migration des Amérindiens, qui s'interrompt pour venir quelques pages plus tard s'insérer dans l'évocation du vagabondage de "Thème". Du coup, ce montage ne relève pas d'une esthétique du cut-up : le blanc entre deux paragraphes est emblématique de cette exigence de pensée d'ouvrir "l'intervalle qui me permet de passer les frontières".  
Mais le retournement peut prendre l'aspect plus rhétorique de la métalepse (l'expression détournée), qui confère au texte cette qualité vibratile, cet effet de miroitement qui joue contre la cursivité de la lecture. Par ce biais, tel énoncé concernant "Thème" peut être déchiffré comme une définition du contrat de ce texte : "il évolue dans mes papiers allant de l'un à l'autre, liant mes personnages, mes lectures, mes paysages avec ceux d'autres artistes qui font partie de mes souvenirs", tel autre comme évocation de l'écrivain entre deux langues : "il connaît le moyen de rattacher les rivages sans nuire à l'écartement", tel autre encore comme la fonction de l'art : "quelqu'un ou quelque chose dont la compagnie est nécessaire pour réinventer le monde".  
Il y a donc bien rupture, mais au bénéfice d'un dédoublement de lecture, d'un "battement", pour reprendre une image récurrente, d'un écart par rapport à lui-même opéré par le texte. Il ne s'agit donc pas d’allégorie, comme aurait pu le laisser penser le titre, car le déchiffrement n'est ni systématique, ni explicité. Tout au contraire, la réversibilité des signes induit une fréquente substitution où se retrouvent l'élan, le vertige parfois, du change baroque, ce qu'exprime le terme d'"oscillation" souvent repris dans l'ensemble de l'œuvre de Silvia Baron Supervielle.  
De la sorte, la métalepse ainsi entendue devient l'art de l'interférence, d'un entre-deux, dont l'équivalent sensible, sinon sensuel, peut être trouvé dans telle scène mythologique de Guido Reni ou de Poussin dans le jeu entre étoffes et nudité au bénéfice d'une circulation fluide du désir. Nous ne sommes donc pas dans la raideur didactique de l'allégorie ou la clôture du symbolisme, mais bien dans la "chambre de veille" de qui trace sa route à l'écart des chemins déjà ouverts. 
  
Ce qui a nom "Thème", c'est l'expérience de la lecture, non pas comme un processus d'identification, d'accumulation, mais de soustraction, de renoncement à soi, d'ascèse : à la condition d'abdiquer de son savoir, de voir ses attentes déjouées, le lecteur atteint ce niveau quasi médiumnique où, quitte à dériver, pressentant le sens, il s'affranchit de ses laisses, pour saisir l'occasion du passage, tel le bon pilote grec en quête du poros. Et l'intensité du désir s'estime à l'aloi de la patience, à l'épreuve des obstacles. Le "passage" désigne l'activité du regard à se dessiller, à l'image de Peer Gynt se débarrassant de ses peaux successives. Il exerce l'esprit à rechercher ce suspens, ce retournement de texte au revers duquel s'inscrit le sens, quitte à inverser les signes, en l'occurrence le signe "Thème" dont l'effacement est corollaire de l'exigence d'attention, telle l'épreuve en négatif. Il revient au dépositaire, créateur ou lecteur, d'en guetter la révélation, de suivre l'émergence de traits, de ses traits de lui-même oubliés. Voir, c'est se souvenir.  
 
 
[Alain Mascarou] 
 
 
Ouvrages de Silvia Baron Supervielle cités :  
L'Or de l'incertitude, José Corti, 1990 
La Frontière, José Corti, 1995 
La Ligne et l'ombre, Seuil, 1999 
La Forme intermédiaire, Seuil, 2006 
Sur le Fleuve, Arfuyen, 2013 
Lettres à des photographies, Gallimard, 2013 
Al Margen/En marge, Adriana Hidalgo, 2013 
Notes sur Thème, Galilée, 2014 
 
L’interprétation anagogique du chiffre 8 est empruntée à ce site


Catégorie : Notes de lecture
Un article de : Florence Trocmé

Lundi 29 Septembre 2014, 10:12 : [anthologie permanente] Giacomo LeopardiLes éditions Le Lavoir Saint-Martin ont publié récemment Chansons, Canzoni, de Giacomo Leopardi, dans une traduction de l’italien par Circé, sous la direction de Jean-Charles Vegliante. Edition bilingue. Heureux toi, que le sort n’a pas condamné à vivre tant d’horreur ; qui n’a pas vu étreindre l’épouse sienne par un soldat barbare, ni piller ni ravager villes et champs par la lance ennemie d’étrangère rage ; ni les divines œuvres des génies d’Italie, misérablement trainées en esclavage au-delà des Alpes, ni la dolente voie encombrée de chars ; ni l’empire hautain ni les rudes gestes. Tu n’as pas entendu l’offense...

Contenu :

 

 

Les éditions Le Lavoir Saint-Martin ont publié récemment Chansons, Canzoni, de Giacomo Leopardi, dans une traduction de l’italien par Circé, sous la direction de Jean-Charles Vegliante. Edition bilingue.  
 
Heureux toi, que le sort 
n’a pas condamné à vivre tant d’horreur ; 
qui n’a pas vu étreindre 
l’épouse sienne par un soldat barbare, 
ni piller ni ravager villes et champs 
par la lance ennemie d’étrangère rage ;  
ni les divines œuvres 
des génies d’Italie, misérablement 
trainées en esclavage au-delà des Alpes,  
ni la dolente voie encombrée de chars ; 
ni l’empire hautain ni les rudes gestes. 
Tu n’as pas entendu l’offense et l’infâme 
promesse de liberté qui nous bernait 
parmi le son des chaînes, des coups de fouet. 
Qui ne gémit ? que n’a-t-on souffert ? Qu’ont-ils 
épargné ces Félons ?  
Quel temple, quel autel, quelle turpitude 
 
 
Beato te che il fato 
A viver non dannò fra tanto orrore ;  
Che non vedesti in braccio 
L’itala moglie a barbaro soldato ; 
Non predar, non guastar cittadi et colti 
L’asta innimica e il peregrin furore ;  
Non degl’italie ingegni 
Tratte l’opre divine a miseranda 
Schiavitude oltre l’alpe, e non de’folti 
Carri impedita la dolente via ; 
Non gli aspri cenni et i superbi regni; 
Non udisti gli oltraggi e la nefanda 
Voce di libertà che ne schernia 
Tra il suon delle catene et de’flagelli. 
Chi non si duol ? che non soffrimo ? Intatto 
Che lasciaron quei felli ?  
Qual tempio, quale altare o qual misfatto ?  
 
Giacomo Leopardi, Chansons, Canzoni, traduction de l’italien par Circé, sous la direction de Jean-Charles Vegliante. Edition bilingue, 2014, pp. 54 et 55. 
 
bio-biliographie de Leopardi 

 


Catégorie : Anthologie permanente
Un article de : Florence Trocmé

Samedi 27 Septembre 2014, 08:36 : [Poezibao Hebdo] du samedi 27 septembre 2014 Rappel : agenda, liens, informations sont désormais publiés ici Pour recevoir les mises à jour quotidiennes dans sa boîte aux lettres, voir ici Les derniers articles publiés dans Poezibao : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 4 [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 5 [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 6 [anthologie permanente] Henri Meschonnic [anthologie permanente] Jean-Paul Klée [anthologie permanente] Philippe Clerc [note de lecture] Jean-Pascal Dubost, "Sur le métier", par Antoine Emaz [note de lecture] Franck Doyen, "Champs de lutte", par Yann Miralles [note de lecture] Philippe Clerc, "Johannes, Hermann", par Matthieu Gosztola [poètes] Philippe...

Contenu :


Rappel : agenda, liens, informations sont désormais publiés ici  
Pour recevoir les mises à jour quotidiennes dans sa boîte aux lettres, voir ici 
 
Les derniers articles publiés dans Poezibao : 
 
[feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 4 
[feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 5 
[feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 6 
 
[anthologie permanente] Henri Meschonnic 
[anthologie permanente] Jean-Paul Klée 
[anthologie permanente] Philippe Clerc 
 
[note de lecture] Jean-Pascal Dubost, "Sur le métier", par Antoine Emaz 
[note de lecture] Franck Doyen, "Champs de lutte", par Yann Miralles 
[note de lecture] Philippe Clerc, "Johannes, Hermann", par Matthieu Gosztola 
 
[poètes] Philippe Clerc 
 
Poezibao a reçu du samedi 27 septembre 2014 
 
[Agenda, liens et informations] le journal permanent de la poésie 
[Agenda, liens et informations] le journal permanent de la poésie 

 


Un article de : Florence Trocmé

Samedi 27 Septembre 2014, 08:32 : [Poezibao a reçu] du samedi 27 septembre 2014 Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao. NB : ne sont pris en compte ici que les livres publiés à compte d’éditeur. W.G. Sebald, "nul encore n'a dit", avec des lithographies de Jean-Peter Tripp, poèmes traduits de l'allemand par Patrick Charbonneau, préface de Gilles Ortlieb, Fario, 2014, 27€ Philippe Clerc, Johannes, Hermann, Flammarion, 2014, 16€ Claude Louis-Combet, Le nu au transept, images d'Yves Verbièse, L'Atelier contemporain, 2014, 15€ Georges Mishuga, Le Caractère des caractères, quelques fontes offertes à votre regard, Eric Pesty éditeur, 2014, 18€ Serge Pey, La Sardane d'Argelès, desins de Joan Jorda,...

Contenu :


Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao.   
NB : ne sont pris en compte ici que les livres publiés à compte d’éditeur.  
 
 
W.G. Sebald,
"nul encore n'a dit", avec des lithographies de Jean-Peter Tripp, poèmes traduits de l'allemand par Patrick Charbonneau, préface de Gilles Ortlieb, Fario, 2014, 27€ 
Philippe Clerc, Johannes, Hermann, Flammarion, 2014, 16€ 
Claude Louis-Combet, Le nu au transept, images d'Yves Verbièse, L'Atelier contemporain, 2014, 15€ 
Georges Mishuga, Le Caractère des caractères, quelques fontes offertes à votre regard, Eric Pesty éditeur, 2014, 18€ 
Serge Pey, La Sardane d'Argelès, desins de Joan Jorda, Dernier Télégramme, 2014, 13€ 
Jacques Moulin, Portique, dessins d'Ann Loubert, L'Atelier contemporain, 2014, 10€ 
Christophe Grossi, Ricordi, dessins de Daniel Schlier, L'Atelier contemporain, 2014, 15€ 
Armelle Leclercq, Les Equinoxiales, Le Corridor bleu, 12€ 
Maurizio Cucchi, Vies particulaires, traduction et préface par Bernard Vanel, Le Bousquet-La Barthe éditions, 2014, 12€ 
Gilles Delcluse, il faisait soleil, demain ! , Le Bousquet-La Barthe éditions, 2014, 11€ 
Albane Gellé, A l'aveugle, sur des dessins de Samuel Buckman, coll. "Ficelle", Rougier V. éd., 2014, 9€ 
Amandine Marembert & Luce Guilbaud, Renouées, Les éditions du Petit Pois, 2014, 21€ 
 
 
Revue Europe, dossiers Eric Chevillard, Jean-Louis Giovannoni, Esther Tellermann, 2014, 22€ 
Revue K.O.S.H.K.O.N.O.N.G., n° 5, été 2014, Eric Pesty, 2014, 11€ 

 
 
 


Un article de : Florence Trocmé

Vendredi 26 Septembre 2014, 10:04 : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 6Sixième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. Quant à l’énoncé d’une pétition, Antonin Artaud – parce qu’il est en lutte avec Dieu ? – échappe à la compétition des hommes et des hommes comme à celle des femmes et des femmes. Rodez. Aujourd’hui on construit un « Musée Soulages » à Rodez. Artaud et la magie : « Mais l’ascétisme ne fait-il pas corps avec la magie véritable, même la plus sale, même la plus noire ? » Difficile d’imaginer la...

Contenu :

 

Sixième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière.  
 
 
Quant à l’énoncé d’une pétition, Antonin Artaud – parce qu’il est en lutte avec Dieu ? – échappe à la compétition des hommes et des hommes comme à celle des femmes et des femmes. 
 
 
 
Rodez. Aujourd’hui on construit  un « Musée Soulages » à Rodez.  
 
 
Artaud et la magie : « Mais l’ascétisme ne fait-il pas corps avec la magie véritable, même la plus sale, même la plus noire ? » 
 
 
 
Difficile d’imaginer la faim, la soif, l’angoisse, le froid qu’a endurés Artaud dans la période 1939-1945. L’état dans lequel se retrouvaient les hospices d’aliénés… 
 
 
Étude théâtrale : l’histoire de France 1895-1948 et celle des « syllabes inventées ». 
 
 
 
                              (Artaud marteau de philosophie et de théâtre) 
 
 
Le plus grand poète français du vingtième siècle n’est pas lu. 
 
 
Caractéristique du poète : il assume. « Ces tournures, ces expressions mal venues que vous me reprochez, je les ai senties et acceptées. » (lettre à Jacques Rivière, 5 juin 1923) 
 
 
 
Le corps en souffrance martèle les planches de dessins et du théâtre. Théâtre des colères errantes. Artaud / Shakespeare. 
 
 
Préambule : « Le théâtre c’est l’échafaud, la potence, les tranchées, le four crématoire ou l’asile d’aliénés. » 
 
 
La poésie d’Artaud dit la crispation, le nœud, bonhomme ou agité, des bien-pensants avec le crime de masse. 
 
Certainement Claudel, poète, est plus proche d’Artaud que ne le sera jamais aucun Universitaire. Il faut être capable de descendre dans l’indécence et remonter à hauteur de tau, de totem, sans exercice de captation. 
 
 
Selon l’antique « musicologie » chinoise tous les instruments sont des sortes de tambours. 
 
 
Avec les Vingt regards Olivier Messiaen cogne, harmonieusement. 
 
 
La musique pour que nous échappions à nos démons malins. Pour que nous n’ayons point à nous signer. 
 
 
La grand-mère du poète était native de Smyrne.  
Smyrne, la cité est notée dans l’Apocalypse de Jean. 
 
 
 
Les Sept premières paroles de l’Enfant-Jésus
 : 
 
    1. A ruah pon Tif papa pala 
    2. palate pu rendu iciba 
    3. i hihi han 
    4. pa pier jeté-e 
    5. glan grrran ruah 
    6. cheu chan chan-cheu cheveu 
    7. soaf solo soli coda parabolidia 
 
 
 
 
Le « chant noté » : tentative assumée de reconnaître les impuretés de sa pensée, d’en marquer et démarquer l’action. 
 
 
Toutes les langues viennent au cerveau d’Artaud. Le problème, c’est qu’elles viennent en tavaturi… Je n’ose pas, ici, parler de « concentration » : le théâtre est le moyen de leur donner (leur imposer ?) une direction. Par médiation. Jacques Rivière (la NRF) lui a expliqué qu’il fallait un objet. 
 
 
Il parle de l’amour quand il invoque ses « filles de cœur ». Souvenir de Nerval. 
 
Les totems. L’ar tau est aimé. Il saute une génération. 
 
 
  
© Claude Minière, [à suivre lundi 29 septembre 2014]   
épisode 1, épisode 2, épisode 3, épisode 4, épisode 5,  
Lire la séquence ici 

 


Catégorie : Feuilleton
Un article de : Florence Trocmé

Vendredi 26 Septembre 2014, 09:54 : [note de lecture] Philippe Clerc, "Johannes, Hermann", par Matthieu GosztolaBlanchot note dans L’Entretien Infini (in « L’Expérience-limite ») : « Malgré le développement massif des moyens de communication, le quotidien échappe. C’est sa définition. Nous ne pouvons que le manquer, si nous le recherchons par la connaissance, car il appartient à une région où il n’y a encore rien à connaître, de même qu’il est antérieur à toute relation, s’il a toujours déjà été dit, tout en restant informulé, c’est-à-dire en deçà de l’information. Ce n’est pas l’implicite (dont la phénoménologie fait grand usage) ; certes, il est toujours déjà là, mais qu’il soit là ne vérifie pas son...

Contenu :

 
Philippe Clerc CouvertureBlanchot note dans L’Entretien Infini (in « L’Expérience-limite ») : « Malgré le développement massif des moyens de communication, le quotidien échappe. C’est sa définition. Nous ne pouvons que le manquer, si nous le recherchons par la connaissance, car il appartient à une région où il n’y a encore rien à connaître, de même qu’il est antérieur à toute relation, s’il a toujours déjà été dit, tout en restant informulé, c’est-à-dire en deçà de l’information. Ce n’est pas l’implicite (dont la phénoménologie fait grand usage) ; certes, il est toujours déjà là, mais qu’il soit là ne vérifie pas son accomplissement : au contraire, toujours inaccompli dans sa réalisation même qu’aucun événement, si important, si insignifiant qu’il soit, ne pourra produire. Rien ne se passe, voilà le quotidien, mais quel est le sens de ce mouvement immobile ? À quel niveau se situe ce "rien ne se passe"? Pour qui "rien ne se passe-t-il", si, pour moi, nécessairement il se passe toujours quelque chose ? En d’autres termes, quel est le "Qui ?" du quotidien? Et, en même temps, pourquoi, dans ce "rien ne se passe", y a-t-il l’affirmation que quelque chose d’essentiel serait admis à passer ? » 
 
Philippe Clerc, travaillé par cette dialectique mise au jour par Blanchot, répond aux questions mentionnées ci-dessus, avec singularité, tout au long de Johannes, Hermann, en usant d’une technicité aboutie quant à l’enjambement et quant au jeu (qui n’en est pas un) avec les blancs, et en recourant à la narration et à la fiction (d’où la pléthore de noms propres : noms de lieux et plus encore noms de personnes ; d’où le goût – exprimé et mis en forme informe – pour l’oralité).  
Et ce sans jamais recourir à la théorie ou à la didactique, car autrement Philippe Clerc n’aurait pas pu donner à voir le quotidien dans son caractère ontologique, c’est-à-dire dans la-façon-qu’il-a-de-ne-pas-se-laisser-saisir. (Jamais).  
 
Un seul extrait nous permet de saisir la manière suivant laquelle Philippe Clerc s’enquiert de cet insaisissable, retranscrivant, par la découpe des vers, le « mouvement immobile » dont parle Blanchot : 
 
Je me baigne. La mer monte  
et descend. Le coiffeur est bel 
homme, de l’allure. Les oiseaux 
de ce ciel sont heureux. Ombre  
 
 
vilaine d’Alix. Un couple : elle  
avec une écharpe et un bonnet 
lui, les mains dans les poches 
Le matin, morceaux de craie  
 
 
 
 
Bar Epsom, il parle d’amour 
Les treize dames qui sont au fond  
Henri nage avec peine. Hortense abrite  
ses petits. À mi-voix : « Derrière chez 
 
 
mon père y a un pommier doux » 
Excursion à Mers-les-Bains 
Le long de l’esplanade du Général  
Leclerc, les villas : Les falaises 
 
 
 
Les galets, Entre nous, Picardie 
L’horizon, La rafale, La vague 
Bellevue, La violette, Coup de  
vent, Bagatelle, Les algues, Mignon 
 
 
Crépuscule, L’aiglon, La goélette  
La normande, L’embardée, Cyrano 
L’eau vive, Le tourbillon, Clair 
de lune, Les vacances, Fée des mers  
 
 
 
Un promeneur choisit des galets  
Aujourd’hui, le vent soulève 
un jeune homme. Dieppe, « La plage 
la plus proche de Paris ». Paul 
 
 
casquette pied-de-poule. L’armoire  
est vide et la coque en bois 
rouge. Ah, quand j’étais un étourneau 
La mer a sa poussière ce matin  
 
Johannes, Hermann
est un pari. Et un pari réussi. C’est bellement que l’ensemble des sections qui composent ce recueil interrogent, mettent en perspective cet énoncé blanchotien ; le mettent en perspective pour ne jamais dévoyer son mystère :  
« [Le quotidien] appartient à l’insignifiance, et l’insignifiant est sans vérité, sans réalité, sans secret, mais est peut-être aussi le lieu de toute signification possible ».  
 
[Matthieu Gosztola] 
 
Philippe Clerc, Johannes, Hermann, Flammarion, 2014, 186 pages, 16€, parution le 8 octobre.  


Catégorie : Notes de lecture
Un article de : Florence Trocmé

Vendredi 26 Septembre 2014, 09:48 : [anthologie permanente] Philippe ClercPhilippe Clerc publie Johannes, Hermann, aux éditions Flammarion. Poezibao propose aujourd’hui sa fiche bio-bibliographique, des extraits de ce livre dans cette page « anthologie permanente » et un compte-rendu du livre par Matthieu Gosztola. Attention, le livre paraît le 8 octobre Cousin étourdi deux morts dans la chambre Aujourd’hui j’ai trente-cinq ans Je heurte le passant effarouche lapin tout roux un soupçon lavandou avec Anne bonnet de laine Le nom de cet arbre, les amoureux s’aiment en fin de jour, mes amis près de la cathédrale « Si vous croyez que je vais revenir » M. m’appelle de Nîmes parce...

Contenu :

 

Philippe Clerc publie Johannes, Hermann, aux éditions Flammarion. Poezibao propose aujourd’hui sa fiche bio-bibliographique, des extraits de ce livre dans cette page « anthologie permanente » et un compte-rendu du livre par Matthieu Gosztola.

Attention, le livre paraît le 8 octobre 
 
 
Cousin étourdi 
deux morts dans la chambre 
Aujourd’hui j’ai trente-cinq ans 
Je heurte le passant 
 
effarouche lapin 
tout roux 
un soupçon lavandou avec Anne 
bonnet de laine 
 
Le nom de cet arbre, les amoureux s’aiment 
en fin de jour, mes amis 
près de la cathédrale 
« Si vous croyez que je vais revenir » 
 
M. m’appelle de Nîmes 
parce que 
c’est mon anniversaire 
pas facile de me consoler 
 

 
Deux voisins me portent tête renversée 
j’ai demandé de faire vite 
un homme âgé refuse de m’embrasser 
à Rouen dans la nuit du mardi 18 
 
au mercredi 19 mars 
un véritable arrêt du cœur 
une passante adore Nicole 
j’ai la bonne surprise de trouver 
 
un chat tigré réveillé 
il me touche la poitrine 
cela cinq ou six secondes 
ce matin 
 
Jeanne me demande la différence entre mandarines 
et clémentines 
c’est une histoire  
ponctuée de disputes
 

 
Place Cauchoise, manigances et coups portés 
il se baisse pour nouer ses lacets 
de méchante humeur 
crainte d’être suivi 
 
Il est cannois 
sa mère est arrivée à Rouen en 1952 
« Savez-vous à qui appartiendra la victoire ? » 
un jeune homme silencieux 
 
Australien dans l’abri vitré 
« Je suis plus petit que le belouga au 
beau milieu de la nuit » 
le lendemain, ciel et jour grisâtre 
 
E. se serait jetée dans ses bras 
quai de Norvège 
romance entre elle et lui 
dimance 
[...] 
 
Philippe Clerc, « Rouen, suite », Johannes, Hermann, Flammarion, 2014, 184 pages, 16€, pp. 157 à 159.  
 
Bio-bibliographie de Philippe Clerc 


Catégorie : Anthologie permanente
Un article de : Florence Trocmé

Vendredi 26 Septembre 2014, 09:44 : [poètes] Philippe ClercPhotographe et écrivain, Philippe Clerc est né en 1935. Il est d’origine lettone par sa mère. Il a publié son premier livre de poèmes, Nocera, chez Gallimard en 1979. Parallèlement à une importante œuvre graphique, il a animé au fil des années plusieurs revues délibérément confidentielles, au carrefour de la photographie, du détournement documentaire et de la poésie concrète. Notamment la revue Ox. Bibliographie Nocera, Gallimard, 1979 Tuer, etc., Flammarion, 1996 Rendez-vous sur la Roya, Flammarion, 2002 Il a aussi publié quelques textes brefs aux Éditions Passages d’encre. Un bel article sur l’artiste et écrivain.

Contenu :

 

Photographe et écrivain, Philippe Clerc est né en 1935. Il est d’origine lettone par sa mère. Il a publié son premier livre de poèmes, Nocera, chez Gallimard en 1979.  
Parallèlement à une importante œuvre graphique, il a animé au fil des années plusieurs revues délibérément confidentielles, au carrefour de la photographie, du détournement documentaire et de la poésie concrète. Notamment la revue Ox
 
 
Bibliographie 
Nocera, Gallimard, 1979 
Tuer, etc., Flammarion, 1996 
Rendez-vous sur la Roya, Flammarion, 2002 
Il a aussi publié quelques textes brefs aux Éditions Passages d’encre.  
 
Un bel article sur l’artiste et écrivain.

 


Catégorie : Poètes (fiches bio-bibliographiques)
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 24 Septembre 2014, 14:10 : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 5Cinquième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière Le silence. L’effacement. La « plaine sans moissons » Quel chemin !! Le cerveau ne garde-t-il pas l’empreinte des activités archaïques des «premiers hommes » ? chasse, piste, sentier,… N’en garde-t-il pas la trace en pointillé ? Les rêves commencent toujours avec des chemins, à la croisée de chemins. Un rêve s’engage sur le tracé incertain ? Rêve de révolution, fil rouge qui dort et s’éveille dans la trame. Certains écrivains écrivent en bourgeois...

Contenu :


Cinquième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière 
 
 
 
Le silence.  L’effacement. La « plaine sans moissons » 
 
 
Quel chemin !! 
 
 
Le cerveau ne garde-t-il pas l’empreinte des activités archaïques des «premiers hommes » ? chasse, piste, sentier,… N’en garde-t-il pas la trace en pointillé ? Les rêves commencent toujours avec des chemins, à la croisée de chemins. Un rêve s’engage sur le tracé incertain ? Rêve de révolution, fil rouge qui dort et s’éveille dans la trame. 
 
 
 
Certains écrivains écrivent en bourgeois ; ils vivent en bourgeois. Ils préservent leur situation, leur mode de vie. Leurs goûts littéraires sont donc, aussi, un choix de société, bien que d’une société hors de la folie générale… Ils mettent leurs idées en accord avec leur situation sociale. Rares ceux qui font l’inverse. 
 
 
Mexique, truc de Vieux ? Venise, truc de Vieux ? Mais où est donc le pays de la jeune révolte aujourd’hui ? 
 
 
« Il y a une manière d’entrer dans le temps, sans se vendre aux puissances du temps, sans prostituer ses forces d’action aux mots d’ordre de propagande. » (Surréalisme et Révolution, début 36). 
 
 
(Petit Poucet) 
 
Cette année encore, cinquante jours après Pâques, les pétales de roses tremblent comme de petites flammes. La langue vivante fleurit dans toutes les langues. 
 
 
 
 
Il y a un point où les mots sont en équilibre avec le vide, où la pointe d’âme s’échappe libre, tout bien pesé. 
 
 
Interprétation du miracle de la Pentecôte : polyglotte ou glossolalie ? Vous l’entendez au dehors et en-dedans. Don des langues. La vie et son double. 
 
 
 
Je sens comme battements de cœur et de charge la nécessité de lutter contre les habitudes sociales d’empoisonnement. Parfois l’envie de cogner. 
 
 
Cogner : verbe cognitif. 
 
 
Les petites croix gravées au couteau dans la pierre des murs des rues pissées, dans les cellules des prisons, sur le corps opéré, au bas des documents,… en creux, à la croisée des chemins égarés,… La croix du cri et des croix faites dessus, dans les tableaux, dans les magies, dans l’ombre et la lumière… Il y a une terrible distance entre la croix et l’alphabet. 
 
 
© Claude Minière, [à suivre vendredi 26 septembre 2014]   
épisode 1épisode 2épisode 3, épisode 4 

 


Catégorie : Feuilleton
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 24 Septembre 2014, 14:05 : [Agenda, liens et informations] le journal permanent de la poésiePour suivre l’actualité poétique en continu : agenda, liens, informations sont désormais publiés ici ou pour les revues, ici Les dernières informations publiées dans les scoop.it de Poezibao : ○[agenda] 23 septembre 2014, Paris, Anne Talvaz, P. Maurer-Alvarez et R. Quintavalle ○[agenda] 27 septembre 2014, Jean Ristat, Jean-Marie Gleize, Elodie Petit, Haute- Provence ○[agenda] 14 octobre 2014, La Ciotat, Liliane Giraudon, Stéphane Nowak, Jean-Jacques Viton [exposition] La Maison de Verre, bienvenue dans l'univers d'André Breton ○[note de lecture] Charles Péguy dans nos lignes de Charles Pennequin par François Huglo ○[note de lecture] Philippe Jaccottet en la Pléiade, par Matthieu Gosztola...

Contenu :

 

Pour suivre l’actualité poétique en continu : agenda, liens, informations sont désormais publiés ici ou pour les revues, ici

Les dernières informations publiées dans les scoop.it de Poezibao : 
 
[agenda] 23 septembre 2014, Paris, Anne Talvaz, P. Maurer-Alvarez et R. Quintavalle  
[agenda] 27 septembre 2014, Jean Ristat, Jean-Marie Gleize, Elodie Petit, Haute- Provence  
[agenda] 14 octobre 2014, La Ciotat, Liliane Giraudon, Stéphane Nowak, Jean-Jacques Viton 
 
[exposition] La Maison de Verre, bienvenue dans l'univers d'André Breton  
 
[note de lecture] Charles Péguy dans nos lignes de Charles Pennequin par François Huglo  
[note de lecture] Philippe Jaccottet en la Pléiade, par Matthieu Gosztola  
 
[parution] Nerval, Aurélia ou le Rêve et la Vie (éd. de J.-N. Illouz), rééd. poche  
 
[prix] Discours de Guadalajara d'Yves Bonnefoy  
 
revue 
Europe, n°1026, octobre 2014: "Éric Chevillard", mais aussi Jean-Louis Giovannoni et Esther Tellermann  
 


Catégorie : Agenda, liens, informations
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 24 Septembre 2014, 14:03 : [note de lecture] Franck Doyen, "Champs de lutte", par Yann MirallesChamps de lutte : ce que font les mots et la peinture Que font les poèmes au lecteur ? Qu'est-ce que des peintures, des dessins, font aux textes desquels ils sont les vis-à-vis, dans des livres ? Et, inversement, qu'est-ce que ceux-ci font à ceux-là ? Champs de lutte de Franck Doyen, accompagné de peintures d'Aaron Clarke, semble proposer une réponse à de telles questions. Du moins, il montre le lieu et les conséquences, l'activité et les restes, de ce faire – et c'est un « champ de lutte » en effet. On le voit d'abord, au fil de ces...

Contenu :

 
Champs de lutte : ce que font les mots et la peinture 
 


DoyenQue font les poèmes au lecteur ? Qu'est-ce que des peintures, des dessins, font aux textes desquels ils sont les vis-à-vis, dans des livres ? Et, inversement, qu'est-ce que ceux-ci font à ceux-là ? Champs de lutte de Franck Doyen, accompagné de peintures d'Aaron Clarke, semble proposer une réponse à de telles questions. Du moins, il montre le lieu et les conséquences, l'activité et les restes, de ce faire – et c'est un « champ de lutte » en effet. 
 
On le voit d'abord, au fil de ces 49 petits poèmes numérotés, dans la « lourde descente / d'une syllabe à l'autre » et « la viande [qui] coule et saigne / en chevauchée lente / inéluctable » (18), qui font écho, transposées du texte aux peintures, aux traces et taches vertes sur fond noir d'Aaron Clarke, elles-mêmes faisant, comme le dit le poème, un « torrent en vous » (22). La page comme le support peint s'offrent ainsi comme un « grand champ raturé » (20) et le lieu d'un affrontement entre l'homme et le paysage, entre le corps et les mots, entre l'humain et l'animal... 
 
Et cette dimension agonistique est tout entière livrée dans les signifiants (les « épaves du signifiant / sur lesquelles pleut la parole », 23) – dans les phonèmes comme dans la matière colorée. 
Le mot-matrice ici serait « éboulis ». Écrit en italique, répété trois fois au poème 23 (donc quasi au centre de l'ouvrage), il acquiert une importance que l'ensemble du livre ne cesse de confirmer. En lui semble se condenser la thématique du reste, des reliques et de l'écroulement  présente partout. En lui surtout – en ses phonèmes – se retrouve ce [b] dont on mesure bien la prégnance, surtout dans les premières pages : « bord », « branches brunes », « bosquets », « débris », « bête », « arbres », « bouts de bras », « herbe », « battu / battu », « brouillard », « brusque perte », « abandonner », « rêves brisants », « abattu », « début », « besogne », « rebrousser », « brève usure », « broyées », « écorce brune », « borderelles blanches », « bâche », « l'aube en pièce », « immobile / imbécile »... À cette liste, il faudrait joindre les autres labiales, par exemple le [m] de « mufle » (1) ou le [p] de « pluies » (16) qui entraînent, comme tous les mots déjà cités, une signifiance de la corporéité, du paysage et de la destruction. 
 
Mais ce n'est pas tout : on retrouve aussi « éboulis » dans le [u] de certains mots (« rebrousser », « parcourir », « boursouflure », etc.) et surtout dans le pronom personnel « vous », si important dans ce livre, qui marque à la fois une distance avec soi (le « vous » comme une manière de se parler à soi-même) et une adresse au lecteur. Le poème 10 le dit bien, qui commence par « le brouillard court » et se clôt par le « roux / vous aussi / sous le dessous de la peau ». Et notons encore le [i] du « éboulis » souvent lié au [y] (façon de rappeler le [u] ?), et ce dès la première page : « nuit », « ruinée », « pluie », « fuit » – jusqu'à la fin du livre, où les signifiants, rehaussés encore par l'emploi de l'italique, se regroupent dans « les ossements oui / définitifs sur la colline » (48). 
 
Ce n'est là qu'un bref relevé, forcément subjectif (d'autres mots auraient pu être recueillis, chaque phonème appelant toujours une constellation d'autres mots), mais les occurrences ici sont néanmoins assez prégnantes pour pouvoir être notées ; et elles soulignent, en tout cas, toute la force et la cohérence de ce « corps révolutionnaire » (15 – en italique encore) qui fait « avalanche en vous-même » (18) que sont et le poème et la peinture. 
 
[Yann Miralles] 
 
Franck Doyen, Champs de lutte, peintures d'Aaron Clarke, Æncrages & Co.


Catégorie : Notes de lecture
Un article de : Florence Trocmé

Mercredi 24 Septembre 2014, 13:35 : [anthologie permanente] Henri Meschonnic ce que je vois c’est du sommeil je veille je ne sais combien de sommeils à bouche que veux-tu je dors et mon sommeil continue d’autres réveils 1er mars 2008 l’obscur travaille ma lumière des formes que je ne comprends pas me traversent et je me mets à lire des lettres que je ne comprends pas alors je commence à voir clair 1er mars 2008 je ne savais pas que la fenêtre ouvrait le monde ouvrait mon corps au monde que la fenêtre était une telle joie que tout mon corps en est la reconnaissance où il n’y a plus...

Contenu :

 

ce que je vois 
c’est du sommeil 
je veille je ne sais combien 
de sommeils 
à bouche que veux-tu 
je dors 
et mon sommeil  
continue d’autres réveils 
 
                                               1er mars 2008 
 
 
l’obscur 
travaille ma lumière 
des formes que je ne comprends pas 
me traversent 
et je me mets à lire 
des lettres que je ne comprends pas 
alors je commence 
à voir clair 
 
                                               1er mars 2008 
 
 
je ne savais pas que la fenêtre 
ouvrait le monde 
ouvrait mon corps au monde 
que la fenêtre était une 
telle joie 
que tout   mon corps 
en est la reconnaissance 
où il n’y a plus de différence 
entre les yeux fermés  
et les yeux ouverts 
 
                                               22 janvier, à Paul Brousse 
 
 
Henri Meschonnic, L’Obscur travaille, Arfuyen, 2011, pp. 14, 15 et 78 
 
Henri Meschonnic dans Poezibao : 
Bio-bibliographie, extrait 1, "Lecture" poétique 2, extrait 2, lecture à la librairie Tschann déc. 06 (Le nom de notre ignorance, la Dame d’Auxerre), sa mort, ext. 3 , notes sur la poésie, ext 4, "Dédicaces poèmes, vers Henri Meschonnic" de Serge Martin-Ritman, par Alexis Pelletier, "Paroles rencontres : Ouvrir les archives « Henri Meschonnic »", par Yann Miralles

 


Catégorie : Anthologie permanente
Un article de : Florence Trocmé

Lundi 22 Septembre 2014, 10:27 : [feuilleton] Cahier AA (extraits), de Claude Minière, 4Quatrième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. Le temps est au beau, le temps est à la pluie, A la bio, à la biographie. Adieu à la topographie. Il y avait des refuges, des coins, des impasses, des adresses… Le Numérique invite à un adieu. « Diverses sont les lignes de la vie… », Hölderlin écrivait ça pour le brave menuisier Zimmer, son hôte. Si notre époque se montre friande de biographies, ne serait-ce pas qu’elle a une conscience tragique de...

Contenu :

 

Quatrième épisode d’un feuilleton qui en comportera une douzaine publiés les lundi, mercredi et vendredi. Il s’agit d’extraits d’un ensemble intitulé Cahier AA de Claude Minière. 


 
Le temps est au beau, le temps est à la pluie, 
A la bio, à la biographie. 
 
 
 
 
 
 
Adieu à la topographie. Il y avait des refuges, des coins, des impasses, des adresses… Le Numérique invite à un adieu. 
 
 
 
 
 
 
« Diverses sont les lignes de la vie… », Hölderlin écrivait ça pour le brave menuisier Zimmer, son hôte. Si notre époque se montre friande de biographies, ne serait-ce pas qu’elle a une conscience tragique de l’existence, des existences ? Et qu’il n’y a pas de lieu commun. 
 
 
Comment vivront-ils à l’avenir ? De toutes les façons ce sera bien : ils seront les vivants, vivant de toute façon du moment. 
 
 
Pierres dans le torrent, remous. Une tortue émerge des rives plus calmes, portant des signes sur sa carapace. 
 
 
La tortue replonge, se laisse glisser, épouse le courant, pierre sensible, déjetée. 
Où vont les fleuves ? Ma foi, ils vont à la mer, et aux nuages. 
 
 
Les nombres aussi sont des « figures ».  Les ans, les minutes…Que se passe-t-il en une minute ? – un basculement. 
 
 
Au nord, le paysage se déroule jusqu’aux dunes, puis, après un ultime repli, passe à la mer qui est l’est, l’ouest, le sud. 
 
 
 
 
 
Mare nostrum 
Comme les noms résonnent différemment dans les chairs et les destins selon le temps,…dans les yeux ! Comme les noms « prennent un autre sens ».  Voir la côte. 
Le concret et l’abstraction. 
Des enfants, des femmes, des hommes,…des sauvetages… « mare nostrum ». 
Elle n’appartient plus à personne, étendue bleue ou sombre où se jouent la vie et la mort. Mais ce « nôtre » même ne voulait pas dire qu’il y eût jamais possession. 
Notre mer qui êtes au milieu des terres, que Votre nom soit sanctifié. 
 
                                                                              (mare nostrum) 
 
 
 
© Claude Minière, [à suivre mercredi 24 septembre 2014]   
épisode 1épisode 2, épisode 3

 


Catégorie : Feuilleton
Un article de : Florence Trocmé



Erreur

Impossible de charger le flux pour forum.tourdumonde.be
Détails : Impossible de charger URL (Erreur HTTP : connection failed ()



Erreur

Impossible de charger le flux pour www.toutankharton.com
Détails : Impossible de charger URL (Réponse HTTP : HTTP/1.1 404 Not Found )



Non disponible

univers bd en cours de soumission






Avertissement : Erreur de lecture

Sommaire du document

Erreur de lecture dans la base de données

La page en cours n'a pas été correctement chargée... Vous pouvez essayer d'actualiser la page, ce problème devrait avoir disparu.

De nombreuses fonctions ne sont donc pas accessibles (par exemple les liens de navigation, les sommaires, etc.) et que l'affichage des pages est beaucoup plus lent.

Veuillez réessayer dans quelques minutes (les tests automatiques sont effectués toutes les 15 minutes).

Je vous présente mes excuses pour le désagrément que cela engendre.

Steph.

 

Réseaux sociaux

Vous pouvez modifier vos préférences dans votre profil pour ne plus afficher les interactions avec les réseaux sociaux sur ces pages.

 

Astuce pour imprimer les couleurs des cellules de tableaux : http://www.gaudry.be/ast-rf-450.html
Aucun commentaire pour cette page

© Ce document issu de l′infobrol est enregistré sous le certificat Cyber PrInterDeposit Digital Numbertection. Enregistrement IDDN n° 5329-312
Document créé le 01/01/70 02:00, dernière modification le Vendredi 17 Juin 2011, 12:16
Source du document imprimé : http://www.gaudry.be/
St.Gaudry©07.01.02
Outils (masquer)
||
Recherche (afficher)
Recherche :

Navigation (masquer)
Apparence (afficher)
Stats (afficher)
867 documents
astuces.
niouzes.
definitions.
membres.
2290 messages.

Document genere en :
6,16 secondes
Citation (masquer)
 
l'infobrol
Nous sommes le Jeudi 02 Octobre 2014, 08:22, toutes les heures sont au format GMT+1.00 Heure, heure d'été (+1)